Est-ce utile de réutiliser sa serviette d’hôtel ?

Dans la série des écogestes quotidiens, il y en a un que je m’efforce de faire sans vraiment savoir s’il change quelque chose : je ne change pas ma serviette d’hôtel chaque jour, mais je la réutilise pendant tout mon séjour. Mais est-ce vraiment utile ?

Est-ce utile de réutiliser sa serviette d'hôtel ?

Dans les actions qui rendent concrètes les bonnes pratiques du tourisme responsable et que les professionnels du secteur mettent volontiers en avant, il y a le cas de la réutilisation des serviettes de toilette et du linge de lit. Qu’en est-il réellement ? Est-ce qu’un hôtel qui limite le nettoyage systématique des serviettes de toilette et draps de ses clients fait un vrai geste notable pour l’environnement ? Est-ce que nous, clients, avons intérêt à soutenir ce type d’initiatives ?

Moins de linge, plus d’économies, c’est logique !

Le simple geste de réutiliser sa serviette plusieurs fois durant son séjour, comme on le fait chez soi par ailleurs, permet logiquement d’économiser les ressources. Ainsi, moins de linge à laver signifie moins d’eau utilisée, moins de machines à faire tourner et donc moins d’électricité. C’est aussi la quantité de détergents qui est revue à la baisse, ce qui n’est pas un mal vues les tonnes de tensioactifs et autres substances rejetés qui polluent les eaux.

Rien qu’en France, nous particuliers réalisons 7,3 milliards de lessives par an : de quoi tuer l’écosystème d’un étang de 6 hectares et de 1,5 mètre de profondeur.

Les hôteliers passent le mot

Les affichettes mettant en avant des messages incitant la clientèle à ne pas demander le nettoyage systématique de ses serviettes et draps se multiplient dans tous les hôtels du monde. Peu importe le nombre d’étoiles, hôtels milieu de gamme ou palaces placardent leurs chambres et suites de petits mots laissés à l’attention de leurs clients.

Le label clef verte propose même quelques modèles de messages pour les gérants en manque d’inspiration. Ainsi, ils peuvent piocher sur le site des modèles tels que :

« Chère cliente, cher client,
Le nettoyage quotidien du linge utilisé dans la salle de bain nécessite l’utilisation d’une quantité importante de détergents polluants.
Pour préserver l’environnement, merci de nous aider à lutter contre cette pollution.
Pour garder vos serviettes, veuillez les replacer sur les porte-serviettes.
Si vous souhaitez que votre linge soit remplacé, merci de le déposer dans la baignoire.
Merci de votre contribution à cette démarche. »

Et il faut dire que chacun y va de sa technique pour que l’incitation fonctionne au mieux.

Le groupe Accor choisit carrément d’œuvrer contre la déforestation. A l’instar des programmes de compensation carbone, les hôtels du groupe suivent le projet « Plant for the Planet ». En proposant à leurs clients de réutiliser leurs serviettes, ils s’engagent à allouer 50 % des économies de blanchisserie réalisées à la plantation d’arbres. 5 serviettes réutilisées = 1 arbre planté.

Mais les hôtels doivent penser aux détails qui n’en sont pas : les clients qui estiment qu’ils n’ont pas assez d’espace pour laisser sécher leur serviette ne participeront pas au programme. Eh oui, il leur faut des patères suffisamment grandes !

*

La suite p.2> La psychologie s’en mêle