Eco-mobilier : déposer, recycler !

Eco-mobilier : déposer, recycler !
Réagissez :
Donnez votre avis
Partagez :

33 kilos par habitant, c’est le poids des déchets d’ameublement qui serait à collecter chaque année auprès des particuliers, estime l’Ademe. Une situation à laquelle souhaite remédier 24 distributeurs et fabricants de mobilier.

Collecter et recycler les déchets d’ameublement

Depuis fin 2011 existe Eco-mobilier. Cette société à but non lucratif regroupe 24 distributeurs et fabricants de mobilier, dont les plus connus Alinéa, BUT International, Conforama France, Meubles Ikéa FRANCE SNC, Hygena Cuisines etc.

meubles-dechets

L’objectif de cette société : organiser une véritable filière alliant recyclage et valorisation de ce que l’on appelle les déchets d’ameublement. La finalité ? Parvenir à un taux de 45% de réutilisation et de recyclage de ces déchets d’ici 2015. Un chiffre tablé sur les informations de l’ADEME qui considère que 2.4 millions de tonnes de meubles sont placées sur le marché chaque année tandis que 2 millions sont mis au rebut.

  • Cette nouvelle écotaxe sur les meubles entre en vigueur mercredi 1er mai

Eco-mobilier : comment recycler les meubles

Selon le décret n°2012-22 de janvier 2012 explique : « À compter du 1er janvier 2012, toute personne physique ou morale qui fabrique, importe ou introduit sur le marché des éléments d’ameublement assure la prise en charge de la collecte, et du traitement des déchets issus desdits produits en fin de vie » rappelle Néo-planète.

Concrètement, cela signifie pour les entreprises qui ne veulent pas être soumises à la taxe générale sur les activités polluantes qu’elles devront :

- soit mettre en place un système de collecte et traitement ;
– soit adhérer à un éco-organisme par le biais d’une contribution.

Eco-mobilier souhaite devenir un modèle de système de collecte. Depuis quelques mois déjà, plusieurs solutions sont expérimentées comme la collecte de déchets d’ameublement en déchetterie ou la mise en place de bennes spécifiques sur les territoires de collectivité.

 

rembourrage-meubles

Eco-mobilier : pour quels déchets ?

Eco-mobilier s’engage à collecter les déchets d’ameublement, de les recycler ou revaloriser. Mais quels sont ces déchets d’ameublements :

  • Les éléments d’assise : canapés, fauteuils, sièges… (pour usage intérieur ou extérieur)
  • Les éléments de couchage : literie, sommiers, cadre de lit…
  • Les éléments de rangement : meuble d’appoint, buffet, meuble de salle de bain, bibliothèque…
  • Les éléments de pose ou de travail : mobilier technique, mobilier de cuisine…

Et vous, que faites-vous de vos vieux meubles : déchetterie, encombrants, petit bois… ? Pensez également aux ressourceries !

*

Je veux témoigner

Tout sur le recyclage :

Première publication avril 2012

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


7 commentaires Donnez votre avis
  1. je crée a partir de la recup luminaire et autre petit mobilier reprennent vie dans mon auto-entreprise ,mes création ludique et plus écologique ,il sont en vente dans ma boutique alittlemarket.com/boutique/c-recup
    participé au recyclage ces crée un avenir plus respectueux !

    c-recup

  2. Bonjour,
    Tout à fait d’accord avec ce qui précède. Cela deviens vraiment n’importe quoi cette économie. Pour des idées justes on crée des usines à gaz qui viennent plomber l’activité des entreprises. Entre ECOEMBALLAGE et ECOMOBILIER, CERTIFICATIONS DIVERSES et inutiles et toutes les petites taxes diverses les entrepreneurs des TPE passent leur temps à gérer du règlementaire trés mal fait et conçu par des énarques dont la seule fierté est de montrer aux copains qu’eux aussi ils ont fait « leur » usine à gaz. Tout cela pour créer une structure de plus qui va se gaver en salaires, loyers, colloques, séminaires, voyages et réunions internationales. Aujourd’hui un gérant de TPE passe plus de 70 % de son temps à gérer du règlementaire, de l’administratif au lieu d’innover et de décrocher de nouveaux marché. En 1978 : CODE DALLOZ DU TRVAIL = 500 GRS, en 2010 le même CODE DALLOZ DROIT DU TRAVAIL FRANCAIS = 1.5 Kgs. 3 fois plus volumineux !!!
    Du grand n’importe quoi. Aprés les pigeons, les poussins voici les Dupés.
    Au secours, la machine à complexifier s’emballe, chaque nouvelle loi, nouvelle règlementation vient rajouter une couche de n’importe quoi.
    Ca va péter !!!
    Raf

  3. Qui est-ce qui va se gaver d’une bonne partie des recettes ? N’est-ce pas vous les cadres, dans les bureaux, combien êtes vous payer pour faire le travail des GéBNéRATEURs DE MEUBLES JETABLEs? Les revendeurs de bons meubles (ceux que l’on ne jette pas ou peu) vont avoir à gérer (gracieucement!!!) votre TAXE (vos salaires) encore une fois.
    Quel pourcentage de la taxe ira réellement dans le recyclage, je serai bien curieux de voir le cout de fonctinnement de cette usine à gaz.

    Bryan Le Grave

  4. encore une fois on charge les entreprises de collecter un nouvel impot, d’appliquer de nouvelles contrainte, je pensais que la simplification était annoncée. L’application de l’écotaxes pour les meuble en fonction du poids de ceux-ci démontre l’imcomptétence et l’irresponsabilité absolue de ceux qui ont écris ces textes. Au niveau des grosses socités cela va générer des coûts suplémentaires pour les fabricants français, pas pour les autres pays, pour les petites entreprises, une complication de plus pour peser chaque élément. comment pèse-t-on une plinthe de 3ml ou une armoire de 2m de haut. Grosse conso de papier en vue devis = 40 pages. Nous payons déja pour nos déchets, le client aussi, cela n’inciteras pas les particuliers à équiper leur logement. Au poid, les meuble de qualité seront plus taxé que les meubles de mauvaise.

  5. Une nouvelle collecte de TVA, la valeur hors taxes de cette écocontribution sera reversée à des entreprises qui sous couvert de mission écologique engendrerons des travailleurs pauvr… smicards en reconversion(mais si, mais si, les mals logés). Soit dit en passant ces entreprises existent déjà et leur travail n’en sera pas amélioré, seules leurs rentrées financières le seront et au détriment des poches de plus en plus vide des consommateurs qui le seront par le fait de moins en moins. Que de bonnes nouvelles pour les ménages et les premiers acteurs du marché que sont les revendeurs ou petits fabricants.

  6. Ne devraient-ils pas plutôt s’allier à Emmaüs, qui fait cela depuis longtemps, qui a en outre un rôle d’insertion sociale?

    • Bonjour,

      Emmaüs et les structures de l’économie sociale et solidaire sont bien sûr concernés par la mise en place de cette filière.

      Eco-mobilier leur proposera une convention pour améliorer leur accès au gisement et récupérer les déchets issus de leur activité.

      Eric Weisman-Morel
      Directeur du développement

Moi aussi je donne mon avis