Une Banque du miel pour sauver les abeilles

Et si une banque permettait de récolter de l’argent…d’abeille ? C’est ce que propose Olivier Darné, éleveur d’abeilles urbaines et concepteur du projet, qui, à travers une “Banque du miel” met en place un outil financier authentique et accessible à tous, permettant de subventionner un service public de pollinisation.

Une banque en faveur de la biodiversité

Cette initiative pour le moins audacieuse vise tout naturellement à protéger l’espèce en constituant au fil des années une sorte de “mielothèque” mondiale.

En effet, en ouvrant un “compte épargne abeille“, une part du miel récolté dans les ruchers financés par votre contribution sera partagée entre les sociétaires de la Banque du miel pendant qu’une autre sera envoyée au “Fonds Mellifère International ” (FMI).

banque du mielQuant à la part restante, elle sera vendue et les recettes obtenues seront réinvesties dans l’installation de nouveaux ruchers de pollinisation en France mais aussi à l’étranger…

> Kilos de miel produits en France

La banque du miel, comment ça marche ?

Ce compte épargne d’un nouveau genre est validé pour une première période de pollinisation déterminée, mais la validité peut ensuite être renouvelée lors de futurs projets de pollinisation de la “Banque du miel” en France ou à l’étranger.

Comptes à terme, ils sont ouverts par un dépôt de 10 euros minimum et donnent accès à une part du butin nominatif qui sera produit par les fleurs des 3000 hectares autour de la Banque placée dans l’espace public.

Chaque dépôt de valeurs à la “Banque du miel” est systématiquement réinvesti dans l’élaboration d’une nouvelle ruche ou dans le travail d’un apiculteur. De ce fait, la Banque permet de transformer des “zones de butinages” en miel, puis en argent aussitôt réintroduit dans le projet. En ouvrant un “compte épargne abeilles“, les épargnants retrouveront l’intégralité de leur dépôt en argent d’abeilles (= en valeur de miel proportionnelle à l’investissement et à la récolte).

L’ensemble de la production des ruches de la “Banque du miel” est reversée aux sociétaires, aux abeilles et à l’apiculteur qui en aura réalisé le suivi. Par ailleurs, la fluctuation du cours du miel dépendra des ressources naturelles locales et de l’équilibre de l’écosystème où est implanté le guichet de pollinisation de la Banque.

>>>Vous souhaitez en savoir plus ou même ouvrir un “compte épargne” abeilles ? Visitez le site !

*

Je réagis

Sur la finance éthique