24 heures du mans, 24 H de pollution ou de performance énergétique ?

24 heures du mans, 24 H de pollution ou de performance énergétique ?

Les 24 heures du Mans est l’un de nos 3 événements sportifs patrimoniaux annuels avec Roland Garros et le Tour de France cycliste. Course automobile connue dans le monde entier, elle oppose des constructeurs à coups de bolides et de technologie. Cette année, les organisateurs de la course mettent l’accent sur les économies d’énergies. Est-ce crédible ? Comme pour la F1, on peut se demander si les 24 heures ne sont pas les moins bien placés pour être des modèles écologiques.

La course d’endurance par excellence

250 000 spectateurs, 380 millions de téléspectateurs, Le Mans, est une course mythique ; la plus connue du monde et c’est la société National Geographic qui le dit. Pour la 82ème édition de cette épreuve incontournable pour tout amateur de sport mécanique, l’ACO, organisateur et créateur des 24 Heures du Mans depuis 1923, se félicite des changements récents de manière quasi lyrique.
24heures-mans-course

L’ACO se félicite d’avoir réussi à « rassembler tous les grands acteurs du secteur autour de défis sociétaux, environnementaux, économiques et technologiques. Que de chemin parcouru en quelques mois, que de résultats attendus ! » En fait, il s’agit du virage pris par l’épreuve et imposé par son nouveau règlement de course :

« Ce nouveau règlement va conforter la légende, cultiver le mythe et les 4 valeurs associées :
innovation, popularité, performance et diversité tout en répondant parfaitement au slogan 2014 :
« Le Futur entre en piste ». Bigre !

24 Heures du Mans 2014 : nouveau règlement plus contraignant

Les organisateurs des 24 heures présentent carrément le nouveau règlement de course comme… « historique » ! Son objectif ?

ÉCONOMISER 30 % D’ÉNERGIES FOSSILES : DU JAMAIS VU POUR LA CATÉGORIE REINE
DES LM P1 !

24-heures-mans Le 14 juin 2014, pour sa 82ème édition, la course met donc l’accent sur la performance énergétique. Ce dont on ne peut que se féliciter bien entendu pour des bolides dont la consommation tourne autour de 80 litres aux cent.

La performance des voitures sera désormais jugée à l’aune de leur efficience énergétique. Viser une baisse de consommation de carburant de 30 % pour des machines qui conserveront des performances au moins équivalentes à celles de 2013, a été à l’initiative d’une évolution majeure qui va entraîner « une vraie révolution technologique« .

Les défis de l’innovation permanente

La course des 24 Heures du Mans, qui permet de générer 75 millions d’euros de recettes pour la Sarthe (1), a toujours permis de mettre tester et de montrer des innovations qui ont été appliquées ensuite très rapidement dans l’industrie automobile. Ces innovations ont surtout été guidées par la performance mais aussi par la sécurité.

Nouveau règlement pour répondre à un défi de société

En 2014, les exigences du nouveau règlement des 24 Heures vont contraindre les compétiteurs à utiliser une allocation d’énergie limitée, qui sera mesurée en permanence pendant la course.

mans-shell-carburantLa baisse de la consommation de 30 % d’énergies fossiles va générer une empreinte écologique beaucoup plus faible pendant la course. Plus le système hybride lié au moteur sera puissant, plus la voiture sera économe en carburant fossile et performante. Et, tout en consommant moins, les voitures iront aussi vite voire plus qu’en 2013. Bien entendu Shell, le fournisseur officiel de carburants de tous les compétiteurs y voit une occasion de faire progresser son centre de recherche spécialisé à Hambourg.

Ce défi environnemental va également contribuer à une prise de conscience de tous les automobilistes à s’engager sur la route avec de nouvelles habitudes en se tournant vers de nouvelles énergies…

24-heures-mans-impact

Enfin, le défi économique et technologique sera renforcé par la stimulation entre les grands acteurs automobiles au service de l’esprit de compétition et de la recherche technologique. Le règlement est, en effet, très innovant dans ce domaine puisqu’il autorise :

  • la multi-technologies : entre les différentes motorisations,
  • les systèmes de récupération d’énergie,
  • les modes de stockage (batteries, condensateurs, volant d’inertie…)
  • l’optimisation de l’aérodynamisme,

Les plus grands constructeurs automobiles ont déployé des trésors d’ingéniosités et de technologies pour rendre leurs bolides (inscrits dans la catégorie reine dite LM P1, Le Mans Prototypes 1), plus propres et plus performants. Tout ce travail considérable des centres de Recherche & Développement automobiles générera, demain, de nouvelles applications sur les voitures particulières.

Le Mans, un laboratoire pour la voiture de M. Tout le monde

Chez Toyota, tout se qui se fait en compétition finit par être adapté en usine. C’est ainsi que des techniques de récupération d’énergie ou la technologie hybride de la Prius ont été mises au point. Idem chez Audi où les transferts vont dans les deux sens et pas uniquement de la compétition vers la production. Les LEDs par exemple, puis aujourd’hui les éclairages laser, moins gourmands en énergie, viennent des équipes compétition.

24-heures-mans-technologies

C’est Porsche qui en 2010 a intégré pour la première fois une technologie hybride (photo) sur son bolide  911 GT3 Air Hybrid, (ci-dessous) ce qui a servi pour la 919 hybride commerciale. Les innovations ne concernent pas que la consommation énergétique mais aussi la sécurité ou l’ergonomie. Mais la course du Mans garde sa vocation d’origine : être un banc d’essai pour la voiture du futur, plus efficace.

mans-porsche-hybride

Ce que permet le nouveau règlement des 24 Heures

Liberté : Moteurs essence ou diesel 4 temps, de cylindrée libre, avec une pression de turbo limitée à 4 bars
technologie-hybride-mans
Électrification et efficience : quatre catégories d’ERS de 2 à 8 MJ (Energy Regeneration System) avec des valeurs cibles différentes, suivant les catégories essence ou diesel.
-Essence, une allocation allant de 4.8 à 4.42 litres/tour pour des réductions de consommation allant de 22 à 28 % par rapport aux véhicules 2011, la taille du réservoir diminuera donc de 10.6l
-Diesel, de 3.93 à 3.56l/tour, soit des consommations en baisse de 25 à 32 % et un réservoir  contenant 6.7 l en moins.
Suite > 24 heures de pollution ?