24 heures du mans, 24 H de pollution ou de performance énergétique ?

Les 24 heures du Mans est l’un de nos 3 événements sportifs patrimoniaux annuels avec Roland Garros et le Tour de France cycliste. Course automobile connue dans le monde entier, elle oppose des constructeurs à coups de bolides et de technologie.

Rédigé par Jean-Marie, le 10 Jun 2014, à 16 h 20 min

24 heures de pollution ?

Il y a du chemin à parcourir car on part de loin. Rappelons que :

– on estime(5) que l’épreuve engloutit environ 280 000 litres de carburant avec des voitures qui  ont jusqu’à présent des consommations effarantes. Avec un plein d’essence de 90 litres sur les moteurs essence, un prototype du Mans parcourt environ 180 km soit à peine 13 tours de circuit.

Une voiture de 550 chevaux qui consomme 50 litres d’essence aux 100 km  (75 l. pour la F1) soit, parcourt environ 5 000 km sur 24 H. soit 2 500 litres d’un carburant qui n’est pas du tout le même que celui qu’on trouve à la pompe.

– en 2006, l’Audi R10 TDI signe une victoire historique : la première pour un moteur diesel, aberration totale du point de vue écologique. La démonstration de l’efficacité du gazole par rapport à l’essence a permis à Audi de promouvoir son moteur Tdi. Peugeot a fait de même avec sa motorisation Hdi.

24-heures-mans-impact-ecologique

– l’épreuve sert aux pétroliers pour tester de nouveaux carburants : comme le remarquait Ouest France* en 2008 « aux 24 Heures du Mans, les Anglais ont fourni pour la première fois un biocarburant de 2e génération, qui fait suite au GTL (Gas To Liquid) mis sur le marché en 2006. Du diesel synthétique, baptisé BTL, produit à partir de biomasse non alimentaire comme les résidus forestiers et le bois, « permettant de réduire les émissions de CO2 de plus de 90  % par rapport au diesel conventionnel » précise Richard Karlstetter, le directeur de Shell Technology« . Ce n’est pas franchement la meilleure vitrine pour promouvoir une société où l’écomobilité se passerait de pétrole …

Cette année la part du bioéthanol a été doublée dans le carburant fournit par Shell

– l’épreuve reine ne doit pas faire oublier toutes les autres qui se déroulent au Mans (24 Heures motos, Essais Le Mans Séries, Championnat de France Superbike, Grand Prix de France Moto, 6 Heures du Mans 50 cc, Le Mans Classic, 24 Heures Camions, Trophée Inter-écuries, etc.). De quoi brûler quelques milliers de tonnes de carburant supplémentaires.

Des bilans carbone conformes aux grands événements

faits-et-chiffresComme toutes les grandes manifestations sportives ou culturelles, le bilan carbone de l’événement découle majoritairement du déplacement des spectateurs(3) :la Fédération française du sport automobile (FFSA), estime que les déplacements des spectateurs représentent 60 % des émissions de CO2. Par comparaison, voici quelques estimations d’impact :

–  2 700 tonnes de CO2,  pour le Rallye de France 2010  soit l’équivalent de 2160 trajets aller-retour entre Paris et New York en classe éco,,
–  42 800 tonnes de CO2, pour le Dakar 2010,
–  8 400 tonnes pour les 90 minutes du Grand Prix de F1 de Spa
–  2,7 millions de tonnes pour la Coupe du monde de foot en Afrique du Sud en 2010 (nous y reviendrons bientôt).

On le voit, les grandes courses automobiles ont un impact environnemental bien inférieur à celui des grandes compétitions mondiales comme les JO ou les Coupes du monde de foot ou de rugby : « une seule journée de compétition lors du Mondial équivaut à 1,4 fois l’intégralité des émissions du Dakar »(4).

24-h-mans-consommation

24 heures de 2014, le triomphe de l’hybride ?

Ce nouveau règlement a cette année attiré le retour de Porsche avec son modèle 919 Hybrid. Il rejoindra Audi, qui a engagé 3 exemplaires de sa nouvelle R18 e-tron quattro mais aussi Toyota, avec 2 TS 040 Hybrid. Nissan roulera hors classement : la Zeod RC, (en photo de Une ce cet article) bénéficie d’une invitation dite le  »56ème stand » pour sa voiture très innovante du point de vue de sa technologie verte que de son design. Une machine qui préfigure le retour de Nissan dans la catégorie reine en 2015.

Le Mans veut donc montrer un autre visage, celui d’un immense laboratoire où les essais sont réalisés grandeur nature, où les performances en sécurité, en éco-mobilité, en connectivité seront concentrées dans la voiture du futur. En s’engageant vers des compétitions plus « vertes » l’industrie automobile veut montrer qu’elle s’engage, tardivement mais réellement dans une voie plus responsable.

Cela sera-t-il suffisant pour faire oublier que fondamentalement, l’épreuve continue à promouvoir le mythe de la puissance automobile ? Les avancées techniques en matière d’économie d’énergie peuvent-elles contrebalancer l’image d’un sport qui reste synonyme de grosses cylindrées ?

 

*

Je veux témoigner

Sport et environnement

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

12 commentaires Donnez votre avis
  1. LES 24H00 DU MANS NE DURENT QUE 24H00.
    C’EST UNE ÉPREUVE MYTHIQUE QUI FAIT RÈVER ET RÉUNIT CHAQUE ANNÉE DES DIZAINES DE MILLIERS DE SPECTATEURS.
    ALORS OUI J’AIME CETTE ÉPREUVE ET JE LA DÉFENDS.
    VOTRE OSTRACISME CONTRE LA BAGNOLE INDISPOSE DE PLUS EN PLUS DE GENS DONT JE FAIS PARTIE.
    LA POLLUTION OUI MAIS CELLE LÀ ON N’EN PARLE JAMAIS.
    C’EST LA POLLUTION NATALISTE.
    1900 ENVIRON 1 MILLIARD D’HABITANTS.
    AUJOURD’HUI 7,5 MILLIARDS D’HABITANTS.
    LA CHINE EN 1949, ENVIRON 450 MILLIONS D’HABITANTS, AUJOURD’HUI 1.430 MILLIONS D’HABITANTS MALGRÉ LA CAMPAGNE DE L’ENFANT UNIQUE.
    L’INDE EN 1949 ENVIRON 350 MILLIONS D’HABITANTS, AUJOURD’HUI 1.340 MILLIONS D’HABITANTS.
    L¡ÉGYPTE EN 1900, 6 MILLIONS D’HABITANTS, OUI 6 MILLIONS, AUJOURD’HUI 90 MILLIONS D’HABITANTS.
    ALORS LÀ EST LE VRAI PROBLÈME.
    QUAND À LA POLLUTION ET L’AUGMENTATION DES TEMPÉRATURES, LA TERRE A CONNU 4 GLACIATIONS SUIVIES DE PÉRIODES DE RÉCHAUFFEMENT.
    ET IL FUT UNE PÉRIODE OU LA TERRE ÉTAIT PLUS CHAUDE SANS NOS BAGNOLES, SANS NOS USINES.

    • Étonnante réflexion, elle me rappelle un vieux que j’ai connu dans mon enfance (j’ai 76 ans)qui disait sans arrêt « il nous faudrait encore une bonne guerre ». Quelque soit votre âge M. Pichot, je pense que vous devriez voir un peu plus loin que le bout de votre nez et vos intérêts personnels car c’est avec ce type de pensée que ce monde est en train de s’autodétruire. Si je peux me permettre de vous donner un conseil tout simple, lisez un bouquin de Pierre Rabbi, vous comprendrez entre autre que la Terre est assez grande pour tous si on repense notre place et notre rôle sur cette planète.

  2. Félicitations pour votre article qui tranche avec l »autophobie » ambiante.
    Juste encore deux précisions : contrairement à ce que dit la fin de votre article, le sport auto n’est plus synonyme de « grosses cylindrées ». Par exemple une Formule 1 aujourd’hui utilise à moteur de 1600 cm² soit bien moins que la plupart des voitures de tous les jours.
    D’autre part, et beaucoup l’ignore, la Fédération Inernationale Automobile est la seule fédération sportive à procéder chaque année à des opérations de ‘reforestation’ qui ramènent à quasi rien l’impact CO2 émis par les courses automobiles. Un Tour de France (avec sa caravane) pollue plus qu’une saison complète de formule 1 !

  3. C’est evidemment le grand reve de tous les bobo-ecolos de supprimer les courses automobiles . La planete , la nature sont leur seule religion , la seule solution qu’ils ont trouvé pour soigner leur etat depressif . Pour une foi le pouvoir , la puissance des lobbies automobiles permettent de resister a leurs attaques pour le grand bonheur de ceux qui aiment les defis , la performances des constructeurs , des ingenieurs des mecanos et des pilotes … Apres mon petit tour quotidien aupres de mes vaches charolaises, au petit jour qud la rosée est encore la ,j’irais faire un tour au Mans voir les bolides ….

  4. Tous le monde gémi sur la consommation et la pollution concernant les courses automobile, question: combien coûte en pollution et consommation une journée de gréve à la SNCF ou à la RATP.

  5. Bonjour, étant donné l’urgence à réduire (sans faire semblant, juste pour ne pas froisser le lobbying du pétrole)la consommation d’énergie fossile, toutes les courses d’engins divers qui en utilisent auraient du être supprimées depuis longtemps et remplacées par des compétitions non de vitesse mais d’endurance avec un minimum d’énergie de toutes sortes sauf évidemment fossile. C’est ça qui ferait réellement avancer la technologie de la future voiture de M. tout le monde ! mais ça serait beaucoup trop efficace et en 2 ou 3 ans ce M. tout le monde s’apercevrait qu’il a été berné et qu’il paie énormément une énergie qui pourrait être presque gratuite.

    • Parfaitement il existait le « Mobil economy run », les pilotes de l’époque faisaient des prodiges, c’est cette voie là qu’il fallait suivre mais bon, ce n’était pas « médiatique » à l’heure actuelle il faut des « scoop », voir le terrible accident aux essais, de la pub, du fric quoi et pourtant je suis un ancien pilote de rallye (au niveau local) et l’automobile fut ma passion et le métier de toute une vie !!

    • Proposition interessante d’un point de vue technique… mais seriez-vous pret à vous deplacer pour regarder une course de lenteur. Moi non!

  6. Bonjour
    dommage que l’article ne précise pas la vrai technologie de la Nissan
    d’après mes données, elle serais entièrement ELECTRIQUE
    de quoi faire comprendre que cette technologie est déjà présente et fonctionne parfaitement
    Patrick

  7. Depuis le temps que le monde est au courant…et que l’hypocrisie qui est autour de ces évènements ne fera pas avancer les choses…je me demande pourquoi en parler…pour la prise de conscience Ok mais quand résultera-t-il de cette conscience…rien comme d’hab. Un marché économique juteux qui remplit les caisses des États n’est pas défendable auprès d’aucune autorité … La planète… mais tout le monde sait que c’est une fumisterie de plus pour ces gens-là…ne plus aller aux courses automobiles.eh bien là, je souhaite du courage à tous les défenseurs de la nature, bien qu’elle soit vaine… tout est fait pour faire de l’argent sans que les gens y soient impliqués d’aucune manière…à part pour raquer…comme on dit aujourd’hui !

  8. Enfin un article objectif !
    Certes les sports automobiles polluent par définition.
    Mais que les médias arrêtent de dire qu’il s’agit d’une aberration.
    VOuloir annuler les 24H ou le Dakar sous pretexte que ces courses polluent plus qu’une saison de Ligue 1 est complètement bidon.
    D’autant plus que les forces de l’ordre ne sont probablement pas prises en compte dans les calculs.

    Bref article complet et objectif sur le règlement et la comparaison avec d’autres évenements sportifs.
    Féliciations à vous !

Moi aussi je donne mon avis