2030, la fin du plomb

On poursuit la série sur l’épuisement des ressources naturelles en se penchant aujourd’hui sur la fin de d’un métal présent dans notre vie depuis l’antiquité égyptienne puis romaine : le plomb dont les réserves ne sont pas inépuisables.

2030, la fin du plomb

Le plomb, on en parle souvent quand il s’agit de santé ou de distribution d’eau. Le plomb est un élément utilisé depuis plus de 7000 ans et très apprécié car non seulement il est facile à extraire mais surtout il est très malléable et possède un bas point de fusion. Mais il est très dangereux pour la santé. Ceci dit, ses usages industriels sont nombreux et augmente depuis le moyen-âge. Et la pénurie guette.

Les principales utilisations du plomb

morceau de plombLe plomb (Pb) reste un métal très apprécié pour ses qualités de densité et de flexibilité. 80 % de son utilisation concernent les batteries, toutes applications confondues, et ce sont les batteries automobiles qui poussent la demande. Le plomb est également utilisé par l’industrie chimique, des alliages (munitions), soudures ou des revêtements de câbles mais cela représente de faibles volumes.

Accumulateurs et batteries71.00 %
Laminés et munitions13.00  %
Chimie, pigments12.00 %
Divers4.00 %

Le plomb : le plomb est un métal gris bleu qui ne se rencontre jamais à l’état natif dans la nature. Il blanchit lentement en présence d’oxygène. En ajoutant de l’oxyde de plomb à du verre on forme du cristal et on augmente ainsi son éclat.

Ces dernières années, la consommation de plomb est tirée par la Chine, dont la part dans la consommation mondiale augmente chaque année avec l’explosion de son parc automobile. La demande chinoise en plomb a encore cru de 10 % entre 2010 et 2011, malgré des fermetures d’usines de batteries pour des motifs environnementaux.

La disparition annoncée du plomb

Le marché est actuellement excédentaire car la production de plomb a légèrement dépassé la demande depuis 2007 du fait de la consommation mondiale déprimée par la crise économique. En conséquence, les stocks de plomb sur le marché ont augmenté  chaque année et atteint 622.000 tonnes fin 2011.

> Mais il reste que la demande mondiale (notamment depuis la Chine et les pays émergents) de plomb ne cesse d’augmenter depuis des années et devrait continuer à croître, notamment “grâce” au marché automobile.

La consommation mondiale, après le léger recul de 2009, est repartie à la hausse en 2010 et 2011. La production minière de plomb est donc à nouveau en croissance de  10 % en 2011. La forte croissance de la production chinoise (+27 %) a plus que compensé la baissede production e Australie, Pérou et Etats-Unis.

  • Aucune nouvelle mine de plomb n’a été ouverte depuis 20 ans.
  • Les principaux producteurs de plomb : Chine (34 % de la production mondiale), Etats-Unis (16 %), Allemagne (4,8 %), Royaume-Uni (3,8 %).

2030 : fin du plomb

Les gisements de plomb exploitables à un coût acceptable, qui représentent 79 millions de tonnes, seront épuisés en 2030. 71 % de la production de plomb sont utilisés pour les batteries et accumulateurs.

tuyaux de plombA savoir : toutes les canalisations en plomb transportant de l’eau potable doivent êtreremplacées avant la fin 2013. Jusqu’à cette date c’est la directive européenne du 5 décembre 1998, qui fixe la norme à respecter est de 25 µg/l et qu sera de 10 µg/l fin 2013.

Le taux mondial de recyclage du plomb est très bon dans les pays développés : 72 %. Plus de la moitié de la consommation de plomb raffiné provient du recyclage.


Planetoscope : la production mondiale de plomb en direct
Sur le plomb : Santé. Du plomb dans nos tuyaux

*
Je réagis

Retrouvez le sommaire de la grande série sur la disparition des ressources naturelles et la fin des matières premières non renouvelables.