Youtube : l’influence des blogueuses en matière de beauté

Une étude réalisée par l’École de management de Normandie révèle à quel point quelques blogueuses, suivies par des millions de personnes sur leur chaîne Youtube, peuvent influencer leurs achats et leur comportement en matière de santé-beauté.

Rédigé par Jean-Baptiste Giraud, le 10 Oct 2016, à 11 h 30 min

Elles s’appellent ironiquement JeNeSuisPasJolie, Horia ou encore EnjoyPhenix, et sont suivies par des centaines de milliers, voire des millions de followeuses sur Youtube. Et c’est désormais chose prouvée, leurs vidéos influencent les consommatrices.

Les jeunes filles très influencées par Youtube

Dans cette étude réalisée auprès d’un peu plus d’une centaine de femmes, l’École de management de Normandie constate ainsi que les vidéos Youtube présentant un nouveau produit de beauté provoquent l’envie d’acheter chez certaines femmes qui n’avaient pourtant pas d’intention préalable d’achat.

Toujours selon cette étude, les consommatrices qui consultent ces vidéos sont réparties en cinq groupes, allant de la pragmatique, âgée de 25 à 35 ans qui regarde les tutoriels vidéo, mais doute de l’objectivité des youtubeuses, consciente qu’elle peuvent avoir été payées par une marque pour parler en bien de leur produit, à l’influençable, souvent une adolescente, qui gobe tout ce qu’on lui dit mais n’a pas assez d’argent pour tout acheter !

Entre les deux, on trouve la raisonnée, âgée de 30 à 40 ans, qui se renseigne sur les produits avant de les acheter sur Internet, mais demande encore conseil à la vendeuse et teste en boutique avant de se décider. Ou encore l’aguerrie, une jeune adulte, qui elle, consulte toutes les vidéos beauté, et achète tout ce qu’elle peut, malgré son budget encore limité.

Enfin, la désintéressée, elle, est très loin des youtubeuses, et pour cause : elle est âgée de 40 à 55 ans, et n’est soit pas assez connectée, soit pas intéressée par le phénomène !

Parfois, il vaut mieux pour une marque ne pas être testée par une youtubeuse

Pas étonnant, avec ce panel de consommatrices, que les youtubeuses à succès soient de jeunes midinettes un peu délurées. Leur public se reconnaît évidemment en elles, et veut les imiter… Attention cependant explique l’étude : un produit peut se faire démonter par les youtubeuses qui ne sont parfois pas tendres. Autrement dit, certaines marques ont parfois intérêt à ne pas faire appel à elles pour promouvoir leurs produits…

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis