À Bâle, le vote citoyen s’oppose à la construction d’un grand océanarium

Au cours d’un référendum tenu le 19 mai 2019, les habitants de Bâle ont rejeté la construction d’un océanarium géant dans leur ville.

Rédigé par Anton Kunin, le 20 May 2019, à 11 h 40 min

En préparation depuis une décennie et devant être construit sans subventions, l’océanarium qui devait être érigé au sein du zoo de Bâle ne verra finalement pas le jour. À 55 %, les électeurs s’y sont opposés au cours d’un référendum.

Océanarium de Bâle – Le projet de référendum avait rassemblé deux fois plus de signatures que nécessaire

Cela devait être un méga-projet à 88,5 millions d’euros, entièrement financé par des fonds privés. Finalement, Oceanium ne verra pas le jour : au cours d’un référendum, les habitants du canton de Bâle ont fait savoir leur opposition à la construction, au sein du zoo, d’un océanarium comprenant 40 aquariums remplis de faune marine provenant des quatre coins du monde (requins, raies, coraux, pingouins…)(1).

Rejeté par 55 % des électeurs du canton de Bâle, le projet Oceanium ne verra pas le jour.©Elizaveta Galitckaia

La campagne du « non » était portée par la Fondation Franz Weber, opposée au projet depuis le début(2). La fondation avait même proposé au Grand conseil de Bâle un projet alternatif baptisé Vision Nemo, qui pourrait prendre la forme de projections vidéo au sein d’un grand auditorium. Mais le Grand conseil a rejeté le projet, après quoi la Fondation Franz Weber et le parti Les Verts ont demandé la tenue d’un référendum, ayant rassemblé deux fois plus de signatures que ne requiert la loi.

Lire aussi : Aquarium Nausicaá : 28 requins-marteaux morts et une addition salée

Océanarium de Bâle : la Fondation Franz Weber évoque « un mega-projet d’un autre âge »

Comme l’explique la Fondation Franz Weber sur son site internet, près d’un tiers des coraux ont déjà disparu à travers le monde, et 20 % des coraux restants devraient disparaître d’ici 10 à 20 ans. Les aquariums géants ne font qu’aggraver cette destruction puisqu’ils nécessitent des espèces qui ne peuvent pas être reproduites dans des conditions artificielles, leur prélèvement dans leur milieu naturel est donc inévitable dans ce type de projet. « Un mega-projet d’un autre âge comme celui-ci, non seulement met en danger la biodiversité et l’environnement, mais il entache aussi la réputation de cette ville sur le Rhin », fait savoir la fondation.

Lors de ce référendum, les habitants de Bâle se sont aussi prononcés pour la construction d’un nouveau Musée d’histoire naturelle, avec 59,75 % des voix « pour ».

Illustration bannière : Image de synthèse du projet d’aquarium de Bâle – © Zoo de Bâle/Capture Youtube
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Chez les Suisses, c’est bien connu, c’est le PEUPLE qui gouverne et qui décide TOUT car c’est une VRAIE Démocratie dans laquelle seul le PEUPLE exerce la SOUVERAINETÉ : dans le pouvoir exécutif, dans le pouvoir législatif et dans le pouvoir judiciaire…… en France on en est encore à des années lumière !!!
    slate.fr/story/62981/suisse-meilleure-democratie-europe

  2. Une démocratie directe c’est ça la définition même de la démocratie, heureusement que ce projet n’a pas aboutit!

  3. Bravo aux Suisses qui se sont prononcés pour le bon sens !!!
    Il faut arrêter d’emprisonner des espèces sauvages pour notre simple plaisir de bas étage !!!

Moi aussi je donne mon avis