Le plus grand centre de soins pour animaux, Volée de Piafs, va fermer ses portes

Le plus grand centre de soin pour animaux sauvages en France mettra bientôt la clé sous la porte, faute de moyens financiers.

Rédigé par Maylis Choné, le 13 Feb 2017, à 11 h 05 min

Il s’appelle Volées de piafs. C’est le plus grand centre de soins pour animaux sauvages en France. Mais il devra fermer ses portes à la fin du mois de février si aucune aide financière n’est mise en place.

Volée de Piafs, grand centre de secours pour animaux, sur la sellette

Les membres de l’association Volées de piafs et les habitants de la région ne sont pas résignés. Ils veulent que le centre reste ouvert et continue sa mission auprès des animaux qu’il recueille. 3.030 bêtes ont été sauvées en 2016. Mais depuis le début du mois de février il n’en reçoit plus, faute de moyens.

130 animaux présents sont toujours soignés au centre, mais plus aucune entrée n’est possible. Il manque en effet 50.000 euros pour survivre le mois prochain et 70.000 euros pour les années suivantes. Selon le responsable, Didier Masci, la balle est dans le camp des élus. C’est à eux de verser les subventions nécessaires.

volée de piafs

Amère, le responsable explique : « Le conseil départemental arrête de nous subventionner. La Région Bretagne et Lorient Agglomération ont toujours refusé de le faire, sous prétexte que ce n’était pas dans leurs attributions ».

Rester au chevet des animaux

Didier Masci et son épouse donnent toute leur énergie pour le centre. Aujourd’hui, ils mobilisent les associations de défense des animaux et les habitants de la région pour obtenir des dons. « Nous recevons très peu d’aides publiques : 5.000 euros de subvention du département, 1.000 euros accordés par quelques communes et 2.500 euros de la réserve parlementaire du député d’Hennebont ».

Pour en savoir plus et soutenir le centre, rendez-vous sur le site internet ou la page Facebook du centre Volée de Piafs

Les oiseaux victimes d’une marée noire, un chevreuil blessé, des chauves-souris, un lapin bousculé par une voiture… Depuis dix ans, les pensionnaires de quatre départements bretons étaient bien lotis. En attendant, les 600 adhérents ne suffisent plus à financer l’activité, et Didier Masci ne peut plus mettre davantage de ses fonds personnels. Les réseaux sociaux sont investis pour trouver une issue heureuse.

Avec la fermeture du centre Volée de piafs, les animaux blessés vont rester sur la carreau © papa studio Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis