Alerte : un gaz plus toxique que le CO2 se répand dans l’atmosphère

Alors que la présence de trifluorométhane, ou HFC-23 , devrait décroître dans l’atmosphère, sa présence bat des records. En cause : sans doute des émissions non déclarées en Chine et en Inde.

Rédigé par Paul Malo, le 23 Jan 2020, à 9 h 59 min

Le HFC-23 devrait disparaître de l’atmosphère. Sa concentration ne cesse au contraire d’augmenter…

Au lieu d’une baisse, un record d’émissions de HFC-23

Connaissez-vous le trifluorométhane, ou HFC-23 ? Ce gaz provient de la production de réfrigérant pour les réfrigérateurs et les climatiseurs. Officiellement reconnu comme gaz néfaste, il devait paradoxalement remplacer d’autres aérosols jugés dangereux pour l’environnement et la couche d’ozone : les CFC ou chlorofluorocarbures.

Ce gaz sert au fonctionnement des climatiseurs

Hélas, ce gaz s’est révélé tout aussi nocif : son impact sur le changement climatique est estimé comme étant 12.000 fois supérieur par tranche d’une tonne à celui du dioxyde de carbone. La réduction des gaz à effets de serre aurait dû entraîner sa disparition, les prévisions tablant sur une baisse de 87 % depuis 2015. Pourtant, au lieu d’une baisse, c’est un nouveau record qui a été constaté, comme le souligne le dernier rapport de Nature Communications. Elles n’ont jamais été plus hautes qu’en 2018.

Des émissions sauvages en Inde et en Chine

Selon cette étude, cette augmentation historique de ces émissions de trifluorométhane provient tout particulièrement de la Chine et de l’Inde. Ces deux pays avaient pourtant affirmé avoir procédé à une réduction drastique de leurs émissions. Au lieu des 2.400 tonnes prédites en fonction des affirmations, ce sont en fait 15.900 tonnes de HFC-23 qui ont été rejetées dans l’atmosphère terrestre.

Un tel écart équivaut à l’ensemble des émissions carbones d’un pays comme l’Espagne sur une année. De quoi supposer que la Chine et l’Inde n’ont en rien tenté de réduire leurs émissions de trifluorométhane. Ou que, comme le suppose ce rapport, il existe une «  production substantielle non-déclarée (…) dans un lieu inconnu, dont résulterait une quantité non comptabilisée de HFC-23 se libérant dans l’atmosphère ».

Illustration bannière : Pollution dans l’atmosphère – © Junk Culture
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Attention avec vos abus de language :
    – le CO2 n’est pas toxique ! (cf. titre) on en respire et on en produit. La toxicité se rapporte à un effet chimique sur un forme de vie. Il ne réagit pas non plus sur l’ozone ; c’est juste un GES,
    – certains CFC sont des GES,
    – le trifluorométhane est aussi un GES. Il est dangereux comme les CFC parce qu’il détériore de la couche d’ozone (protection contre les radiations UV cancérigènes) mais faiblement toxique en soi.

Moi aussi je donne mon avis