Tillandsia : ces mystérieuses plantes sans racine

Poétiquement nommée « fille de l’air », le tillandsia a une aptitude naturelle à s’accrocher partout où les conditions le lui permettent : fils téléphoniques, rochers nus, écorces ou encore branches d’arbres… L’avantage de ces bien nommées : pas besoin de terre, ni de dépenser de l’énergie à pelleter pour creuser un trou !

Rédigé par Eva Souto, le 29 Jan 2018, à 14 h 20 min

Et pour cause, les tillandsias n’ont pas de racine ! Un atout dont elles savent se servir pour piquer la curiosité des amateurs de plantes. Partons donc à la découverte de cette plante originale qu’est le tillandsia.

Tillandsia : une plante qui a plus d’un tour dans sa poche

Plante de la famille des Broméliacées, dont le membre le plus connu n’est autre que l’ananas, les tillandsias vivent sans terre et sans racine ! Le genre tillandsia est composé de près de 400 espèces de plantes vivaces au feuillage persistant.

tillandsia

Tillandsia en fleur © Noppharat4969

Il existe des tillandsias :

  • terrestres
  • épiphytes, que l’on trouve le plus souvent : ils ont la particularité de vivre sur d’autres végétaux sans se nourrir à leurs dépens, comme le feraient par exemple des parasites. Ici, le végétal ne leur sert que de support.

Les tillandsias n’ont pas de racine mais elles présentent toutefois des « crampons » qui leur permettent de s’accrocher sur les arbres, cactus, toits de maison ou autres fils électriques. Ces crampons leur permettent aussi de se nourrir, mais c’est surtout et principalement par leurs feuilles qu’elles s’alimentent. En effet, ces dernières captent l’humidité ambiante et filtrent les microparticules de l’air.

Les trois sortes de tillandsias

On peut classer la large variété de tillandsias en 3 catégories :

  • Les tillandsias qui ont un besoin faible en humidité ambiante et qui par conséquent, vivent dans des régions désertiques. Elles ont souvent des feuilles plus épaisses et plus blanches, qui correspond à une concentration de micro-écailles.
  • Les tillandsias qui ont un besoin modéré en humidité ambiante. On les trouve le plus souvent dans les forêts.
  • Les tillandsias qui ont un besoin plus grand en humidité ambiante. Ces dernières vivent donc dans des zones humides. Ces variétés présentent généralement des feuilles plus minces et plus vertes.
tillandsia

Des tillandsias sur un morceau de bois © Todd Boland

Origine des tillandsias

Les Tillandsias sont exclusivement originaires d’Amérique Centrale, d’Amérique du Sud, du sud des États-Unis et des îles avoisinantes. Sauf exception pour la Tillandsia Pitcairnia Feliciana, qui elle, est originaire d’Afrique.

On trouve des variétés qui vivent dans la nature sur d’autres continents comme l’Asie par exemple, mais elles sont le fruit de l’importation humaine.

En plus de présenter des éléments insolites, comme l’absence de racine et la possibilité de se nicher un peu partout, elles ne sont ni toxiques pour les humains, ni pour les animaux. Mieux encore, quelques tribus en utilisent certaines pour leurs vertus médicinales.

 Lire page suivante : comment les faire pousser à la maison ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. j’ai du trop arroser car maintenant certaines ne fleurissent plus.
    j’avais lu qu’il fallait leur donner de l’eau déminéralisée matin et soir,
    mystère… je vient de lire deux fois par semaine donc je vais faire machine arrière en espèrent que tout rentre dans l’ordre.se sont des tillandsia.

  2. Bonjour, bravo pour ce travail de recherche sur les tillandsias, juste une petite remarque concernant la floraison, vous dites tous les ans et quand elles le veulent; cela n’est pas juste, c’est tous les deux ou trois ans, car en général la floraison est leur mode de reproduction, elles font les rejets, et ce sont eux, mais ils leurs faut le temps de grandir qui feront la floraison suivante et en plus grand nombre
    Naturellement votre, Alexandre PERROT

Moi aussi je donne mon avis