Vers la fin des terrasses chauffées ?

La ville de Rennes compte interdire les terrasses chauffées, pour des raisons tant esthétiques qu’écologiques. Cela pourrait-il devenir l’un des thèmes des prochaines élections municipales ?

Rédigé par Paul Malo, le 1 Dec 2019, à 10 h 10 min

L’écologie, c’est aussi sur les terrasses des cafés et restaurants que cela se passe : certaines municipalités prônent l’interdiction des terrasses chauffées.

Des terrasses couvertes et (très) chauffées

La ville de Rennes va-t-elle donner l’exemple ? Après l’interdiction de fumer à l’intérieur des bars et restaurants, il y a maintenant quelques années, c’est sur les terrasses chauffées et couvertes que les fumeurs avaient trouvé refuge. Mais à partir du 1er janvier, les terrasses chauffées seront interdites à Rennes, sur demande expresse de la municipalité.

Pourquoi une telle interdiction ? D’abord pour une question de santé publique, a expliqué Nathalie Appéré, maire PS de la capitale bretonne, à l’approche des élections municipales. En effet, les émanations de tabac s’accumulent dans les terrasses fermées et chauffées. Pour autant, ces terrasses, qu’elles soient ouvertes ou fermées, respectent la loi Évin quant à la consommation de tabac. Rappelons que l’interdiction des terrasses chauffées avait d’abord été décidée en France en 2011 avant d’être annulée.

Des rejets de CO2 à longueur de journée

Mais la municipalité invoque également, pour cette interdiction, des raisons écologiques. En effet, les chauffages d’appoint de ces terrasses sont d’importants émetteurs de CO2 : un brasero allumé  pendant huit heures en extérieur équivaudrait aux rejets d’un trajet de 350 km en voiture. L’argument n’est pas une première en Bretagne : à Vannes et Dinard, des chartes écologiques et esthétiques imposaient déjà que soient supprimés les chauffages d’appoint comme les barnums hivernaux.

terrasse de café chauffée

Le chocolat chaud comme chauffage à une terrasse de café – © Lucia Romero

Alors que les terrasses extérieures sont aussi accusées de « cacher le patrimoine au lieu de le révéler », les commerçants rennais auraient tout de même jusqu’en 2022 pour remplacer leurs matériels par des équipements plus esthétiques. Esthétiques ou écologiques ? Pas sûr, avant que les élections approchent, que la lutte contre le réchauffement climatique soit la première des motivations de la décision de l’édile rennaise.

À Paris, un règlement clair pour les terrasses chauffées

Pour autant, faut-il ou non interdire les terrasses chauffées ? Le débat pourrait tout de même devenir l’un des sujets des prochaines élections municipales, notamment dans une ville comme Paris. Alors que, pour un Français sur trois, l’environnement doit être l’une des priorités du futur maire, la suppression d’une telle source de pollution pourrait aller rejoindre les autres thèmes « verts » urbains, entre réduction du nombre de voitures et revégétalisation.

À Paris, les parasols chauffants ont comme ailleurs fait leur apparition au lendemain du décret Bertrand, en 2006, interdisant de fumer dans les lieux publics et les lieux de restauration. Les règlements s’appliquant aux terrasses précisent d’ores et déjà que le mode de chauffage ne doit pas générer de gaz polluants. Pour autant, en tentant d’imposer le remplacement des chauffages à gaz par des appareils électriques, la mairie de Paris avait été déboutée par le tribunal administratif en 2011. Alors, que les terrasses chauffées et couvertes bien souvent monopolisées par les fumeurs peuvent représenter 20 % du chiffre d’affaires des bars et restaurants, pas sûr que quelque candidat que ce soit ose les remettre en cause à quelques mois des élections municipales.

Illustration bannière : Plus de terrasses chauffées ? Si le chauffage au gaz avait été autorisé à nouveau pendant quelques années, ils pourrait être interdit – © travelcamera
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis