Paris, les terrasses chauffées vont continuer à gaspiller

Rédigé par Jean-Marie, le 18 Feb 2013, à 23 h 19 min

C’est une victoire pour les cafetiers parisiens et une défaite pour l’environnement. Un point marqué par l’égoïsme corporatiste au détriment du bien commun. La Capitale ne pourra pas interdire les terrasses chauffées au gaz en extérieur. Voici pourquoi.

Les chauffes-terrasse au gaz à nouveau autorisés

TERRASses-paris-chauffage gazLes terrasses chauffées au gaz pourraient bien ne pas disparaître des terrasses parisiennes malgré la tentative de la mairie de s’en débarrasser. En mai 2011 un arrêté interdisait ces chauffages au gaz pour des raisons écologiques.

Le Synhorcat, syndicat patronal dans l’hôtellerie et la restauration s’était plaint de ce nouvel arrêté mais , François Dagnaud, en charge de la propreté et du traitement des déchets à Paris s’était, quant à lui, réjouit de cette initiative qui devait aussi rendre les cendriers obligatoires. (cf la fin des terrasses chauffées au gaz ?…)

carton rouge canadaEn novembre 2011, le Comité français du butane et propane (CFBP) avait ensuite demandé l’annulation de l’arrêté. C’est à lui que va notre carton rouge : ce Comité a montré un bel exemple de ce que peut être un corporatisme étroit.

 

Repères : 1 – Paris compte à ce jour plus de 8.000 terrasses ouvertes pour 3.500 terrasses fermées.

2 – A  noter que ces chauffe-terrasses fonctionnent avec du gaz propane. En Angleterre, l’Energy Saving Trust a caculé que ce gros chauffage au gaz brûle 1 kilo de propane et rejette près de 3 kilos de gaz carbonique par heure. Le cabinet de conseil Carbone 4 a estimé en 2009 que le bilan carbone d’une  terrasse avec 4 parasols (ou braseros) au gaz allumés pendant  8 heures, équivaut à celui d’un trajet de 350 km en voiture Les laisser chauffer les terrasses en plein air toute la journée est un absurde gaspillage  .

Malheureusement, le tribunal administratif a invalidé cet interdit dans un jugement du 24 janvier. Le CFBP se justifie en expliquant que, “l’interdiction décidée par la mairie de Paris reposait essentiellement sur des impératifs de développement durable considérant de façon arbitraire qu’un chauffage électrique est sur ce plan meilleur qu’un chauffage au gaz“.

Mais “après examen du dossier et notamment d’une étude de l’Ademe, le tribunal administratif a considéré ne pas disposer d’élément permettant de justifier un traitement différencié entre les dispositifs de chauffage au gaz et à l’électricité“, poursuit le comité.

La Mairie de Paris, qui sait bien que ses terrasses ont su attirer des millions de “boulevardiers” pendant des siècles et avant qu’on n’installe les voraces chauffages au gaz, a décidé de faire appel.

Rue89, se faisant l’écho bien-pensant des cafetiers, juge que  l’interdiction des chauffe-terrasses au gaz par las Autorités municipales est “une initiative symptomatique d’une vision idéologique de l’écologie“. consoGlobe soutient la Mairie de Paris ; pas la peine de chauffer les terrasses en plein hiver pour apprécier la capitale.

Parisiens, soutenez votre mairie !

*

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. Peut importe le moyen de chauffage utilisé, c’est un non sens total de chauffer nos rues. En dehors du désastre écologique, on est mal partit pour une indépendance énergétique de la France.

  2. On marche sur la tête. En Europe du Nord, où il fait bien plus froid qu’à Paris, les terrasses sont tout simplement équipées de…couvertures ! Ben oui, des couvertures ! Zéro énergie gaspillée, sauf pour faire la lessive de temps en temps ! Et en plus, quel plaisir de se lover dans ces couvertures, plutôt que de griller sous un chauffage tout en ayant froid dans le dos…Le développement durable, c’est souvent juste un peu de bon sens, mais il semble que ce ne soit pas la chose la mieux partagée du monde, hélas.

  3. Bonjour
    “Le CFBP se justifie en expliquant que, « l’interdiction décidée par la mairie de Paris reposait essentiellement sur des impératifs de développement durable considérant de façon arbitraire qu’un chauffage électrique est sur ce plan meilleur qu’un chauffage au gaz”
    autrement dit c’est nucléaire contre gaz, le maire de Paris se moque bien de l’environnement et sert la soupe aux copains. Je prends l’apéritif tous les dimanches avec mes amis à une terrasse non chauffée, personne ne se plaint. Mettez 1 seule fois du chauffage et supprimez le ensuite, il y aura une manif des gaziers ou des électriciens, pas forcément du public.

  4. Est ce que la salle de “consommation de drogue” à Paris sera chaufée ?

  5. Ni gaz ni électricité. Ne chauffons pas le ciel !

  6. Je ne suis “qu’un” provincial perdu au fond de ma Sologne Bourbonnaise, Allier, Auvergne, France.
    Je trouve, pardonnez-moi le langage, “complètement con” de brûler des calories pour une bande de peigne-culs qui n’ont rien d’autre à foutre d’intelligent que de se traîner à une terrasse de bistrot en plein hiver, comme s’il n’y avait vraiment pas d’autre lieu pour faire ce qu’ils ont à faire pendant ce temps-là !
    Pauvres citadins égarés… si vous étiez obligés de couper le bois pour vous chauffer, vous trouveriez la solution !!!

  7. Que fait le syndicat des vendeurs de pull over qui devrait soutenir la cause parisienne de même que le syndicat des glaciers confiseurs qui devraient se battre pour que les terrasses restent froides permettant ainsi de deguster de bons sorbets sans qu’ils ne fondent. Et que font les buralistes qui devraient soutenir le chauffage des terrasses ouvertes pour que la conso de cigarette de s’éffondre pas…..

Moi aussi je donne mon avis