Le slow flower : le mouvement des fleurs bio et françaises

Vous pensiez que les fleurs de votre salon étaient françaises ? Raté, la plupart sont produites à des milliers de kilomètres. Après le slow food et la slow fashion, nous assistons à l’émergence du slow flower.

Rédigé par Audrey Marie, le 14 Mar 2020, à 13 h 00 min

Né aux États-Unis dans les années 2000, le mouvement du slow flower se déploie petit à petit en France, parce que la consommation locale et éthique passe aussi par les fleurs.

La tendance du slow flower, des fleurs aux 4 saisons

Fini les roses pour la Saint-Valentin ! Respecter la saisonnalité des fleurs, c’est le coeur même du slow flower qui s’affiche dans l’air du temps. Bio, locales, de saison, circuit-court, made in France, tout comme le secteur de l’alimentation ou de la cosmétique, les fleurs n’échappent pas à la règle. Les horticulteurs et pépiniéristes souhaitent redynamiser la filière horticole française. La fleur slow est bio et équitable, cultivée en France, sans pesticides et en fonction des saisons. De la graine au compost, la production de fleurs bio est un cercle vertueux. L’avantage pour le consommateur ? Retrouver des fleurs résistantes, durables, odorantes et 0 % de pesticides.

Où acheter des fleurs françaises ? Les producteurs et fleuristes du slow flower

Ils développent la fleur 100 % française ! La ferme de Lescinquit en Bretagne est l’une des premières fermes florales avec la culture de fleurs bio et locales, vendues en circuit-court. Chez Fleur d’Arles, Marie les propose cultivées uniquement en Camargue. Ou encore l’association Fleurs de Cocagne qui produit et commercialise des fleurs, tout en travaillant avec des femmes en réinsertion professionnelle. Quant à la Ferme Florale Urbaine, elle réintroduit la fleur locale à Paris en exploitant ses plants sur les terrasses de l’Hôpital Robert Debré.

fleurs francaises

Un fleuriste qui vend des fleurs locales ©frantic00

Certains fleuristes suivent le mouvement à l’image du concept store Désirée qui assure la livraison de fleurs coupées bio à vélo. Fleurs d’Ici vend aussi des fleurs en circuit court sur Internet. On remarque également le retour des fleurs séchées françaises au sein des mariages et autres événements avec les créatrices de Bobotóv, à Lille.

Les labels pour des fleurs écologiques

Le Collectif de la Fleur Française(1) est une association qui soutient et recense les acteurs du slow flower.

Vous pouvez également identifier les fleurs françaises grâce à deux labels :

  • le label Fleurs de France garantit que les fleurs sont cultivées en France ;
  • le label Plante Bleue est une certification horticole délivrée aux professionnels français, engagés dans une démarche respectueuse de l’environnement.

La fleur, une industrie polluante

Il ne faut pas se laisser attendrir par sa beauté. Le marché de la fleur conventionnel présente un impact environnemental catastrophique. 80 % des fleurs achetées chez les professionnels du secteur sont importées et proviennent soit des Pays-Bas où elles sont cultivées en serres chauffées, soit des pays plus lointains comme le Kenya ou l’Amérique du Sud, avec une main-d’oeuvre bon marché et des conditions de travail contestables. Acheminées par avion puis stockées en chambre froide, les fleurs sont ensuite arrosées de produits phytosanitaires toxiques afin de mieux résister au transport.

Au final, les consommateurs se retrouvent avec des fleurs qui s’abîment plus vite qu’autrefois et qui n’ont quasiment plus d’odeur. C’est une aberration écologique car la France est tout à fait capable d’assurer sa propre production. L’industrialisation des végétaux et la concurrence des pays étrangers ont causé sur le territoire la disparition de 40 % des horticulteurs.

Comme les fruits et légumes, il est temps d’afficher chez vous le calendrier des fleurs de saison et de suivre le mouvement. La révolution florale est en marche !

Illustration bannière : Fleurs françaises © KIRAYONAK YULIYA

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice web freelance, parisienne, Audrey a jeté l'ancre en Bretagne après avoir vécu 3 ans au Brésil. Elle aime écrire sur les sujets liés au...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis