Réchauffement climatique : les traînées de condensation des avions mises en cause

Une synthèse de plusieurs études, publiée dans la revue Nature Communications explique que les traînées de condensation des avions sont responsables du réchauffement climatique. L’aéronautique pourrait, pour les diminuer, avoir recours aux biocarburants.

Rédigé par MEWJ79, le 14 May 2018, à 9 h 55 min

Les chercheurs s’intéressent aux traînées des avions car celles-ci ont un impact sur le climat, notamment son réchauffement. Dans une synthèse de diverses études, ils apportent des solutions pour améliorer le phénomène.

Les traînées d’avion, une des causes du réchauffement climatique actuel

Les traînées d’avion tout comme les nuages, créent parfois des formes originales et sont observées par les plus jeunes avec joie. Mais les scientifiques, eux, les étudient depuis plusieurs décennies avec plus d’inquiétude. Les conditions de formation des traînées d’avion dans le ciel ont en effet été comprises dans les années 1940 avec les travaux de Schmidt (1941), puis Appleman (1953).

Or, ces traînées de vapeur d’eau seraient une des causes du réchauffement climatique actuel. Une synthèse de plusieurs études, publiée  dans la revue Nature Communications en apporte la preuve.

condensation avion

Traces de condensation due aux passages d’avion © Shelly Still

Ainsi, l’auteur principal de l’étude, Bernd Kärcher, explique ce phénomène inquiétant : « C’est environ moitié-moitié, ou peut-être même un peu plus pour les nuagesIl est important de remarquer que le CO2 persiste beaucoup plus longtemps dans l’atmosphère que les nuages produits par les avions ». Le physicien du Centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique (DLR) estime qu’il existe donc une possibilité d’éviter ce phénomène ou du moins de le diminuer : « Empêcher la formation de ces nuages pourrait donc constituer une solution rapide pour ralentir le changement climatique et nous donner un peu de temps pour arriver à réduire les émissions de CO2. »

Solutions envisagées : les combustibles synthétiques, les biocarburants voire l’avion électrique

Ces traînées se forment comme lorsque la température est froide dehors et qu’il se crée un petit nuage devant votre bouche lorsque vous respirez. Pour rappel, l’air chaud et humide, qui sort du moteur d’avion, se mélange avec l’air plus froid et plus sec de l’atmosphère. Sous certaines conditions de température et d’humidité que l’on ne rencontre que dans la haute atmosphère vers des altitudes de 10 km à nos latitudes, ce mélange conduit à la condensation de la vapeur d’eau en gouttelettes d’eau liquide qui gèlent ensuite pour former un nuage de petits cristaux de glace. Mais ces cirrus sont formés de poussières de suie rejetées par les réacteurs d’avion. Ainsi, les rayons du soleil traversent facilement ces nuages et réchauffent l’atmosphère.

La patrouille de France et ses fumées colorées © mountainpix / Shutterstock

Dans cette étude scientifique, des solutions sont apportées. Bernd Kärcher évoque les combustibles synthétiques, dérivés du charbon, du gaz naturel ou de la biomasse, ou encore les biocarburants, dont la combustion entraîne l’émission de beaucoup moins de particules dans l’air que le kérosène. L’aviation pourrait donc s’inspirer de l’automobile. L’hydrogène liquide ou le gaz naturel liquéfié pourraient également être des pistes prometteuses, mais elles nécessitent d’autres types de moteur. Les avions électriques régleraient évidemment aussi le problème, mais demeurent pour l’instant un « rêve lointain », selon Bernd Kärcher.

Illustration bannière : Traces de condensation à la sortie des réacteurs d’un avion- © aapsky
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Mais non!!!!!!! c’est le vilain petit automobiliste qui pollue, par les 60000 avions qui décolle ni qui atterrissent tous les jours, pas plus que les centaines de paquebots de croisières qui consomme 300 tonnes de mazout/jour combustible 3500 fois plus polluant que le gasoil des voitures des vilains petits automobilistes, cherchez l’erreur, avec notre super ministre écolo pot de fleurs hulot, pas prêt de trouver la réponse!!!!!!!!!!

  2. Et les chemtrails, épandages chimiques contenant de l’aluminium et autres métaux lourds, pourquoi n’en parlez-vous pas ? L’aluminium est en grande partie responsables de maladies telles qu’Alzheimer et entraine la mort des végétaux qui ne peuvent plus absorbés l’eau par les racines, des abeilles (outre les pesticides)…

  3. Comment fabrique-t-on les bio carburants? Il faut de l’électricité en grande quantité, va -t-on utiliser du pétrole, du gaz, du charbon, du nucléaire, hydraulique?
    Les énergies renouvelables sont très insuffisantes.
    L’idée est bonne, mais c’est le serpent qui se mord la queue!!!
    Nous éliminons une pollution pour la remplacer par une autre!!
    C’est le même problème avec les voitures électriques, à hydrogène, etc…

Moi aussi je donne mon avis