La LPO interpelle Nicolas Hulot sur les quotas de chasse aux alouettes

Alors que l’espèce est en péril, un projet d’arrêté ministériel permettrait de maintenir, pour la prochaine saison de chasse, le quota annuel autorisé de piégeages d’alouettes à 370.000 têtes.

Rédigé par Paul Malo, le 31 Jul 2018, à 11 h 40 min

Faites ce que je dis, pas ce que je fais ? La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) appelle Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, à la cohérence sur les futures autorisations de chasse aux alouettes.

Le plan biodiversité sera-t-il inauguré par l’autorisation de  chasse de 550.000 alouettes ?

En effet, un projet d’arrêté ministériel relatif au piégeage des alouettes a reçu le feu vert, le 24 juillet 2018, du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage. Il permettrait de maintenir, pour la prochaine saison de chasse, le quota annuel autorisé de piégeages d’alouettes à 370.000 dans le Sud-Ouest du pays, chiffre auquel s’ajoutent les 180.000 autres tuées au fusil chaque année.

Au total, calcule la LPO, cet arrêté prévoit d’autoriser le piégeage de 210.000 alouettes rien que dans le département des Landes, plus 120.000 en Gironde, 25.000 dans les Pyrénées-Atlantiques et 15.000 dans le Lot-et-Garonne. Où est la logique dans cette décision, alors que ce chiffre va bien au-delà des 106.285 alouettes déclarées piégées l’an dernier ? Même si l’association reconnait que l’agriculture intensive reste l’une des premières causes du déclin des alouettes des champs…

Une pétition à signer en ligne

La LPO qui dénonce un double langage de la part du gouvernement, a mis en ligne une pétition contre le piégeage des alouettes, espèce en péril, soulignant le côté cruel et non sélectif des pièges utilisés, entre pantes (doubles filets horizontaux sur le sol) et matoles (petites cages tombantes disposées au sol).

Mais pour le gouvernement, qui se fonde sur une directive européenne de 2009, ces techniques font parties des « chasses traditionnelles »… Un texte qui interdit « le recours à tous moyens, installations ou méthodes de capture ou de mise à mort massive ou non sélective ou pouvant entraîner localement la disparition d’une espèce ».

Pourtant, selon les chiffres officiels, la population nicheuse d’alouettes des champs a déjà chuté de moitié en Europe (-55 %) entre 1980 et 2014. Alors, n’y a-t-il pas là de quoi largement inciter à revoir les quotas de chasse à la baisse dans les années à venir ?

Illustration bannière : Une alouette des champs – © Abi Warner
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




4 commentaires Donnez votre avis
  1. Mr Hulot, je vous croyais plus amoureux de la nature, et je suis vraiment déçue que vous autorisiez ce massacre, alors qu’il y a de moins en moins d’oiseaux, c’est honteux! Tout cela pour le plaisir de quelques richards…

    • hulot n’est qu’un pot de fleurs sur le coin d’un bureau à la botte de macron, rien d’autre.

  2. Une ancienne tradition consistait à mettre les indésirables au centre d’une piste de cirque et de lâcher les lions; je suggère qu’on remette cette tradition en vigueur et qu’on y mette ces chasseurs débiles, …., et qu’on lâche les lions !
    Il y en a mare de ces imbécilités et lois européennes débiles ce n’est pas parce qu’elles existent qu’on est obligé de les appliquer, notre gouvernement ne fera rien non plus surtout avec un ministre de l’agriculture et de la chasse aux ordres des lobbys (dont celui de la chasse)

  3. hulot le miroir aux alouettes, un pot de fleurs sur le coin d’un bureau à la botte de macron 1er, rien d’autre.

Moi aussi je donne mon avis