Primaire à droite : l’écologie n’est pas au coeur des programmes

Avant le second tour de la primaire de la droite et du centre qui opposera François Fillon et Alain Juppé, zoom sur des programmes écologiques peu fournis.

Rédigé par Sybille de la Rocque, le 23 Nov 2016, à 11 h 05 min

François Fillon et Alain Juppé ne se sont que très peu exprimés sur l’écologie. Quelques points de programmes méritent toutefois d’être soulignés avant le second tour de la primaire de la droite et du centre qui se déroulera dimanche prochain.

Consolider la filière du nucléaire et relancer la recherche sur les OGM

L’entre-deux tours de la primaire de la droite et du centre est l’occasion de se pencher plus attentivement sur les programmes des deux candidats qui se présenteront de nouveau devant les Français, dimanche 27 novembre. Si l’écologie a été quasiment absente des débats qui ont préparé cette élection, certains points de programme ont attiré l’attention des électeurs soucieux de l’environnement.

Sur le terrain du nucléaire, les deux candidats se rejoignent. Quand Alain Juppé se dit opposé à la fermeture de la centrale de Fessenheim, François Fillon propose de « consolider la filière nucléaire française qui représente 220.000 emplois directs et de prolonger l’exploitation des centrales de 40 à 60 ans sous réserve de l’accord explicite au cas par cas de l’Autorité de sûreté nucléaire ».

primaire de la droite, nucléaire

Les animaux interpellent les candidats

Notre-Dame-des-Landes fait également parler les candidats, puisque François Fillon comme Alain Juppé se sont tous les deux prononcés en faveur de l’évacuation des manifestants. Les deux finalistes tombent également d’accord sur le sujet des OGM. Quand Alain Juppé se dit favorable à la recherche sur les organismes génétiquement modifiés, François Fillon a récemment affirmé, dans une tribune publiée sur le site Wikiagri : « Osons relancer les recherches qui ont été interrompues au nom du principe de précaution, notamment en génétique ».

Si les électeurs n’ont que très peu interpellé les candidats sur ces questions, les animaux se sont montrés plus loquaces. Dans un manifeste baptisé « Animal Politique », 26 associations de défense de la cause animale se sont réunies pour engager les futurs candidats à la présidentielle à prendre les animaux en considération. Ils demandent notamment l’abolition de la corrida, l’interdiction d’utiliser des animaux sauvages dans les cirques, la fin des pratiques barbares dans les abattoirs et la limitation de la vivisection dans les laboratoires.

Illustration bannière : François Fillon – © Marie-Lan Nguyen (CC BY 3.0) via Wikimedia Commons / Alain Juppé – © M0tty (Public domain) via Wikimedia Commons
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. La droite est un parti politique basé sur le droit de propriété, donc qui favorise ceux qui en ont le plus :les riches, les multinationales, …! Alors protéger les biens communs (l’environnement, la santé,…) ça va forcément à l’encontre de leur nature…
    Ce que je ne comprends pas c’est comment ceux qui n’ont pas de propriété (la majorité) peuvent voter pour eux…

Moi aussi je donne mon avis