Le prêt solidaire entre particuliers, nouveau circuit économique

Rédigé par Annabelle, le 23 May 2013, à 17 h 01 min

Les amis de mes amis sont mes amis

billetsHellomerci est une plateforme de prêts entre particuliers solidaires. En d’autres termes, contrairement à de l’épargne solidaire, le particulier qui prête de l’argent ne recevra pas de rémunération en retour.

On est en pleine économie de partage : l’intérêt qu’un prêteur tirera sera celui de participer à un projet auquel il croit, soit parce qu’il défend des valeurs qui lui sont chères, soit parce que le projet contribue au bien-être de la communauté tout entière.

Prenons l’exemple de Re-sac : deux entrepreneuses, les EcoActions, déjà très investies dans le recyclage ont eu l’idée de récupérer des déchets tels que des bâches de piscines et de les revaloriser, en les transformant en sacs à main, sacs de plage ou trousse d’école.

crowdfundingLes EcoActions avaient besoin de 1 200 € pour boucler leur budget de confection et envisager le lancement de leur nouvelle collection. Elles comptent sur la vente de leurs produits pour procéder au remboursement. Le projet revêt des intérêts tant écologiques – puisqu’elles réutilisent des matériaux destinés au rebut – que solidaires – en s’associant à un Esat pour collaborer avec des travailleurs handicapés – et économiques grâce à une fabrication « made in France ».

En s’inscrivant sur la plateforme, le porteur de projet peut toucher une communauté à différents niveaux :

  1. l’entourage proche c’est-à-dire les amis, la famille, les voisins, les collègues
  2. les relais d’influence ; là on parle des amis d’amis, des amis des collègues, etc.
  3. le grand public, c’est-à-dire des personnes que le porteur de projet ne connaît pas encore, mais dont il partage les valeurs.

Ce sont donc les porteurs de projet qui financent la plateforme, au travers de la commission retenue sur les collectes réussies, de 3 % à 6 % selon la durée.

Le risque O n’existe pas bien entendu. Si un porteur de projet fait défaut, sa communauté de prêteurs ne sera pas remboursée. Chacun disposera d’une reconnaissance de dette lui permettant de poursuivre ou non la personne en justice. Mais des spécialistes du domaine comme Muhammad Yunus ont démontré que l’exposition au public et la pression sociale sont bien plus efficaces que toute autre garantie ou forme de contrôle. Un porteur de projet s’expose, risquant ainsi sa réputation et son image en cas de manquement.

En tout état de cause, comme le soulignent les fondateurs d’hellomerci, dans l’environnement de la finance participative ou du microcrédit, les impayés sont bien plus rares que dans le milieu bancaire conventionnel.

Néanmoins, méfiance face à certains sites qui fleurissent sur le web : certains sont basés à l’étranger et promettent des prêts sans difficulté et vous demande en échange un petit versement…

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...