Près de Paris, des réfugiés plantent un potager en permaculture

À Conflans-Sainte-Honorine, près de Paris, des réfugiés tibétains apprennent la permaculture grâce à aux bénévoles engagés de La Pierre-Blanche. Une initiative réjouissante !

Rédigé par Pauline Petit, le 18 Jun 2017, à 8 h 25 min

Depuis 2011, la ville de Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines, est devenue un lieu d’accueil de réfugiés tibétains. Malgré l’afflux croissant, une association, La Pierre-Blanche, les accueille dans les meilleures conditions possibles. Certains dorment dans des familles d’accueil, d’autres dans des maisons prêtées par la collectivité, même si beaucoup se trouvent encore dehors. De nombreux bénévoles se mobilisent pour faciliter leur intégration. Parmi eux, Véronique qui a mis en place avec eux des jardins potagers en permaculture où ils peuvent cultiver leurs propres légumes.

Un potager en permaculture créé par les réfugiés tibétains

Il fait déjà chaud dans les Yvelines sous le soleil de mai. Mais, cela ne décourage pas les seize occupantes de la “Maison 3“, l’un des logements dont s’occupe La Pierre-Blanche pour l’accueil des réfugiés. Sous l’oeil de Véronique, bénévole aux Colibris, les réfugiées s’activent pour créer une butte de permaculture pour y planter des légumes.

Une source de nourriture et une occupation salutaire

On voit que ces femmes sont d’origine paysanne, elles savent comment manier les outils et adorent s’occuper du jardin” , note Marie-Pierre, salariée à La Pierre-Blanche : ces réfugiés tibétains fuient les persécutions chinoises à l’étranger, laissant souvent tout derrière eux, et malgré leur statut de réfugiés, peinent à trouver un travail : alors, le jardin leur assure subsistance et les occupe dans la journée.

Pierre-Blanche refugies permaculture

Les femmes principalement aiment s’occuper du jardin. “Leur compost est également impeccable, plus que dans la maison des hommes où ils laissent leurs déchets de repas“, note Véronique : en effet, un compost a également été mis en place dans chacune des maisons.

Les jardins ont donc été transformés en potager par Robin, service civique de l’association puis Véronique qui a pris le relais. Elle qui a tout appris sur le tas de la permaculture, montre aux Tibétains comment réaliser des buttes. Ceux-ci récupèrent le fumier de cheval d’un centre équestre proche dans lequel ils travaillent.

Peu à peu, nous travaillons ensemble sur les variétés de légumes cultivés en permaculture” : Véronique choisit les semences en fonction des habitudes alimentaires des Tibétains. “La mâche, par exemple, n’a pas du tout marché cet hiver. Par contre les oignons, l’ail, les épinards sont très demandés ” note Marie-Pierre.

D’autres initiatives positives ont été mises en place avec La Pierre-Blanche et les Tibétains : une art-thérapeute organise par exemple des ateliers de danse, de chant et d’arts plastiques avec eux. “Ils retrouvent le sourire et certains n’ont même plus besoin de soins médicaux avec ces sessions d’art-thérapie“.

Des formes d’intégration des réfugiés originales, à dupliquer partout en France !

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis