Pantalon fendu et hygiène naturelle infantile : solutions anti-couches ?

Quand on parle de bébé, les couches sont au centre de toutes les attentions. Les couches jetables sont accusées de peser lourd dans nos poubelles et de contenir des produits toxiques, les couches lavables nécessiteraient trop d’entretien. Et si des alternatives existaient ? Pour un meilleur apprentissage, avez-vous déjà entendu parler de l’hygiène naturelle infantile et du pantalon fendu ?

Rédigé par Aurore, le 5 May 2017, à 16 h 10 min

Côté Puériculture, les débats sont nombreux autour de bébé. Faut-il allaiter ? Les biberons sont-ils dangereux ? Les couches sont au centre de toutes les attentions. Les jetables sont accusées de peser lourd dans nos poubelles et de contenir des substances toxiques. Les couches lavables de nécessiteraient trop de travaux et de produits d’entretien. Et si d’autres solutions existaient ?

Pantalon fendu et hygiène naturelle infantile : et si on pouvait se passer des couches ?

Concernant l’hygiène de bébé, seules 2 solutions s’offrent à nous : les couches lavables et les couches jetables. Il y a débat.

hygiène naturelle infantile

© andriano.cz

Anne-Sophie Ourth, auteur de la thèse “Les couches lavables constituent une alternative moderne, écologique et économique aux couches jetables” va dans le même sens que de nombreuses études : les couches lavables sont plus écologiques et plus économiques que les couches jetables. D’après ses recherches et calculs, entre 0 et 2 ans 1/2 (âge moyen pour l’arrêt de la couche), le change d’un enfant avec couche lavable revient à 0,11 centimes en moyenne (coût des couches et entretien compris). Cela se situe entre 0,13 et 0,51 euros pour les couches jetables (selon la marque).

Côté énergie, Anne-Sophie Ourth a pu établir que les couches jetables consomment 90 fois plus de matières premières renouvelables, 8,3 fois plus de matières non-renouvelables, 3,5 fois plus d’énergie et 2,3 fois plus d’eau.

Un duel largement remporté par les couches lavables. Pourtant, l’Agence britannique pour l’environnement qui estime que le bilan environnemental des couches lavables et jetables est équivalent. Et si dans le doute, on passait à autre chose ?

Le pantalon fendu : solution venue de Chine

Les industriels de la couche jetable rêvent de conquérir le marché chinois. Pays le plus peuplé du monde, la Chine compte des millions de naissances chaque année. Une manne pour les marques de couches alors ? Et bien pas tant que cela !

hygiène naturelle infantile, pantalon fendu

DR : Marketing-Chine

En Chine, les couches ne sont pas mises de manière systématique ; on opte plus souvent pour le pantalon fendu. Il s’agit d’un pantalon classique, découpé ou fendu au niveau des fesses et du sexe. Il n’est pas rare de voir un enfant s’accroupir dans la rue, dans un parc ou même dans un magasin pour faire ses besoins, la mère n’étant généralement pas loin.

Cette solution vise à économiser mais aussi à ce que l’enfant fasse l’apprentissage de la propreté plus “tôt”. Bien sûr, c’est aussi considéré comme plus sain que de porter des couches.

Du côté des Européens, cette technique n’est pas courante et parfois considérée d’un mauvais oeil. Pourtant, le pantalon fendu a des avantages : non seulement les fesses de bébé restent protégées quand il ne s’accroupit pas, mais elles ne restent pas en contact avec l’urine et les selles. Sans macération, l’enfant est moins sujet aux rougeurs et érythèmes fessiers.

Le pantalon fendu est donc un “outil” parmi d’autres dans le cadre de l’Hygiène naturelle infantile ou HNI, visant à libérer l’enfant de la couche !

Lire page suivante : l’Hygiène Naturelle Infantile : qu’est-ce que c’est ?

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

14 commentaires Donnez votre avis
  1. bébé de 3 mois et demi en Hygiène naturelle, sans couche la journée, depuis sa naissance et c’est que du bonheur de voir le sourir de mon fils quand il fait pipi sur la bassine, ou sur la pelouse, ou dans les bois, ou sur un parking, les petits pipi de bébé ne vont pas pourrir la ville, faut arrêter de délirer, la voiture ne pourrit-elle pas plus?
    le but n’est pas d’avoir un bébé propre mais de répoondre a ses besoins au même titre que je le nourris quand il en a besoin, je le berce pour s’endormir, je l’habille pour qu’il n’ait pas froid, je lui fais faire pipi et caca quand il en a besoin, et les signes sont plus ou moins clairs, et l’intuition énorme.

  2. En Afrique les femmes et les petites filles portent les bébés dans le dos et ne sont que très très rarement salies par l’urine ou les selles.
    Je leur ai demandé comment elle savais que le bébé avait besoin de se soulager et toutes m’ont dit “ça se sent” : leur intuition m’a épatée !

  3. il est vrai que lorsque l’enfant n’a pas de couche, il prend très vite conscience de ce qui lui arrive et cela accélère le processus, ce que ne permettent pas les couches modernes hyper confortables. L’été dans le jardin, c’est possible, à l’intérieur sur la moquette c’est déjà plus difficile.
    Par contre, je suis très étonnée que le service maman-bébé que j’ai utilisé à la naissance de ma fille alors que nous étions au début des couches jetables n’existe plus. Ce service fournissait des couches en tissu, les lavait, les livrait. J’avais un grand récipient pour stocker les couches sales (bien entendu, je n’y laissais pas les matières). Je dois dire que cela m’a bien rendu service d’autant qu’à l’époque nous habitions un studio. J’avais connu ce service par l’intermédiaire de la clinique où j’avais accouché. Il me semble que cela pourrait être une alternative.

    • je me demande comment auraient fait ces mamans fan des couches jetables, aux époques ou il n’y avait meme pas de machine à laver, et des couches en tissu a faire sécher sans séchoir en plein hiver
      mais il n’y avait pas non plus de télé ou autres objets modernes pour occuper le temps

  4. Bonjour à tous,

    pour être allez en chine, je peux dire que j’ai vu les enfants aux pantalons fendus, et que cela n’a rien de choquant, et que les trottoirs
    sont propres, je vous rassure. En FRANCE il y a beaucoup de personnes
    qui urinent et crachent, sans compter les kleenex, dans les jardins publiques et j’en passe , pour ma part ma fille fût propre a 12 mois, pour cela je m’en suis occuper, et elle n’était pas traumatiser bien au contraire, bonne journée à tous

    • en france aussi, les enfants de parents asiatiques ont des pantalons fendus, mes voisins étaient asiatiques, et j’allais chercher le petit à l’école, c’était le seul qui était propre continuellement, les autres petits ne savaient pas toujours demander pour aller au pot

  5. bien gentil de faire ses besoins dans la rue en Chine , est ce plus propre ? est ce que la mère ramasse les excréments ? . je vois mal ce moyen en France.

    • Question d’éducation !
      En France, est-ce que les propriétaires de chiens ramassent les déjections de leur toutou chéri ?
      Est-ce que tous ces messieurs qui font pipi partout sur les murs en ville se soucient de la propreté ?

  6. je suis très étonnée par les commentaires de ces mamans, qui ont l’air de trouver qu’être propre de jour à 2 ans pour un bébé est plutôt remarquable…. Mes enfants, qui ont tous les trois la trentaine aujourd’hui, une fille et deux garçons, ont tous été propres vers 18 mois le jour et 2 ans la nuit, sans “prise de tête” particulière. Bien sur, le système du pantalon fendu a l’air super, mais il faut que la société puisse l’admettre, bien que, même en France, certains messieurs ne se gênent pas pour uriner en pleine rue, du moment qu’il leur est possible de se tourner… quant à l’état des toilettes publiques, on n’en parle même pas, alors….

  7. Tout ce qui est courant dans une culture n’est pas forcément souhaitable ni adaptable dans une autre. Les Chinois crachent énormémént dans les lieux publics, on peut à peine toucher une rampe : pourquoi pas nous ?
    Alors voir tous les petits francais montrer leurs fesses et entrejambe partout, bof. Passe encore à la maison au moment de l’apprentissage de la propreté, histoire de ne pas laver 3 pantalons par jour, mais en dehors de la maison, niet.

  8. dans notre pays cela est mal vu de voir des enfants se balader fesses nues n’importe où.mais je dois avouer que c’est quand même une bonne idée pour aider les enfants à être propre très tôt.mais je n’adopterai jamais cette solution là avec mes enfants

  9. Dans notre société, je pense vraiment que ca serait mal perçu l’utilisation de pantalon fendu. Même si s’est prouvé scientifiquement…

  10. Tiens tiens, il ne serait plus anti éducatif de mettre un enfant sur le pot le plus tôt possible ? on ne traumatiserait donc plus nos chers petits ?
    C’était la méthode que j’ai pratiquée avec mes 3 filles ( 45, 42 et 39 ans) suivant les conseils de ma mère, et elles ont toutes été propres le jour et la nuit à 2 ans, mais il y avait encore peu de couches jetables et on appréciait que la propreté soit rapide.Je vous rassure aucune de mes filles n’a passé des heures sur le pot et n’est traumatisée.
    Ce serait bien aussi, si on revenait aussi un peu en arrière en ce qui concerne la politesse et le respect dans l’éducation des enfants.
    je vous précise que j’ai été 37 ans institutrice en maternelle !

    • Ici pour une petite fille, fesses nues sous sa robe, avec ou sans pantalon fendu ou des jambieres selon la saison
      Tres positif, hygiénique, propre de jour av 2 ans 🙂

Moi aussi je donne mon avis