Obligation verte : La France emprunte 7 milliards d’euros

Lors de sa première émission d’obligation verte, la France a emprunté 7 milliards d’euros, une première pour les finances publiques.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 26 Jan 2017, à 9 h 30 min

Le 24 janvier 2017, la France a lancé la plus grosse obligation verte du monde, dont le montant fixé à 7 milliards d’euros permettra de financer les projets dédiés à la transition énergétique et écologique. La France est le deuxième pays après la Pologne à se lancer dans une telle opération.

Plus de 200 investisseurs finaux ont apporté leur soutien

Les obligations vertes correspondent à des titres de dettes dont le montant est destiné à financer des investissements en faveur de la transition énergétique et écologique. La France, qui a choisi d’emprunter un montant de 7 milliards d’euros ce 24 janvier, est le deuxième pays à se lancer, après la Pologne, qui a levé 750 millions d’euros à 5 ans en décembre 2016. Les ministres de l’Environnement Ségolène Royal et de l’Économie Michel Sapin ont ainsi souligné qu’il s’agit de l’obligation verte « la plus importante en taille et la plus longue en maturité jamais émise ».

Connaissez-vous le montant de l’investissement dans les énergies renouvelables en 2016 à travers le monde ?

La France empruntera sur une échéance de 22 ans, la date de remboursement étant fixée au 25 juin 2039, comme l’a annoncé l’Agence France Trésor (AFT) chargée de gérer la dette et la trésorerie de l’État. Cette dernière a reçu 23,5 milliards d’euros de sollicitations des investisseurs. C’est donc une opération réussie pour l’AFT, qui l’avait minutieusement préparée en effectuant une tournée auprès de nombreux investisseurs d’Europe et d’Asie. Au total, ce sont 200 investisseurs finaux qui ont apporté leur soutien à ce projet, dont la majorité sont Français, Néerlandais et Britanniques.

Financer la transition énergétique

Les fonds empruntés seront destinés à financer des investissements dans quatre domaines : la lutte et l’adaptation contre le réchauffement climatique, la protection de la biodiversité et la lutte contre la pollution. Ces projets seront notamment financés par l’intermédiaire du Programme d’investissements d’avenir, représentant « 60 % des dépenses vertes ».

Tous les ans, l’État français adressera un reporting aux investisseurs concernant l’allocation des fonds et la performance des dépenses vertes éligibles, comme le précise l’AFP. L’État diffusera également un reporting relatif aux impacts environnementaux ex-post des dépenses vertes éligibles. La première émission d’obligation verte de la France a donc été couronnée de succès et promet des évolutions importantes en matière de transition énergétique.

Illustration bannière : – © AnutkaT Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Bonjour,
    Y a t il des projets concrets dans lesquels cet argent va être investit a citer?
    Merci

Moi aussi je donne mon avis