Japon : des singes tués par un zoo pour protéger l’espèce indigène ‘Nihonzaru’

Si les zoos sont des sanctuaires pour les animaux et qu’ils ont aussi un rôle de préservation des espèces en danger d’extinction, ils doivent parfois faire des choix particuliers. C’est le cas du Takagoyama Nature Zoo de Chiba, au Japon, qui a dû choisir entre deux espèces de singes : le pur singe japonais et un singe asiatique similaire mais dont le génome est légèrement différent.

Rédigé par Paolo Garoscio, le 22 Feb 2017, à 9 h 30 min

Si les zoos sont des sanctuaires pour les animaux et qu’ils jouent aussi un rôle de préservation des espèces en danger d’extinction, ils doivent parfois faire des choix particuliers. C’est le cas du Takagoyama Nature Zoo de Chiba, au Japon, qui a dû choisir entre deux espèces de singes : le pur singe japonais et un singe asiatique similaire mais dont le génome est légèrement différent.

Tuer des espèces mixtes pour sauver une race de singes

Le Japon a, depuis des années déjà, une politique de conservation d’une race de singes particulière : le Nihonzaru, appelé aussi « singe des neiges », une race de macaque indigène et protégée. Celle-ci est menacée d’extinction du fait, notamment, de sa proximité avec d’autres singes dont le macaque rhésus. Les deux espèces peuvent se reproduire entre elles et c’est ce qui s’est produit dans le zoo de Chiba.

Les deux espèces de singes sont très proches l’une de l’autre si ce n’est pour une couleur de visage légèrement plus pâle. Confondre les deux est donc extrêmement facile, et le zoo Takagoyama Nature a eu des doutes. Il a donc procédé à des tests ADN et a découvert que parmi ses singes Nihonzaru, 57 n’étaient pas de race pure, mais bien une espèce mixte. Le zoo a donc pris la décision de les abattre.

nihonzaru

Les nihonzaru sont connus pour aimer les bains dans les sources thermales © GUDKOV ANDREY Shutterstock

Le macaque rhésus : singe exotique envahissant

Si l’annonce a de quoi faire mal au coeur pour les protecteurs des animaux, le zoo n’a pas agi sans raison : le macaque rhésus, originaire d’Asie, est considéré « espèce exotique envahissante » au Japon et sa capacité à se reproduire très rapidement représente une menace pour le singe Nihonzaru. Bien que les 57 singes tués étaient, de fait, des individus d’une espèce protégée, leur génome présentait un danger.

Le zoo a donc éliminé ces singes tout en leur faisant une cérémonie pour apporter la paix à leur âme. Le Japon continue, ainsi, sa lutte contre le macaque rhésus qui fait l’objet d’une politique de contrôle très rude : tout singe Nihonzaru ayant un génome mixte est abattu dans le pays depuis 2013 (sauf exceptions accordées par la préfecture).

Illustration bannière : Macaque japonais ou nihonzaru dans la neige – © GUDKOV ANDREY Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Je ne vois pas en quoi ça les dérange que les singes ne soient pas de race pure, ce sont des êtres vivants c’est tout et ils ont le droit de vivre comme tout le monde. Juste de la bêtise et de la cruauté.
    Après les baleines, les singes.

  2. Je trouve ce procédé d’une barbarie sans nom!!!C’est tout a fait choquant.C’est bienn

Moi aussi je donne mon avis