New York annonce la fin de ses mythiques calèches

Rédigé par Alan, le 13 Apr 2014, à 10 h 32 min

Le maire de New York veut remplacer les calèches par des voitures électriques dans les rues.

La fin des calèches à New York pour la cause animale

Depuis une centaine d’années, 170 cochers à temps plein promènent 68 calèches et 220 chevaux couramment dans les rues de New York. Ils sont particulièrement nombreux autour de Central Park, le mythique parc du centre-ville.

Cette tradition touristique pourrait pourtant disparaître au nom du bien-être des chevaux suite à une décision du nouveau maire de la ville, Bill de Blasio.

Nous allons nous débarrasser des calèches. Ce n’est pas humain, ce n’est pas cohérent en 2014“, avait-il déclaré alors qu’il était candidat. Il a répété fin février que ce n’était “pas négociable” mais souhaite discuter avec ceux qui vivent de cette activité touristique.

Les calèches sont un des symboles de Central Park, le mythique parc newyorkais.

Les calèches sont un des symboles de Central Park, le mythique parc newyorkais.

New York n’est pas un environnement pour les chevaux

Côté associatif et défense des animaux, on est inflexible. Le groupe NYClass fait ainsi pression pour que les calèches cessent. “New York est l’une des villes les plus congestionnées du monde“, explique Chelsie Schadt, une des responsables, “ces chevaux travaillent dans la circulation, les naseaux dans les pots d’échappement, ce n’est tout simplement pas un environnement pour eux“.

Le groupe a ainsi financé une partie des campagnes des maires opposés à la pratique, souhaitant “défendre les animaux” : “les chevaux ont besoin de brouter tous les jours, de socialiser avec d’autres chevaux“.

Selon l’association, la réalité est bien loin de la représentation romantique des films : outre les accidents impliquant des calèches (une vingtaine par an), les animaux passent de l’écurie au travail, n’ayant pas de loisir.

Les cochers sont d’un autre avis, expliquant les conditions réelles des chevaux : box individuels, pédicabs, températures, temps passé dans des fermes. Selon eux, la loi garantit aux chevaux ce qui leur est reproché.

new-york-central-park-calecheGarder la nostalgie

En face, on ne démord pas et l’idée de Chelsie Schadt proposée au conseil municipal est de remplacer les calèches par des copies de voitures du début du XXème siècle, afin de conserver “le même sentiment de nostalgie“. Les voitures seraient néanmoins électriques. Les réglementations ne seraient pas suffisantes pour garantir la bonne santé des chevaux, qu’elle veut envoyer dans des sanstuaires avec les cochers pour s’occuper d’eux.

Le projet est prévu sur trois ans mais doit encore être adopté par le conseil municipal. Les cochers eux soulignent la grande valeur des emplacements des écuries, soulignant aussi un intérêt immobilier. Un syndicat rassemblant 1,3 million de travailleur s’oppose ainsi au projet.

New York n’est pas la première ville à travailler ce dossier puisque Paris, Londres, Toronto et Pékin ont déjà interdit les calèches. Certaines villes, comme Québec, ont choisi au contraire de limiter le nombre de permis.

*

Je réagis

Lisez plus sur les chevaux et les transports :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

20 commentaires Donnez votre avis
  1. Je ne prends jamais de calèches dans tous les pays où je vais.
    CANADA, ESPAGNE, TUNISIE, AUTRICHE.
    Les chaveaux n’ont pas à subir notre pollution, ils ne sont pas faits pour marcher sur des pavés. Ils doivent être dans des prés. RAS le bol des hommes qui se font du fric sur le dos des animaux, idem les cirques et après quand l’animal n’est plus rentable, on le vend à l’abattoir…
    Je ne mange pas de ce pain-là.

  2. Bonjour à tous
    Pour moi je pence que les tour en calege son un moyen de se déplacer facilement et plus facile que la voiture, car quand on va en calege on peut discuter avec d’autre gens et passez des bon moment, ô lieu quand voiture on n’a pas le même ressenti. Moi je pence qu’on devrait continuer a monter dans des calege tirait par des chevaux

    • OUI…c’est vrai. Mais les propriétaires ne pensent qu’à leur fric et se fichent de l’animal. Ils sont épuisés parfois, ils subissent toutes sortes de stress, la soif, la fatigue…et là, le propritaire continue à l’utiliser et quand il est très fatigué, c’est l’abattoir…une honte.

  3. Bonjour à tous.
    C’est certes une bonne chose que de vouloir défendre les droits des animaux. Ceci dit, quelque chose m’inquiète. Car si on fini par ne plus exploiter les animaux, ils vont finir par disparaître. Je ne l’espère pas bien évidemment mais les animaux “inutiles” à l’Homme sont menacés, c’est une triste réalité. Il n’y a qu’à voir les chevaux de trait. Personne n’en parle et pourtant ils sont en voie d’extinction car les chevaux sauvages n’existent quasiment plus, si ce n’est plus du tout et donc les animaux qui ne sont pas à l’état sauvage devront être à la charge des hommes et ça, ça ne plaît pas s’il n’y a pas d’argent qui en ressort. Il faudrait déjà voir à ce niveau là, créer peut-être des réserves naturelles etc. Parce que si on agit trop vite à les libérer maintenant, il n’y aura malheureusement pas beaucoup d’avenir pour eux.

    • Je vous cite” Si on n’ exploite pas les animaux, ils vont disparaître”..
      Si on n’ exploite plus les humains, ils vont disparaître aussi ?
      Vous croyez que les animaux, préfèrent être exploités, torturés, tués, plutôt que disparaître ?
      Tant que l’humain sera incapable de considérer que les animaux sont sur terre, pour leur propres besoins et non les nôtres, ils ne retrouveront pas une once de dignité, et ne mériteront pas d’ avoir le bonheur de pouvoir les OBSERVER..
      Au nom de la préservation ( soi disant, plutôt au nom du Dieu argent, ) des espèces sont enfermées à vie dans des zoos,juste pour le plaisir de ceux qui les tiennent prisonniers, et ceux qui viennent faire des oh et et des ahh…Ils sont exploitées, utilisées pour tout et chaque chose.. alors, mieux vaut qu’une espèce disparaisse, plutôt que de tomber dans les mains de bourreaux..et il y en a beaucoup de part le monde, hélas !

  4. Heureuse que le maire de New-York ait une conscience, dommage que Québec ne suive pas!

  5. et libérons les pucerons du joug des fourmis!!! le problème est pris à l’envers doit on supprimer les calèches pour que les pauvres chevaux ne respirent pas des gaz d’échappement ( inoffensifs pour les enfants humains les piétons ou les cyclistes???) ou repenser la circulation en ville? le débat reste ouvert!
    quant à la “maltraitance” des animaux, un animal qui travaille est souvent traité comme un ouvrier, ni plus ni moins, faut pas toujours diaboliser

    • Si un animal qui travaille est souvent traité comme un ouvrier, il n’empêche que l’exploitation ni de l’un ni de l’autre n’est justifiée. L’homme exploite les animaux de toutes les manières possibles et inimaginables, sans jamais se soucier des souffrances qu’il inflige. Il n’y a rien qui justifie l’exploitation des animaux. Les calèches sont là pour quoi? Divertir les hommes. Les hommes peuvent trouver d’autres divertissements! Je me rappelle petite avoir vu des manèges avec des poneys vivants utilisés pour faire une attraction. Sans eau, toute la journée à tourner en rond, en plein soleil… Triste à mourir. Laissez les animaux en paix!

    • Un ouvrier, est consentant pour travailler, et il est payé pour..Un animal NON ! Alors votre exemple est totalement à côté de la plaque !

  6. Bonne idée que de redonner vie à de vieux tacots qui rouleront à l’électrique. Bonne idée parce qu’ainsi les chevaux retourneront à la campagne, leur “”maison”” si on peut s’exprimer ainsi !
    Mais vous souvenez vous du scandale de la viande de cheval ? La Roumanie, la Bulgarie : les maires ont interdit les calèches, les charrettes….tirées par des chevaux. Résultat : ils ont fini à l’abattoir et les conditions ne sont pas belles à voir. Moi aussi je dis OUI, les animaux doivent vivre leur vie dans la Nature. Mais faisons en sorte que les Hommes aient du “boulot” pour vivre décemment.

  7. moi j’en suis très heureuse pour les chevaux – pauvres bêtes – c’est tellement vrai que le s animaux sont traités comme de la merde un peu partout… et y en a marre – il faut que tout cela cesse – vive ce Maire !!! s’il y a une pétition je signe …..MERCI A LUI

  8. Excellente nouvelle!

  9. Enfin une bonne nouvelle dans un monde de fous où les animaux n’ont plus leur place, tout spécialement les chevaux.De tout temps, les chevaux de fiacre et bien d’autres n’étaient que des malheureux exploités jusqu’à leur mort. Il est scandaleux de laisser perdurer cette manière de faire
    alors qu’on n’a plus besoin d’une comme bêtes de trait.

  10. On pourrait peut-être en garder quelques-unes dans Central Park : là, au moins, les chevaux ne cohabiteraient pas avec les voitures, ils s’oxygèneraient ; et comme ce parc est immense, cela pourrait constituer un moyen pratique de se déplacer à l’intérieur.

  11. J’ai lu plusieurs articles à ce sujet et les conditions de vie de ces chevaux sont pour le moins dégradantes. Une bonne décision, donc, même si une profession va être impactée. Mais, des solutions semblent possibles.
    Quoiqu’il en soit, nous considérons depuis trop longtemps les animaux comme des objets corvéables à merci, des outils que l’on jette quand ils sont devenus trop vieux. Rien qu’en France, que deviennent les chevaux de course qui ne sont pas performants ? Direction l’abattoir.
    Et dans certains autres pays, c’est pire: Roumanie, Liban, et j’en oublie.
    Il est temps que les choses changent, même si c’est trop lent à mon gré.

  12. Enfin de bonnes nouvelles, il faudrait que cette loi soit obligatoire dans toutes les villes du monde, les animaux ne sont pas des êtres nés pour la servitude de l’humain et surtout dans les conditions inappropriées comme cela se fait trop souvent…ce ne sont pas les esclaves du 21è Siècle…

  13. Les naseaux des chevaux souffrent de la pollution ?
    et les narines des humains ?

    On n’a cas supprimer nos gardes républicains à Paris, c’est vrai que l’odeur du fumier c’est pire que l’odeur des pots d’échappements….Si il y avait un peu plus d’espaces verts, cela poserait moins de problème peut être…et on verrait des écureuils à Paris…

    • on remplacera le cheval par toi sa te fera un boulot de tirer les caleches

  14. Et oui encore un homme et un groupe qui s’associé pour mettre au rencart des hommes et femmes au chômage.
    C’est vrais que c’est plus humain de mettre les chevaux au prés et les hommes au chômage (misère et désarrois).
    Je suis pour que les animaux soit bien traités.
    Mais il est plus humain aussi de ne pas mettre des familles à la rues en retirant leurs travail.
    Monde de fous.

    • les animaux sont des êtres vivants et leur respect est bien plus important que le cochers, ils trouveront un autre travail

      les chevaux ne sont pas fait pour être au milieu de la polution et du stress des voitures c’est honteux!!!!!!!

      oui mond ede fou quand on voit comment les ani8maux sont traités dans ce monde dominés par ces humains complètement cinglés

      vive ce maire et oui à l’abolition des calèches s’ily a une péitition je la signerai et la ferai signer un maximum

Moi aussi je donne mon avis