Des centaines de pneus repêchés dans la baie du Golfe-Juan

Ils avaient été mis à l’eau il y a une trentaine d’années pour constituer un récif… Pas moins de 25.000 pneus seront repêchés dans la baie du Golfe-Juan, au large des côtes d’Antibes et Cannes, pour sauver l’écosystème marin.

Rédigé par Maylis Choné, le 24 Sep 2018, à 11 h 20 min

Cela fait plus de trente ans que des milliers de pneus envahissent les fonds marins de la baie du Golfe-Juan, entre Antibes et Cannes. Les opérations de nettoyage ont repris.

25.000 pneus sous les mers pour constituer un récif artificiel

Dans les années 1980, pas moins de 25.000 pneus ont été immergés, trente mètres sous l’eau. Le but de l’opération était de constituer un récif artificiel au large d’Antibes et Cannes. La zone était pourtant protégée mais il s’agissait, entre autres, d’offrir un abri aux poissons qui n’y venaient guère.

Des pneus immergés dans l’espoir de recréer des récifs © Alvin Yang

La désillusion arrive rapidement : les poissons passent mais ne s’installent pas, les plantes marines (plancton et coraux) ne poussent pas sur les pneus comme espéré et, peu à peu, le temps fait son oeuvre. Les liens qui les reliaient ensemble cèdent et les pneus commencent à s’éparpiller partout dans la baie.

La crainte de voir la mer contaminée par les métaux lourds qui constituent le caoutchouc grandit et il y a quelques temps, il est décidé de les retirer de l’eau.

La faune et la flore marine ne s’installent pas sur et dans les pneumatiques © Alvin Yang

Une opération semblable avait été menée aux États-Unis, au large de la Floride, entre 2007 et 2010. Là-bas ce sont deux millions de pneus qui avaient été immergés.

Sortir les pneus de la Méditerranée : une opération à un million d’euros

L’opération menée à bord du bateau le Nautile, coûte un 1,2 million d’euros selon Nice Matin, et est financée en partie par le Conseil départemental, l’Agence Française pour la Biodiversité et la fondation Michelin. Selon les prévisions, tous les pneus seront sortis de l’eau d’ici juin 2019 avant d’être transformés en granulats pour le revêtement des routes.

L’opération, qui doit se dérouler en plusieurs phases, a débuté le 21 septembre 2018  : les plongeurs ont sorti 500 pneus désormais entassés dans un bateau grue.

Espérons que la nature puisse reprendre rapidement ses droits sans ces éléments perturbateurs, d’autant qu’on se trouve là sur un site classé Natura 2000, à une encablure des îles Lérins.

Illustration bannière : Plongeur observant des pneus immergés pour recréer des récifs – © littlesam
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




3 commentaires Donnez votre avis
  1. Quand je pense à tout ce qu’on peut produire en créant des emplois et en produisant des articles à haute valeur ajoutée rien qu’en recyclant le plastique et les vieux pneus je me dis que les gens n’ont vraiment plus aucun neurone en fonction !!!!!!

  2. Faut vraiment être débile pour avoir eu cette idée sans penser que ca pouvait polluer ,n’importe quoi .

  3. Alors on se rabat sur le consommateur pour qu’il consomme moins de plastiques! C’est un véritable scandale écologique!

Moi aussi je donne mon avis