Que valent vraiment les soupes industrielles ?

Trop peu de fibres et de vitamines, des épaississants : « 60 millions de consommateurs » a testé pas moins de 28 soupes d’origine industrielle.

Rédigé par Paul Malo, le 6 Jan 2020, à 9 h 34 min

Pour les potages, ces bols de soupe que l’on apprécie tant de prendre pour se réchauffer en plein hiver, mieux vaut éviter les versions « toutes prêtes », estime 60 millions de consommateurs.

28 soupes industrielles passées au crible

Qui dit soupe dit bien-être, légumes, santé. Eh bien non, estime le magazine 60 millions de consommateurs. « Classique des menus d’hiver, ce plat est paré de multiples vertus nutritionnelles. Est-ce vraiment le cas avec ses versions toutes prêtes ? D’après les résultats de notre test, rien n’est moins sûr », a confié l’association. Et ce malgré les efforts des industriels pour réduire la teneur en sel de ce type de soupe d’hiver.

soupe poireau

Soupe au poireau ©margouillat photo

Dans son numéro de janvier, l’association a pris le temps de tester la composition de 28 soupes industrielles, qu’elles soient disponibles en supermarchés ou en magasins bio. Et c’est plutôt la soupe à la grimace ! Soupes, veloutés, moulinés… Leurs qualités nutritionnelles ne valent clairement pas celles des potages faits maison. En se concentrant sur trois types de soupes (soupes de potiron, veloutés poireaux-pommes de terre, moulinés de légumes variés), le magazine a étudié leur teneur en fibres, bêta-carotène et vitamine C.

Pas assez de fibres et de vitamines

Les tests effectués par 60 millions de consommateurs ont aussi recherché les pesticides, listé les ingrédients et établi leur Nutri-Score. Ils ont révélé que la plupart des soupes industrielles contiennent en fait des matières grasses, telles que l’huile de tournesol ou de la crème fraîche. Mais pour faire bonne figure dans l’assiette, elles contiennent aussi des arômes, naturels ou de synthèse, ainsi que des épaississants, « tels que des amidons, et autres texturants, souvent à base de protéines de lait ».

Par ailleurs, les soupes industrielles ne contiennent pas assez de fibres et de vitamines. D’après les mesures effectuées, « la grande majorité de nos soupes ne dépassent pas le gramme de fibres par portion », ont expliqué les testeurs. Côté vitamines, ce n’est guère mieux : toutes les références analysées en présentent un taux jugé « très insuffisant ». En revanche, les soupes de potiron et légumes variés contiennent tout de même une « quantité non-négligeable » de provitamine A, ou bêta-carotène.

Illustration bannière : Soupes industrielles – © YARUNIV Studio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Pas très étonnant!!!!
    NB C’est simple de faire de la soupe maison, ça cale, c’est sain!
    Pour un gain de temps, on peut faire une plus gosse quantité de légumes pour plusieurs soirs (3 maxi), lui donner une consistance purée, et diluer chaque soir avec de l’eau et du lait.

  2. de la flotte et très peu de nutriments, ça fait cher le litre d’eau !!!

Moi aussi je donne mon avis