Foodwatch dénonce les publicités ciblant les enfants

Pour dénoncer les pratiques des industriels de l’agro-alimentaire, Foodwatch a publié une pétition ce jeudi 12 avril intitulée « Quand LU cible vos enfants, dites stop ». Elle souhaite alerter quant au danger sur la santé des enfants, dans un pays où 41 millions de 0-5 ans seraient obèses, selon les chiffres de l’OMS (2016).

Rédigé par MEWJ79, le 13 Apr 2018, à 10 h 55 min

« Lu : créateur de pub ciblant les enfants depuis trop longtemps », par ces mots Foodwatch dénonce dans une campagne de communication le marketing ciblé des marques de confiserie. L’ONG pointe la responsabilité des industriels dans le développement du surpoids et de l’obésité des plus jeunes.

Des campagnes publicitaires pour attirer les enfants

Foodwatch dénonce les campagnes publicitaires des géants de l’industrie agroalimentaire. Elle publie une pétition ce jeudi 12 avril intitulée « Quand LU cible vos enfants, dites stop ». Selon l’ONG, puisque ces publicités ciblent les enfants, elles ne respectent pas les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé. Derrière les paquets de gâteaux commercialisés au supermarché, se cache une vraie bataille marketing, révèle Le Parisien(1). LU a notamment offert des oursons géants à des enfants pour les 170 ans de la marque. Or, selon les recommandations de l’OMS, les plus jeunes ne doivent pas être la cible du marketing des grandes marques.

enfant biscuit

© Gretchen Gunda Enger

Lire aussi : La publicité à destination d’enfants, fin de partie ?

Il faut dire que les marques savent attirer l’attention des enfants sur certains gâteaux et autres confiseries. Elles déploient des trésors d’ingéniosité marketing pour se différencier de la concurrence. Le singe de Coco Pops de Kellog’s, le lapin Quicky de Nesquik, et toutes les autres mascottes présentes sur les paquets sont ainsi chargées d’attirer les consommateurs, surtout les plus jeunes. Mais c’est bien LU qui est particulièrement visée par l’ONG qui explique dans son communiqué : « Derrière ses airs tout mignons, LULU L’Ourson est une redoutable arme de marketing qui cible les enfants »…

41 millions d’enfants obèses en France, un chiffre en hausse

Et le fait d’attirer les plus jeunes pose problème au niveau de leur santé dans un pays où « un enfant sur six est en surpoids ou obèse et risque de le rester à l’âge adulte », rappelle Foodwatch. Avant de poursuivre : « Prendre les enfants pour cibles marketing est de moins en moins acceptable. »

Pour rappel, selon les derniers chiffres de l’OMS, le nombre de nourrissons et de jeunes enfants (de 0 à 5 ans) en surpoids ou obèses dans le monde s’est accru, passant de 32 millions en 1990 à 41 millions en 2016. Pourtant, de nombreuses marques de confiseries européennes ont signé la charte EU Pledge en 2016, s’engageant à ne pas viser les enfants dans leurs publicités.

En vertu de cette charte, Mondelez, qui commercialise les biscuits LU, assure dans un courrier adressé à l’ONG « ne pas faire de publicité pour tout produit dans tout média s’adressant principalement aux enfants de moins de 12 ans, quel que soit le profil nutritionnel du produit ».

biscuits Lu

Biscuits LU © NeydtStock / Shutterstock

Foodwatch, de son côté, demande à LU de modifier les étiquettes de toute la gamme Lulu l’ourson afin qu’elles ne comportent « plus de mention et de représentation graphique s’adressant aux enfants ». Chez Nestlé, on campe aussi sur ses positions. « On ne cible pas les enfants, sur notre site, mais les parents, conformément à notre engagement européen, se justifie Jérôme François, directeur général marketing et nutrition de la marque. La mascotte, elle, est notre symbole depuis longtemps. » En revanche, selon les informations du Parisien, la Boulangère, elle, a décidé de retirer sa coccinelle Bizz des paquets.

Pour en savoir plus et signer la pétition, rendez-vous ici

Illustration bannière : Fillette mangeant un biscuit – © Monkey Business Images
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Effectivement c’est une honte que les industries agro-alimentaires ciblent les enfants. Par contre pour être crédibles, relisez-vous effectivement, parce que 41 millions d’enfants en France…

  2. 41 millions relisez vous les bouffeurs de graines !

Moi aussi je donne mon avis