Maladies des tomates : comment les reconnaître et moyens de lutte

C’est bien souvent quand la saison des tomates commence à battre son plein que les maladies des tomates arrivent en force. Reconnaître cul noir, mildiou et alternariose, éclatement, botrytis et autre oïdium pour mettre en place des moyens de lutte devient ainsi un enjeu si on veut continuer à se régaler.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 25 Jul 2020, à 7 h 57 min

Quand on a les bonnes informations, la culture de la tomate n’est pas particulièrement compliquée à ceci près qu’il est essentiel de connaître aussi ses principales ennemies quand les récoltes approchent : les différentes maladies des tomates.

Guérir et prévenir les maladies des tomates : le mildiou

Certaines attaques de maladies sont parfois si rapides qu’il n’est plus possible de faire grand chose, c’est pourquoi se renseigner est le meilleur moyen d’éviter les maladies des tomates…l’année suivante !

Le mildiou de la tomate

Le mildiou est très certainement la maladie de la tomate la plus grave, que l’on voit apparaître dès qu’il fait un peu frais et que le temps est à la pluie.

Feuilles de tomates infestées par le mildiou de la tomate © Vilor

Certaines années, tous les pieds peuvent dépérir totalement, en seulement quelques jours.

Symptômes du mildiou

L’apparition des symptômes peut être littéralement fulgurante, d’où l’intérêt de les reconnaître facilement et rapidement.

Des tâches translucides apparaissent sur les feuilles suivies rapidement de nécroses d’aspect noir en leur centre le tout accompagné de flétrissements à divers endroits. Une fois arrivé au noircissement de la nervure centrale de la feuille, l’attaque est à son ultime stade.

Moyens de lutte contre le mildiou

Le mildiou est un organisme fongique classé dans les algues brunes… comprenez que c’est un organisme qui aime et apprécie l’eau. Il est cependant résistant au gel, se met en dormance passé les 30°C sans pour autant mourir : il peut ainsi rester dans votre sol durant des années.

Le plus gros enjeu est d’éliminer systématiquement toutes les feuilles qui ont été contaminées. Ne les mettez surtout pas au compost ou ailleurs au jardin, sans quoi vous allez créer des foyers de contamination futurs. Nettoyez vos outils, ne passez pas d’une plante à une autre, etc.

Dans le cas d’une attaque vous pouvez utiliser une bouillie bordelaise (autorisée en agriculture biologique) en pulvérisation tous les 10 à 15 jours, en respectant bien les délais de traitement notamment avant de consommer les tomates.

Enfin, en prévention, vous pouvez également vous fournir en plants de tomates ayant des résistances à a maladie.

Lire page suivante : l’alternariose des tomates

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. c’est quoi ces simili tomates sur la photo? à la poubelle ces merdes!Faire du bio c’est une chose mais il faut aussi cultiver en plein champ sinon ça ne fait pas grand chose et ne pas acheter de plans hybrides

Moi aussi je donne mon avis