L’USDA supprime sa banque de données sur le bien-être des animaux en captivité

Le monde de la protection animale américain est en émoi : une importante banque de données animalières a été supprimée aux États-Unis.

Rédigé par Paolo Garoscio, le 8 Feb 2017, à 10 h 05 min

Le monde de la protection animale américain est en émoi : une banque de données a été supprimée. Pas n’importe laquelle : la banque de données de l’USDA, le Département de l’Agriculture américain, concernant l’application des règles du bien-être des animaux par les établissements ayant un ou plusieurs animaux en captivité. Une banque de données utilisée surtout par les journalistes et les associations.

Plus d’informations sur le bien-être des animaux

La banque de données en question contenait des informations sur les entreprises et leur mise en application de l’AWA (« Animal Welfare Act ») : la loi sur le bien-être des animaux. La banque de données dépendait de l’APHIS (« Animal and Plant Health Inspection Service »), le service en charge de vérifier les conditions de vie et de détention des plantes et animaux aux États-Unis.

En supprimant l’accès à cette base de données, l’administration américaine a coupé l’herbe sous le pied des associations. Ces dernières l’utilisaient pour vérifier les différents résultats des derniers contrôles et enquêtes de l’administration américaine, leur permettant ainsi d’informer le grand public. Les journalistes, de leurs côtés aussi, en faisaient un grand usage : notamment pour mettre en avant les potentiels scandales sanitaires et pour mettre ainsi en avant des preuves.

animaux-donnees-usa

Comment savoir qui respecte le bien-être des animaux ?

L’IFAW (« International Fund of Animal Welfare »), organisation internationale de lutte pour le respect des animaux, s’inquiète de cette suppression survenue en catimini le vendredi 3 février 2017. L’absence d’un accès clair et simple à ce type d’informations pourrait conduire le public à soutenir des associations qui ne respectent pas les droits et le bien-être des animaux par des dons envoyés de bonne foi.

La base de données, accessible initialement à tous, permettait, en effet, de faire la distinction entre les bonnes et les mauvaises associations ou refuges, et de faire ainsi des dons en connaissance de cause. Désormais, pour accéder aux mêmes informations il faudra envoyer une demande explicite et écrite à l’USDA, comme le permet le Freedom of Information Act. Mais la procédure est compliquée et longue, alors que la banque de données en accès libre sur Internet simplifiait l’accès à ces informations pour le grand public.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Trump est un malade, j’espère que ce monstre se fera renverser par une voiture!

  2. la dictature trump finira mal, car ce malade est vraiment un psychopathe à la pensée archaïque et occulte

Moi aussi je donne mon avis