Livre papier vs livre numérique : lequel est le plus écolo ?

Même si la lecture sur support numérique reste marginale en France, elle grignote peu à peu des parts de marché. Outre le côté pratique du livre dématérialisé, les pro e-books avancent souvent l’argument d’une consommation du livre plus verte. Qu’en est-il réellement ? Le livre électronique est-il plus écolo que son homologue en papier ?

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 2 Jul 2015, à 19 h 30 min

La durée de vie

L’avantage revient largement au livre papier, qui a une durée de vie quasi illimitée, selon ses conditions de conservation. A l’inverse, les supports numériques ont tous une durée de vie limitée (et là, on ne parle même pas d’obsolescence programmée) avec une moyenne d’environ 10 ans.
Et si le joujou numérique tombe en panne, gageons qu’il devra certainement être jeté, les appareils de ce type n’étant pas prévus pour pouvoir être réparés.

Concernant la fin de vie, que ce soit pour la version numérique ou la version papier, l’absence de recyclage génère une forte pollution.

Si la liseuse numérique n’est pas recyclée dans les règles de l’art, c’est-à-dire déposée en déchetterie comme tous les autres DEEE, elle risque de terminer dans des filières illégales des pays en voie de développement, où les appareils sont démontés à la main, exposant les travailleurs qui sont parfois des enfants, à des substances toxiques.

kindle-kobo-ebook-livre-numérique

Si le livre papier fini à la décharge sans passer par la filière de recyclage, sa décomposition engendrera deux fois plus de GES et de pollution des eaux que sa fabrication. Le recyclage est donc primordial !

Quelle serait alors la meilleure solution ?

Quels que soient les chiffres sur lesquels on se base, la balance penche sérieusement du côté du livre en papier recyclé, qui reste la manière la plus écologique de lire : moins d’eau, moins de fibres de bois, une durée de vie importante. Et c’est sans compter le fait qu’un livre papier se prête, s’échange, s’emprunte à la bibliothèque etc.

D’ailleurs, n’hésitez pas à proposer les livres dont vous ne vous servez plus sur les sites de services entre particuliers de consoGlobe !

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

42 commentaires Donnez votre avis
  1. La dernière phrase me laisse sans voix. « la balance devrait pencher du côté de la version numérique ». Mais allez-y, faites un calcul, bordel. Vous savez combien ça pollue, de télécharger un livre entier via Internet ? Je parierais ma main droite que ça représente que les émissions de CO2 nécessaires à l’acheminement d’un livre papier. Sérieusement, ne cherchez pas à faire un raisonnement sur la pollution des livres si vous sortez ce genre de phrases…

  2. Face au smartphone, la liseuse reste plus économique.
    Pour moi, la question reste la pratique dans la longueur, après quelques années.
    Perso, je n’ai pas la même utilisation d’un livre et d’une liseuse.
    Même si ca sert parfois d’avoir son bouquin en double papier et liseuse, l’objet ne doit pas être un impératif de consommation.

    Tout comme le smartphone, il s’agit de savoir quelle utilisation on fait de sa liseuse.

    A trop avoir de livre à lire…. on ne lit plus rien.

  3. quand vous tricher sur une date de parution faites gaffes aux dates affichés dans les commentaires …

Moi aussi je donne mon avis