Livre papier vs livre numérique : lequel est le plus écolo ?

Même si la lecture sur support numérique reste marginale en France, elle grignote peu à peu des parts de marché. Outre le côté pratique du livre dématérialisé, les pro e-books avancent souvent l’argument d’une consommation du livre plus verte. Qu’en est-il réellement ? Le livre électronique est-il plus écolo que son homologue en papier ?

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 2 Jul 2015, à 19 h 30 min

L’empreinte carbone des livres(3)

Lorsque l’on prend en considération toute la chaîne de production d’un livre papier jusqu’à son transport, on considère qu’il coûte 7,5 kg en équivalent carbone, selon le cabinet de consultants Cleantech.

Pour ce qui est de la version papier du livre, le transport est l’une des étapes ayant le plus fort impact sur l’environnement. Il intervient tout au long de la conception de l’ouvrage, pour acheminer les matières premières, puis du papetier à l’imprimeur, et de l’imprimeur aux plateformes logistiques pour en assurer la distribution.

ebook-liseuse-livre-numerique-electronique-3

Toujours selon Cleantech, un Ipad d’Apple équivaut à 130 kg d’équivalent carbone pendant tout son cycle de vie ; un Kindle équivaut à 168 kg.

  • Ainsi, pour avoir une empreinte carbone équivalente, il vous faudra lire au moins 18 livres sur votre Ipad et au moins 23 livres sur votre Kindle. Les lecteurs friands de livres numériques en achetant environ 3 par mois, à cette allure, le quota est vite atteint (6 mois en moyenne)

Mais à ce sujet, les avis divergent. Pendant que les uns estiment que l’empreinte écologique du livre numérique est, à la longue, moins importante, d’autres comme le cabinet Carbone 4 avancent d’autres chiffres.

  • Selon ce cabinet, un ouvrage papier engendrerait la production d’1 seul kg d’équivalent CO2 (et pas 7,5) quand le support numérique en engendrerait 250. Un Français lisant en moyenne 16 livres version papier par an, il lui faudrait donc près de 15 ans pour compenser le bilan carbone de sa liseuse numérique.

Alors, 15 ans ou 6 mois ? Difficile de se prononcer, les données chiffrées n’étant pas du tout les mêmes.

La consommation d’eau : avantage à l’e-book

L’eau est également une source importante intervenant dans la production d’un livre. Alors qu’il faut 27 litres d’eau pour produire un livre papier, il en faut moins de 500 ml pour fabriquer un e-book.

Lire la page suivante ; Les matières premières pour fabriquer un livre

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

42 commentaires Donnez votre avis
  1. La dernière phrase me laisse sans voix. « la balance devrait pencher du côté de la version numérique ». Mais allez-y, faites un calcul, bordel. Vous savez combien ça pollue, de télécharger un livre entier via Internet ? Je parierais ma main droite que ça représente que les émissions de CO2 nécessaires à l’acheminement d’un livre papier. Sérieusement, ne cherchez pas à faire un raisonnement sur la pollution des livres si vous sortez ce genre de phrases…

  2. Face au smartphone, la liseuse reste plus économique.
    Pour moi, la question reste la pratique dans la longueur, après quelques années.
    Perso, je n’ai pas la même utilisation d’un livre et d’une liseuse.
    Même si ca sert parfois d’avoir son bouquin en double papier et liseuse, l’objet ne doit pas être un impératif de consommation.

    Tout comme le smartphone, il s’agit de savoir quelle utilisation on fait de sa liseuse.

    A trop avoir de livre à lire…. on ne lit plus rien.

  3. quand vous tricher sur une date de parution faites gaffes aux dates affichés dans les commentaires …

Moi aussi je donne mon avis