Réchauffement climatique : les libellules, un nouvel indicateur

Le réchauffement climatique est certes un fait, mais encore faut-il arriver à le qualifier et à le quantifier pour le comprendre et mieux anticiper les problèmes qui nous pendent au nez. Les libellules seraient donc un nouvel indicateur ?

Rédigé par Julien Hoffmann, le 8 Apr 2019, à 8 h 25 min

Les indicateurs du réchauffement climatique et de son intensité sont nombreux et variés, comme on a déjà pu le voir avec les lichens. Étant donné l’emballement climatique et le fait que d’en prévoir les effets est une science nouvelle, autant se munir des tous les outils possibles ! Les connaissances sur les libellules sont une nouvelle brique à notre boîte à outils.

Pourquoi les libellules comme indicateur ?

Les libellules sont souvent observées par tout un chacun pour leur beauté. Il faut bien le dire qu’à y jeter un oeil curieux, ces animaux sont tout simplement splendides de couleurs !

libellules

Libellule Sympetrum vulgatum en régression chez nous © Dirk Daniel Mann

Mais quand on s’y intéresse de plus près, on s’aperçoit surtout que les libellules sont des animaux très spécifiques aux milieux que sont les zones humides en tous genres comme les marais, les bords de rivières, les mares ou les lacs.

Maillons d’une chaîne alimentaire souvent complexe, les libellules servent de repas à de petits animaux comme les grenouilles ou les oiseaux. Mais elles se nourrissent elles aussi et notamment de nombreux petits insectes comme les moustiques ce qui nous concerne très directement.

Tout ceci mis bout à bout fait que l’observation de ces animaux vieux de 350 millions d’années, sensibles aux bouleversements de leurs milieux si typiques et fondamentaux d’une chaîne alimentaire spécifique, nous donne bien des indications quant au réchauffement climatique.

Lire aussi : Lichens et réchauffement climatique : peuvent-ils nous aider ?

Certaines espèces disparaissent et d’autres colonisent

La France compte actuellement pratiquement 90 espèces de libellules sur le territoire métropolitain. Sur ces 90 espèces, 20 sont en « menacées ou quasi-menacées », ce qui n’est pas une bagatelle, mais surtout deux espèces ont d’ores et déjà disparues.

libellules

Libellule afrotropicale Trithemis annulata © Radovan Zierik

Régression de libellules française

Les indices d’observations de plusieurs espèces bien implantées en France ont diminué, tendant à prouver que ces mêmes espèces déplacent leur aire de répartition sur des zones plus tempérées au nord et disparaissent de nos contrées.

Augmentation de libellules afrotropicales

Plus difficile à quantifier dans la mesure où le phénomène est récent, plusieurs espèces de libellules sont apparues sur le territoire français et notamment Corse depuis quelques années alors qu’on ne les avait jamais vu.

Venues tout droit d’Afrique, elles trouvent désormais un terrain suffisamment chaud et propice à leur installation chez nous.

Libellule afrotropicale Trithemis annulata en progression © Radovan Zierik

Le suivi et l’étude de ces animaux prend un tout autre sens désormais et peut nous permettre d’en savoir plus sur le réchauffement climatique, notamment quel est l’impact réel de l’augmentation des températures sur nos écosystèmes !

Illustration bannière : silhouette d’une gracieuse libellule © I am Kulz
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis