Les ruisseaux accélèrent la fonte de l’Antarctique

On parle de drainage des eaux. Il s’agit en fait des ruisseaux qui parcourent les kilomètres de glaces de l’Antarctique et qui participent activement à sa fonte. Le phénomène pourrait s’accélérer un peu plus chaque été.

Rédigé par Maylis Choné, le 24 Apr 2017, à 11 h 05 min

Les scientifiques craignent une accélération de la fonte des glaces de l’Antarctique et une rapide montée du niveau des océans à terme. En cause, les ruisseaux présents à la surface du continent.

Les ruisseaux accélèrent la fonte des glaces

En anglais on parle de « Meltwater » que l’on traduit par « eaux de fonte ». Il s’agit des ruisseaux qui parcourent l’Antarctique en été. Ces eaux gèlent à nouveau l’hiver et cela peut être rassurant. Pourtant, le nombre de ces cours d’eau et leur débit augmentent chaque été et entraînent une accélération de la fonte des glaces.

Les scientifiques de l’Institut de la Terre à l’Université de Columbia, s’inquiètent et pensent que ces ruisseaux pourraient amener l’ensemble du continent à se fracturer beaucoup plus rapidement. Jonathan Kingslake, glaciologue, et son équipe ont étudié des photos et archives depuis 1947. Ils ont complété leurs observations grâce aux images satellites disponibles dès 1973.

lac d’eau de fonte © Maksimilian

Vers une augmentation du niveau des océans

L’autre facteur inquiétant révélé par les scientifiques, c’est le vent. Ce dernier souffle sur la neige et laisse à nu les surfaces plus sombres à certains endroits de la glace. Or, les couleurs sombres absorbent davantage la chaleur du soleil. Ainsi, la glace fond toujours plus rapidement. 

Observez les chiffres impressionnants de la fonte des glaces en Antarctique sur le Planetoscope

Les chercheurs ont également observé que l’Antarctique se fracture sur les bords. L’eau des glaciers n’est plus retenue au coeur du continent et se jette dans l’Océan. C’est le cas pour le glacier de Pine Island, le plus grand de l’Antarctique. Non seulement sa surface diminue inexorablement, mais sa fonte entraîne une augmentation du niveau de l’océan.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Ce type dérosion n’est absolument pas étonnant. L’eau est un solvant, et elle divise par 80 la force des liaisons convalente. En fait, le 21 décembre, il fait nuit 24h/24, et c’est l’inverse l’été, le 21 juin il fait jour 24h/24. Donc même si pour le moment l’eau se remet à gelé l’hiver, l’important c’est l’été, si l’été il ne gèle plus alors la température augmentera de 5°c et homogénéisera l’enssemble du climat holarctique. C’est la phase 4 que j’avait parler dans d’autre témoignage. C’est maintenant trop tard! Le climat au nord de la sibérie devrait être le même que dans l’ouest de la France en 2030. L’albédo des océans, de la terre est plus important encore que les gaz a éffet de serre. D’ailleur, comme le climat sera devenu tropicale/subtropicale sur l’enssemble de la planète, vous allez voir, dans 15/20ans qu’il faudrat rajouter du CO2 afin que d’immences forets tropicale pousse. A savoir que le Sahare se transformera en Amazonie.

Moi aussi je donne mon avis