Les océans envahis par des bactéries tueuses ?

Une étude de l’Académie américaine des Sciences évoque le risque sérieux de voir les côtes de l’Atlantique Nord envahies par des bactéries pathogènes.

Rédigé par Valérie Dewerte - De Bisschop, le 10 Aug 2016, à 16 h 05 min

C’est l’augmentation massive du nombre de cas de gastro-entérites chez les humains résidant le long des côtes américaines et européennes de l’Atlantique Nord qui a alerté les scientifiques.

Océan Atlantique : l’élévation de la température favorise la prolifération de bactéries

Rita Colwell, micro-biologiste à l’université du Maryland, assure pouvoir démontrer que « l’augmentation du nombre de bactéries dans l’océan Atlantique – probablement un doublement voire un triplement – est directement lié à l’augmentation des températures globales, et directement corrélé aussi à l’augmentation des infections bactériennes recensées par les statistiques médicales ».

L’étude(1) réalisée par Rita Colwell associait des chercheurs de l’Université de Gênes (Italie) et de Plymouth (Royaume-Uni), dans le but d’apporter les données statistiques européennes aux travaux. Les bactéries dont l’augmentation massive dans les océans alarme les scientifiques sont de la famille des Vibrionaceae, des bacilles, dont le plus célèbre, Vibrio cholerae est responsable du choléra… Le Vibrio parahaemolyticus, qui contamine crustacés, fruits de mer et poissons, provoque quant à lui, des infections digestives.

Des eaux de plus en plus contaminées et durablement

Suite à cette étude, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que la contamination des eaux côtières de l’Atlantique par ces bactéries devrait s’amplifier dans les années à venir, et impacter la qualité de la pêche, mais aussi des eaux de baignade…

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Arriver à un climax, les populations se font alors parasiter à leur tour. Néanmoin, ils affecteront certaines populations, l’homéostasiene se fera pas sans perte.

  2. en tous cas, il ne faut absolument pas « boire la tasse »; non plus, dans la plupart de nos eaux de baignade car les stations d’épuration de nos eaux usées (qui ont déjà pourtant grevé le budget des pays européens de plusieurs centaines de milliards d’€uros …sans compter les frais annuels exorbitants de « gestion’ des boues !) laissent filer des nitrates, des phosphates, et pire encore, des germes pathogènes, tous les résidus de pesticides, médicaments, perturbateurs endocriniens, conservateurs, ….contenus dans nos eaux fécales. Un sacré cocktail …! Comment des « responsables » sanitaires peuvent-ils critiquer une telle situation puisqu’ils doivent savoir que ces problèmes majeurs de salubrité publique et de protection de l’environnement sont « insolubles » avec le « système en vigueur » actuellement. Ne pensez-vous pas qu’il est plus que temps d’en changer ? Si vous voulez vraiment y remédier, je vous invite à prendre le temps de visionner sur Youtube la nouvelle version de la vidéo « la fin du tout à l’égout » de Mr Eautarcie jusqu’au bout. Je reste à disposition pour tout renseignement complémentaire par courriel francis.busigny@laposte.net…À bientôt ?

Moi aussi je donne mon avis