Les LED posent un problème aux fabricants : elles durent trop longtemps !

Les consommateurs s’en réjouissent, mais les fabricants et vendeurs non : les LED durent vraiment très longtemps.

Rédigé par Stephen Boucher, le 26 Jul 2016, à 10 h 23 min

Elle a 114 ans. Dans son univers, c’est la doyenne. Pour les combattants de l’obsolescence programmée, c’est une héroïne, inscrite au Guiness Book des records : l’ampoule du garage des pompiers de Livermore, en Californie, a déjà brillé plus d’un million d’heures, et continue vaillamment. Incarnation vivante que les ampoules ont par la suite été conçues pour ne pas durer. Mais cette ampoule, de très nombreuses générations plus tard, a enfin des descendantes dignes d’elle : les LED, qui posent, on peut s’en réjouir, le problème aux industriels d’une longévité retrouvée.

Notre vénérable ampoule est donc en service quasiment sans interruption depuis 1901. Inventée par le Professeur Adolphe Chaillet, né en 1867 en France, et qui démarra sa propre firme de fabrication d’ampoules aux États-Unis en 1896, après y avoir émigré en 1892. Elle a survécu à trois webcams jusqu’à présent ! Vous pouvez la voir en activité sur la webcam actuellement en service.

Étonnamment, cette auguste ampoule est à incandescence, la variété que l’on voue aujourd’hui aux gémonies pour leur courte durée de vie. Parce qu’effectivement, si vous aviez branché chez vous une ampoule à incandescence ordinaire le 1er janvier de cette année et l’aviez laissée allumée continûment, elle serait probablement morte par vers… le 12 février. Ces ampoules brûlent en effet généralement un millier d’heures, soit environ moitié moins que l’ampoule moyenne du début des années 1920.

Les LED changent la donne

Mais les ampoules dites LED – pour Light Emitting Diodes en anglais – viennent enfin corriger cet artifice générateur de gâchis. Utilisant la technologie des semiconducteurs, certaines peuvent atteindre une longévité de 50.000 heures. Le souci c’est que personne n’a encore trouvé le « business modèle » qui convienne à une telle durée de vie.

La pénétration actuelle des LED sur le marché des ampoules est de 7 % au niveau mondial. Les spécialistes prévoient qu’elle atteindra 50 % d’ici 2022 environ. Au cours du premier trimestre de 2016, selon l’association nationale des fabricants d’ampoules américaine, les ventes de LED ont atteint le quart des ventes. Il va donc falloir trouver une solution au problème du business modèe pour rendre cette industrie pérenne. Au risque sinon de reprendre la formule trouvée par l’industrie il y a un siècle : raccourcir artificiellement leur durée de vie.

led-energie-lumiere

1924, année de la conspiration industrielle pour raccourcir la durée de vie des ampoules

Car c’est en 1924 que les grandes entreprises mondiales de l’éclairage, les Philips, Osram et General Electric se réunirent en Suisse pour convenir d’une durée de vie de mille heures. Cette entente est aujourd’hui considérée comme l’un des premiers exemples d’obsolescence programmée à l’échelle industrielle. Cette concertation était vue à l’époque non pas comme une conspiration contre les consommateurs et l’environnement, mais comme une mesure nécessaire pour l’emploi, rationalisée comme telle notamment au moment de la grande dépression.

Les LED viennent quoi qu’il en soit contredire un siècle de telles pratiques. La plupart affichent 25.000 heures de vie au compteur. Si vous en aviez branché une le 1er janvier aux côtés de son ancêtre à incandescence, elle ne s’éteindrait que le 15 mai de l’année suivante. Sachant qu’un éclairage n’est allumé en moyenne que 1,6 heure par jour, votre LED devrait, en théorie du moins, vous donner satisfaction pendant… plus de 42 ans.

led-energie-eclairageL’industrie s’inquiète du moment où suffisamment de LED seront sur le marché qu’elles commenceront à faire que les ventes dans leur ensemble se contractent. Face à cette perspective, deux stratégies se dessinent.

Déjà apparaissent sur le marché des LED moins chères, de mauvaise qualité et avec des durées de vie plus courtes. Ou bien les LED sont incorporées dans des objets eux-mêmes destinés à une durée de vie raccourcie.

L’autre approche est de prévoir la sortie du marché. Fin mai, Philips a par exemple créé une société autonome, Philips Lighting, anticipant que le marché traditionnel des ampoules diminuera. En Allemagne, Osram a fait une opération similaire, ainsi que GE en octobre passé, la société satellisée pouvant être facilement revendue si besoin. Cette dernière se positionne aussi sur des équipements pointus, comme les lampadaires publics avec des capteurs qui alertent les autorités lorsque des coups de feu sont détectés dans leur zone. La connectivité intégrée est, plus généralement, la voie haut-de-gamme choisie par certains constructeurs, pour donner plus de valeur à leurs produits.

Qui sait, regardera-t-on avec joie dans 100 ans les premières ampoules LED fonctionner sans arrêt depuis aujourd’hui. Mais cette fois grâce à des webcams également faites pour durer ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Concernant la longévité des LED, nul doute qu’elles durent plus longtemps que les fluo-compactes. Mais vous oubliez de dire que le flux lumineux chute notablement au bout de 1000/2000 heures d’utilisation. C’est ce que je constate sur une Philips CorePro de 1500 lumens (équivaut à 100 watts) achetée il y a tout juste un an (et allumée 4-5 heures par jour). Un an après, je me rapproche probablement des 2000 heures d’utilisation ; la lampe fonctionne toujours très bien mais elle est moins lumineuse.
    Pour preuve, je viens de brancher une ampoule identique (achetée en même temps et laissée dans un couloir peu allumé) sur le plafonnier où la lampe moins lumineuse était positionnée. En inversant les deux LED (modèle identique), il y a clairement une différence de luminosité.
    Les LED me font penser à la fameuse ampoule centenaire de la caserne de papier. Elle fonctionne depuis 110 ans, mais elle n’éclaire quasiment plus. Les LED fonctionnent un peu pareil. Une solution : recycler les LED usagées (moins lumineuses) pour des zones secondaires (lampes de chevet)…

  2. C’est bien si ça dure presque indéfiniment. Mais dans ce cas qu’est ce qui justifie le lancement d’une production massive en remplacement des ampoules actuelles?
    Je pense qu’il est nécessaire pour le fabriquant de trouver un équilibre entre la durée de vie, des performances maximales, tout en maintenant une production assez importante pour garantir un faible prix. Sans quoi le marché des leds restera coincé dans la situation qu’il connaissait jusqu’a très récemment.

  3. il y a des constructeurs qui heureusement font des produits pour durer, une start up française a lancé des ampoules led, incassables(pas de verre) qui ne s’oxydent pas, ne chauffent pas et dure plus de 50 000 heures et sans oublier une emprunte carbone beaucoup plus faible que tout autre produit….Enfin des produits sans obsolescence programmés au service de la communauté.

  4. Mais ou est l’écologie dans tout ça? réponse le fric rien d’autre nos fabricants n’en ont rien à faire, le bizness avant tout, et nos écolos???? ils sont muets, ils ne cherchent comme les autres récupérer un poste dans un gouvernement pour faire comme les autres engranger le plus possible.

  5. décidément l’année 1924 est celle du conspirationnisme des grands groupes.
    Les sept soeurs (pétrole) décident à la même année de provoquer des guerres,contrôler les pays producteurs de pétrole…pour mieux dominer et soumettre le monde à leurs barbaries.

  6. L’ampoule que vous citez à une filament de carbone et est sous alimentée, c’est à dire qu’elle éclaire assez faiblement, donc elle ne risque rien.
    Je me souviens des ampoules dans le metro dans les années 50, elles étaient aussi avec ce type de filament qui avait une longueur impressionnante et qui vibrait à chaque vibration du wagon, mais elles éclairait faiblement.
    Or les lampes actuelles sont suralimentées pour bien éclairer, d’où la température élevée du filament et donc à la longue de sa sublimation (ou évaporation) dans le vide de l’ampoule.

Moi aussi je donne mon avis