L’Amazonie, le coffre-fort de la biodiversité en danger ?

Rédigé par Eva Souto, le 7 Jan 2014, à 15 h 32 min

Le potentiel encore inconnu de l’Amazonie

Les inventaires sont encore incomplets alors nul ne doute que le territoire regorge encore de trésors méconnus. Il est à noter qu’étant la plus grande région de forêt tropicale humide d’Amérique, 1 espèce animale ou végétale sur 10 dans le monde, vit dans la forêt amazonienne. Le territoire détiendrait ainsi la plus vaste collection d’animaux ou de végétaux au monde.

Bois amazonieMais, la zone abrite également des ressources considérable en éléments tels que le gaz, le pétrole ou encore le bois.

C’est d’ailleurs principalement l’exploitation de ces denrées qui détruit la nature et fragilise la biodiversité. En effet, l’un des fléaux les plus marqué que connait l’Amazonie est la déforestation massive qui s’est instaurée depuis une dizaine d’années dans la zone.

 

La déforestation, une menace croissante pour l’Amazonie

Déforestation AmazonieLié à l’exigence de son développement économique, les pouvoirs publics des divers pays (Brésil, Bolivie, Pérou, Colombie, Équateur, Venezuela, Guyane, Suriname et Guyane Française) qui se partagent l’Amazonie, ont lancé une vague de déforestation afin d’aménager le territoire et d’exploiter ses ressources.

Ainsi, à partir des années 1970, les pays amazoniens, et notamment le Brésil, ont encouragé l’occupation et l’aménagement du territoire forestier afin de l’intégrer à l’économie nationale.

 

L’objectif avancé ?

Il s’agit de constituer de grandes exploitations, de mieux contrôler les frontières et enfin, d’amener les populations pauvres sur de nouvelles terres.

Déforestation forêt AmazonienneAjouté à cela, la découverte des richesses contenues dans le sous-sol a provoqué la ruée de multinationales et autres acteurs voyant là des intérêts économiques attrayants. Dès lors, l’Amazonie a commencé à devenir un véritable chantier.

En l’espace de 10 ans, la forêt amazonienne a perdu une surface supérieure à celle de l’étendue du territoire Français. Et cela majoritairement à cause de l’exploitation du bois, du pâturage du bétail ou encore de la plantation massive de soja.

Ainsi, 17 % de la forêt amazonienne a disparu de sa surface originelle à cause de l’homme.

L’exode agricole

Et il semble que le phénomène se soit intensifié depuis 2012. Dilma Roussef, actuelle présidente du Brésil, a promulgué un nouveau code forestier entré en vigueur en mai 2012. Le puissant lobby des représentants du secteur agricole au Parlement, les ruralistas, ont fait entendre leur voix. Conscients que le code forestier d’origine, adopté en 1965, était trop strict et l’un des plus rigoureux au monde, ils ont voulu faire pencher la balance. Et visiblement, ils ont été entendus … en défaveur de la préservation de la forêt amazonienne. Et loin d’être le seul danger pour le territoire, la déforestation est donc aujourd’hui facilitée.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

11 commentaires Donnez votre avis
  1. super

  2. la foret amazonienne est tous de se qui est magique et extraordinaire les arbres nous permettes qu’on respire alors pourquoi nous détruire nous même vive l’AMAZONIE ses espèces et animaux qu’ils vivent en paix

  3. bite

  4. cc

  5. Ouais c’est stylé

  6. full thanks

  7. excellent article,
    complet et bien rédigé !
    Merci !

  8. il faut lasse la foret tranquille

Moi aussi je donne mon avis