La pollution à l’ammoniac augmente dangereusement

Cette pollution est difficile à mesurer. Contenue dans l’atmosphère, l’ammoniac est essentiellement le résultat de l’agriculture et de l’élevage intensif. Les épandages de lisiers et les engrais chimiques en sont les principaux responsables.

Rédigé par Maylis Choné, le 23 Mar 2017, à 11 h 35 min

Difficile de ne pas pointer du doigt l’agriculture et l’élevage intensif. En effet, la pollution à l’ammoniac est essentiellement liée aux épandages de fumier et aux engrais chimiques répandus sur les sols cultivés.

La pollution à l’ammoniac en augmentation dans le monde

Grâce à l’imagerie satellitaire, les chercheurs de l’Université du Maryland fournissent pour la première fois la carte des émissions d’ammoniac dans l’atmosphère entre 2002 et 2016. Et les résultats sont plutôt mauvais. L’ammoniac est en augmentation dans plusieurs régions du monde et stagne en France, malgré les efforts fournis.

L’ammoniac est un gaz impossible à mesurer par des stations situées au sol. Alors c’est le satellite Nasa Aqua(1) qui a permis sa quantification dans l’atmosphère. En plus des épandages de déjections d’animaux d’élevages, des d’engrais chimiques, la météo joue un rôle dans la dispersion ou non de ces molécules dans l’air.

© Université du Maryland

L’Inde et la Chine, mauvais élèves

Le fait qu’une grande partie de la population chinoise sorte de la pauvreté est une bonne nouvelle. Mais en contrepartie, ils sont plus nombreux à consommer régulièrement de la viande, ce qui favorise la multiplication des élevages et entraîne une augmentation de la présence d’ammoniac : 17 kilos d’engrais par an et par hectare provoquent une hausse annuelle de 3,5 % des émissions d’ammoniac.

En Inde, le problème est similaire. Les épandages ont augmenté de 7 kilos par an et par hectare entraînant une hausse des émissions de près de 5 %. Aux États-unis, dans le Midwest, les épandages ont augmenté d’1,5 kilo de nitrate à l’hectare entre 2002 et 2016 et ont entraîné une hausse annuelle moyenne de 2,6 %.

Illustration bannière © Gabriel Petrescu – Shutterstock

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour
    Le lisier est un gros pourvoyeur d’ammoniac et sa méthanisation aboutit à une partie de résidu solide et une fraction liquide. Cette dernière est très riche en ammoniac .
    Je ne sais d’où vous tirez vos chiffres de 7kg et 1.5kg d’augmentation d’engrais azotés par an et par hectare. En France il est courant d’épandre 150 kg d’azote (450kg d’engrais ammonitrate à 33%) par an sur des céréales.

  2. Le NH3 est absorbable par des mur végétalisé et aussi par les toitures surtout si on utilise les légumineuses. A rappeler que les bryophyte, fixe aussi l’azote grace à la nitrogénase.

Moi aussi je donne mon avis