L’été 2021 aura été le plus chaud depuis 142 ans sur terre

Jamais depuis 142 ans le monde n’avait vécu un été aussi chaud que celui de 2021. Les canicules ont frappé tout l’hémisphère nord, du Maghreb à l’Amérique du Nord en passant par l’Europe.

Rédigé par Anton Kunin, le 16 Aug 2021, à 11 h 30 min
L’été 2021 aura été le plus chaud depuis 142 ans sur terre
Précédent
Suivant

Ces canicules sont la conséquence du réchauffement climatique, comme vient de le montrer une nouvelle fois le rapport du le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Des températures extrêmes en Amérique du Nord et au Maghreb

L’été 2021 aura été le plus chaud depuis des siècles. Ou, du moins, depuis 142 ans, puisque les températures n’étaient pas systématiquement relevées et notées avant 1879, annonce la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), aux États-Unis. Dans l’hémisphère nord, la température moyenne sur terre a atteint un nouveau plus-haut, battant le record précédent enregistré en 2012.

Une température record de 49,6°C a été relevée en Colombie-Britannique, au Canada. Au Maghreb, 47°C ont été atteints dans la préfecture de Skikda et 46°C dans celle de Guelma, en Algérie. En Tunisie, la capitale Tunis a battu son record absolu avec 49°C, et la ville de Kairouan a enregistré une température de 50,3°C, un record depuis la création de la station météorologique en 1968, précise l’Institut national de la météorologie tunisien.

Rapport du GIECClimat : plus 1,5 degré, c’est déjà trop tard

Des canicules sur tout le pourtour méditerranéen

En Europe, des températures extrêmement élevées ont été enregistrées au sud de l’Italie, où elles étaient accompagnées d’incendies. En Sicile, près de Syracuse, les météorologistes ont pu relever 48,8°C. En Grèce, des incendies font rage dans les régions de l’Eubée et du Péloponnèse. Les températures ont été bien souvent supérieures à 40°C, après plusieurs mois sans pluie, ce qui en fait la pire canicule depuis 1987.


L’été 2021 est à tel point exceptionnel que l’Organisation météorologique mondiale (OMM) s’est même fendue d’un communiqué : « Les incendies nord-américains, attisés par la chaleur et la sécheresse, ont généré des panaches de fumée qui ont traversé l’Atlantique. Des incendies dévastateurs ont embrasé la Turquie et la Grèce ces derniers jours alors qu’une vague de chaleur intense et durable sévit en Méditerranée. La Sibérie, une région traditionnellement associée au pergélisol, a de nouveau été le théâtre d’immenses feux de forêt après des vagues de chaleur exceptionnelles ». Avant de rappeler : « La chaleur extrême que nous avons connue en 2021 porte toutes les marques du changement climatique d’origine anthropique ».

 

Illustration bannière : Juillet 2021 a été le mois le plus chaud jamais enregistré sur Terre – © leolintang
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Comme le GIEC et la NASA prennent en compte les îlots de chaleur urbaines ce n’est guère étonnant, ce qui est beaucoup plus étonnant c’est le retard de plus d’un mois sur les moissons d’orge et de blé, provoqué par le refroidissement climatique qui touche la France depuis la fin de l’hiver

  2. Voilà ce que dit la publication de la NOAA : « La température globale à la surface de la planète a été plus élevée de 0,01 °C par rapport au précédent mois de juillet le plus chaud, en 2016 ». La précision des mesures est au mieux de 0,1°C, donc cet écart de 0,01°C ne veut rien dire. Si l’on regarde les mesures satellitaires UAH6.0, on constate qu’il n’y a quasiment plus de réchauffement global depuis 20 ans. Ce mois de juillet plus « chaud » de 0,01°C, ce qui n’est pas significatif, ne change rien à cette tendance au non-réchauffement.

Moi aussi je donne mon avis