Va-t-on vers une journée sans voiture mensuelle à Paris ?

Rédigé par Hugo Quinton, le 6 Oct 2015, à 17 h 53 min

Saviez-vous que, récemment, on a réussi à presque diviser par deux les niveaux de pollution urbaine à Paris ? Derrière cette performance, la journée sans voiture du 27 septembre dernier. C’est la première fois qu’une journée comme celle-ci était organisée à Paris et il semblerait qu’elle soit reconduite dans les mois à venir, vu la baisse significative des niveaux de pollution enregistrée.

Journée sans voiture de Paris : de l’air et du silence pour tous

Selon l’association de surveillance de la qualité de l’air à Paris, Airparif, les niveaux de dioxyde d’azote de la ville ont baissé de 40 % dans certains quartiers de la capitale. Sur la plus belle avenue du monde, les Champs-Elysées, la pollution aurait baissé d’un tiers, tandis qu’au bord de la Seine, celle-ci a diminué de 40 %(1).

paris-journee-sans-voiture-pollution

Bonus : non seulement la pollution a radicalement diminué durant cette journée, mais il en est de même pour le bruit. En effet, Bruitparif, l’observatoire du bruit en Île-de-France, a relevé des niveaux de bruit divisés par deux dans le centre-ville(2).

Une journée sans voiture reconduite

Force est de constater que ce genre d’initiative est bon pour les Parisiens et l’environnement. Le bureau du maire de Paris envisage donc d’organiser plusieurs journées sans véhicules dans la capitale. Pour Anne Hidalgo, maire de Paris, qui a justement basé une partie de sa campagne sur l’amélioration du niveau de l’air dans Paris, c’est une petite victoire.

Elle a récemment annoncé sur son compte Twitter une possible reconduction de cette journée sans voiture. Et, plus significatif, elle a évoqué la possibilité d’une journée sans voiture mensuelle. Une hypothèse, qui à l’heure actuelle, n’a pas encore été communiqué de manière officielle par la mairie de Paris. Affaire à suivre donc.

paris-journe-sans-voiture-pollution-anne-hidalgo

 

paris-journee-sans-voiture-pollution-anne-hidalgo2

Une annonce qui tombe à point nommé puisqu’à quelques mois du lancement de la COP21 à Paris, qui doit déboucher sur un accord afin d’endiguer le réchauffement climatique, la capitale de la France veut montrer l’exemple, sans pour autant toujours avoir été bon élève.

Paris pollué, Paris martyrisé, mais Paris libéré !

En mars dernier, Plume Labs, une entreprise française de high-tech qui développe des outils de suivi de la pollution heure par heure pour les citoyens avait diffusé un classement des villes les plus polluées et Paris aurait battu le record de la ville la plus polluée du monde, devant Shanghaï. L’indice de pollution de la capitale française aurait atteint le niveau de 127, contre 106 pour la mégapole chinoise.

En effet, pendant une journée, Paris aurait connu son plus grand pic de pollution jamais enregistré. Le seuil d’alerte qui est atteint quand la concentration moyenne de particules fines dépasse 80 microgrammes par mètre cube d’air, a été fortement dépassé, atteignant les 95 microgrammes de particules fines par m³.

indice-pollution-paris-plume-labs

Si ces informations sont à prendre avec une prudence, puisque les conclusions de Plume Labs sont discutables, leurs méthodes de mesure et de surveillance sont loin d’être les mêmes d’un pays à l’autre, générant des indices différents et difficilement comparables, il n’en reste pas moins que Paris doit s’améliorer et qu’une journée sans voiture mensuelle serait un pas significatif dans la bonne direction.

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je suis passionné par le web et tout ce qui entoure, de près ou de loin, les réseaux sociaux. A ce titre, j'ai contribué à plusieurs media en ligne, en...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. On nous bassine avec la pollution en surface qui est élevée 80 à 95 alors que dans le métro on est entre 200 est 500, la priorité est ou a votre avis?

Moi aussi je donne mon avis