Voiture à essence vs Voiture électrique

Rédigé par Consoglobe, le 13 Aug 2010, à 14 h 18 min

Dans un contexte où l’automobile est montrée du doigt pour sa production excessive de gaz à effet de serre, le carburant utilisé pour votre voiture doit être un élément déterminant lors de l’acte d’achat. Entre le véhicule à essence et le véhicule électrique, lequel préférer ?

Voiture à essence

Les pour : confort de la conduite, fiabilité, coût d’entretien
Les contre : Cher à la pompe, inflammable, polluant, consommation de carburant importante

Environnement : L’essence dégage beaucoup de CO2, responsable de l’effet de serre, dans l’atmosphère. Une voiture à essence neuve produit environ 173 g de C02/km. Et, les changements de vitesses trop brutaux accentuent le constat. Mais depuis ces 15 dernières années, l’essence a su réduire d’environ 20 % ses émissions polluantes grâce à l’adoption, en 1993, du pot catalytique et à l’élimination du plomb de sa composition.

Toutefois, le pot catalytique nécessite une température de 250°C pour commencer à fonctionner et 400°C pour un fonctionnement optimal. Or, 30 % des déplacements motorisés sont inférieurs à 2 km et s’effectuent à froid. De ce fait, le pot catalytique n’est pas efficace pour les trajets courts…

De plus, il faut noter que beaucoup de véhicules de plus de 12 ans, utilisent encore l’essence plombée. Celle-ci est également sollicitée par les propriétaires de 25 % de voitures non catalysées, même s’ils peuvent rouler avec de l’essence sans plomb.

Outre les hydrocarbures imbrûlés, l’essence rejette également de l’oxyde d’azote qui modifie la qualité de l’air mais aussi des particules très nocifs. Cependant, le pot catalytique permet de réduire ces émissions.

Conduite et spécificités : la voiture à essence est reconnue pour son confort incontestable de conduite. Par ailleurs, le moteur émet un faible volume sonore. Toutefois, soulignons que l’essence reste un carburant très inflammable et donc dangereux.

Coûts : l’essence demeure le carburant le plus cher à la pompe. Elle est taxée à 66 % en moyenne (contre 56 % pour le gazole).

Par ailleurs, il faut également souligner la lourde consommation que nécessitent les voitures à essence : une petite cylindrée consomme environ 7L aux 100Km, et les plus grosses environ 10L aux 100Km. De ce fait, les constructeurs automobiles proposent aujourd’hui des modèles consommant moins d’essence.

Quant au coût d’entretien des motorisations essence, il est raisonnable. Mais notez qu’un mauvais entretien de votre voiture peut augmenter de 20 % votre consommation de carburant.

Voiture électrique

Les pour : véhicule peu polluant en marche, silencieux, coût d’entretien faible
Les contre : temps de recharge long, autonomie faible, coût des batteries élevé

Environnement : la voiture électrique est perçue comme le véhicule à 4 roues le plus propre disponible sur le marché de l’automobile. La voiture électrique est équipée de batteries rechargeables et de moteurs électriques permettant des performances correctes sur des distances situées entre 100 et 200 km sans émission polluante.

Néanmoins, les batteries de 150 à 250kg environ, d’une durée de 5 ans en moyenne, contiennent des composants toxiques (plomb, cadmium, lithium,…), et la pollution causée par la fabrication des pièces, par leur transport et leur assemblage est similaire à celle d’un véhicule classique.

De plus, ces batteries étant bien plus lourdes que les batteries au plomb (qui pèsent 20kg environ), les dépenses énergétiques nécessaires à leur production et leur recyclage tend à augmenter.

Enfin, notons que la centrale électrique qui fabrique l’électricité pollue très certainement. Actuellement, dans le monde, 40 % de l’électricité est issue des centrales au charbon, 20 % par des centrales au gaz, 15 % par des centrales nucléaires, 15 % par des barrages, 5 % par des produits pétroliers, moins de 2 % avec de l’éolien et moins de 0.2 % par le solaire…

Conduite et spécificités : les véhicules électriques sont, selon les modèles, assez confortables et discrets : ils n’émettent ni fumée ni bruit, le moteur étant silencieux et ne produisant pas de gaz à effet de serre. De plus, leur vitesse est limitée à 100 km/h en moyenne, ce qui est largement suffisant pour circuler en ville…

Toutefois, la recharge des batteries (6 heures environ), qui peut s’effectuer à la maison ou sur des bornes spécifiques, est longue. De plus, le poids et l’encombrement des batteries sont aussi des aspects négatifs. De plus, l’autonomie de la voiture électrique est limitée : entre 150 km et 250km environ. Enfin, notez que plus la taille de la voiture électrique est grande, plus les batteries sont nombreuses.

Malgré ceci, les voitures électriques sont faciles et plaisantes à conduire. Sans parler de leur fiabilité en milieu urbain tout à fait correcte.

Coûts : le prix d’une voiture électrique est situé en moyenne entre 20 000 et 35 000 euros. Mais une voiture électrique est peu gourmande en énergie. En parcourant 100km, le coût de l’électricité sera 7 fois moins élevé que le coût de l’essence. Cependant, les batteries sont très chères, c’est pourquoi on les propose en leasing pour réduire le prix facial.

Par ailleurs, la voiture électrique bénéficie actuellement de primes gouvernementales intéressantes : jusqu’à 5 000 euros. Quant à l’entretien, vous pouvez faire une croix sur les vidanges régulières, le coût pour une voiture électrique est ainsi inférieur de 30 à 40 % par rapport à l’entretien d’une voiture classique.

Le verdict consoGlobe

Voiture à essence : 4 / 10
Voiture électrique : 6 / 10

Ça roule pour la voiture électrique mais…

Confortable, performante et fiable, la voiture à essence a connu sa période de gloire. Cependant, rattrapée par la technologie et les préoccupations environnementales actuelles, la voiture à essence se voit faire profil bas avec ses émissions de polluants excessives et sa consommation importante alors que le prix du carburant flambe.

De son côté, silencieuse et non émettrice de polluants et de gaz à effet de serre, la voiture électrique suscite de plus en plus l’intérêt du public, qui a tendance a délaisser l’essence (surtout au profit du diesel !). Les projets de véhicules électriques fleurissent chez les
constructeurs français et étrangers, toujours plus inspirés pour élaborer de nouveaux modèles.

Cependant, la principale ombre au tableau concernant la voiture électrique est…les batteries. Des progrès doivent être effectués pour réduire leurs coûts mais aussi pour améliorer leurs performances, et ce, tout en diminuant leurs poids et l’espace qu’ils nécessitent.

Automobile-A savoir

L’étiquette énergie, affichée sur les voitures neuves dans tous les lieux de vente en France, comporte sept classes de couleurs différentes (comme pour les appareils ménagers). Elle permet aux acheteurs d’être renseignés de façon concrète et comparative sur les émissions de CO2 du véhicule. L’étiquette énergie indique également les consommations de carburant.

>>> En savoir plus sur les nouveautés électriques

Lire également sur le biocarburant et le transport

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




44 commentaires Donnez votre avis
  1. A l’approche de l’hivers, les autorités nous inquiètent sur une surconsommation électrique éventuelle en cas de grand froid……Je n’ose même pas imaginer avec toutes les voitures électriques en charge.
    Avez vous pensé aux taxes que l’essence ou le gasoil rapportent à l’état……Comment va t-on compenser cette manne pour l’état.
    Je ne nie pas la propreté des voitures électriques, encore que, mais c’est un effet de mode très tendance pour se déculpabiliser. Pour moi, cela n’a aucun avenir.

  2. lol

  3. wow jaime lartique

  4. L’avantage principal des voitures électriques, c’est qu’elle diminue fortement la pollution et le bruit dans les villes. Cela équivaudrait presque au même résultat que les journées sans voiture, comme cela a été fait récemment à Paris. Cela permet aux habitants de respirer un air moins pollué. C’est la santé des citadins qui est préservée.
    Mais la pollution de la planète n’est pas diminuée, parce qu’il faut bien produire l’électricité quelque part et les centrales polluent. La fabrication des batteries est encore plus polluante que les gaz d’échappement et il est très difficile d’éliminer le plomb, le cadmium et le lithium. (J’exclus la Tesla, qui est géniale mais hors de prix!!!)
    Les voitures à essence ne consomment plus autant. Les chiffres de consommation que vous présentez sont erronés.
    Je pense qu’il faudrait idéalement utiliser des véhicules électriques en ville (services publics,bus, taxis urbains, etc.), Par contre, les voitures à essence sont toujours intéressantes pour ceux qui font de la route, hors des villes. Elles sont tout aussi confortables et agréables à conduire que les voitures électriques: cela dépend du modèle de voiture que vous possédez.
    Il faut continuer à rechercher d’autres sources d’énergie,comme l’hydrogène.

  5. Article très intéressant à recommander à toutes les personnes faisant des recherches approfondies sur l’éternel duel entre les véhicules électriques et les véhicules thermiques

  6. Je ne trouve aucun commentaire sur la pollution due au roulement des véhicules c-à-d l’usure des pneumatiques et l’usure de la chaussée. Cette pollution serait plus nocive que celle des gaz d’échappement et les voitures électriques n’y échappent pas ! Est-ce exact ?

Moi aussi je donne mon avis