Intelligence animale : le cri d’alerte de Yolaine de La Bigne

Célèbre voix de France Info dans les années 80 et 90, militante écolo de longue date et passionaria de la cause animale, qui mieux que Yolaine de la Bigne pourrait nous parler de cette intelligence animale qu’on n’en finit pas de découvrir… et qui peut s’avérer précieuse pour l’homme, aujourd’hui et demain ?

Rédigé par Brigitte Valotto, le 10 Mar 2020, à 18 h 15 min

Saviez-vous que l’abeille est une reine du calcul mental ? Qu’un saumon peut faire une dépression nerveuse ? Ou que l’exemple des mustangs sauvages peut aider à gérer la violence en prison ? Pour faire le point sur les incroyables capacités d’organisation collective et d’adaptation environnementale de ces bêtes… qui ne le sont pas tant que ça, la journaliste Yolaine de La Bigne a créé une Journée mondiale des Intelligences Animales, dont la 3ème édition s’est tenue en février dernier, à la Cité des Sciences et de l’Industrie, à Paris.

Notre entretien avec Yolaine de la Bigne

ConsoGlobe – D’où vient votre passion pour la cause animale ?

Enfant, je rêvais de travailler avec des chevaux. Mais j’avais des problèmes de vue, qui m’ont interdit l’équitation. Bien sûr, cela ne m’a pas empêché de continuer à aimer les chevaux, et tous les animaux : j’en ai toujours eu, je conçois difficilement la vie sans eux, je les considère comme des amis, aussi précieux que des amis humains ! Il y a 30 ans, je suis tombée par hasard, à la télévision, sur un reportage de Brigitte Bardot sur les abattoirs : ça a été un électro-choc ! Je suis devenue végétarienne du jour au lendemain, ce qui a été très difficile à faire accepter : à l’époque, c’était encore très rare. J’ai essuyé nombre de critiques, et même d’insultes, mais j’ai persisté dans mes convictions ! Pour moi, ne pas manger d’animaux est une forme de respect, nécessaire pour que la vie soit plus douce sur cette Terre.

ConsoGlobe – Comment vous est venue l’idée de cette Journée mondiale de l’Intelligence Animale ?

Pendant douze ans, j’ai créé et animé un média sur l’environnement, Néoplanète. J’ai donc eu l’occasion d’interviewer des spécialistes des animaux, et certains propos, sur ces formes d’intelligence dont ils témoignent et que nous avons perdues, m’ont intriguée. J’ai donc commencé à m’y intéresser, et j’ai découvert de nouvelles théories scientifiques, incroyables et révolutionnaires.

yolaine bigne intelligence animale

Yolaine de la Bigne © Maëlle Guignard de la Bigne

Nous progressons beaucoup, actuellement, dans nos connaissances sur les intelligences animales ou végétales qui nous entourent, et qui nous apportent une autre vision du monde. J’ai décidé de m’y consacrer.

ConsoGlobe – Comment s’est déroulée cette troisième édition ?

Formidablement bien… comme toujours, car ce sujet passionne le public et fédère les énergies ! Olivier Piazza nous a notamment parlé de ses travaux sur les insectes sociaux, ces petites bêtes au cerveau minuscule, qui n’ont pas de chef – car contrairement à ce qu’on croit souvent, la reine n’est qu’une pondeuse – mais qui réussissent à bâtir des constructions gigantesques ou à envahir des continents entiers !

Cette intelligence collective basée sur le partage de l’information, du travail, inspire depuis quelques années des entreprises américaines dites « libérées », pour rendre les salariés plus autonomes et plus heureux. Nous avons terminé cette journée en beauté avec le bio-accousticien Pierre Lavagne de Castellan qui a improvisé un concert de chants de baleines enregistrées, accompagné du Shelltone, un instrument en forme de coquillage qui lui permet de communiquer sous l’eau avec elles ! Une salle entière, les yeux fermés, en osmose, écoutant ces chants de baleines graves et majestueux, c’était magique !

ConsoGlobe – Qu’est-ce qui est le plus marquant, selon vous, dans les découvertes les plus récentes sur l’intelligence animale ?

Les stratégies d’animaux que nous n’aimons pas ! Car si nous savons depuis longtemps que les dauphins ou les singes sont très malins, nous méprisons volontiers d’autres races méconnues… La poule, par exemple, qu’on prend souvent pour une idiote : lors de la dernière Journée à La Villette, nous avons appris qu’un poussin sait compter jusqu’à cinq dès sa naissance… alors que nous devons aller à l’école pour l’apprendre !

Les fourmis, que nous piétinons sans remords, témoignent d’une intelligence spatiale que nous avons perdue depuis longtemps, et qui a d’ailleurs inspirée les ingénieurs pour créer notre GPS. Les abeilles sont des reines du calcul mental, et les poulpes démontrent d’une si grande intelligence que certains scientifiques les qualifient d’« extra-terrestres » !

poulpe intelligent

Le poulpe, une intelligence extra-terrestre ©Olga Visavi

Les saumons peuvent faire des dépressions nerveuses quand ils sont malheureux, et le poisson-perroquet est capable de créer son propre sac de couchage, transparent et anti-bactérien, quand il veut dormir tranquille, à l’abri des virus et des prédateurs !

ConsoGlobe – Qu’est-ce que cette formidable intelligence animale peut apprendre à l’homme ?

Elle nous donne d’abord une magnifique leçon d’adaptation ! Nous aimons imposer des normes, classifier, mettre dans des tiroirs pour nous rassurer sur notre gestion « raisonnable » de la vie… mais la nature, elle, n’a pas de normes. C’est une immense explosion de dynamisme, de vie, d’ingéniosité, où tout est permis pour survivre. Comme disait Darwin, dès qu’il y a de la vie, il y a de l’intelligence. Nous ferions bien de nous en inspirer, nous qui nous avérons incapables de gérer la crise environnementale dramatique qui s’annonce !

Il y a plusieurs formes d’intelligence animale : l’intelligence collective, pleine de promesses, peut inspirer notre organisation sociale ; l’intelligence de l’environnement, qui permet de s’adapter, donne des exemples aux ingénieurs ou scientifiques et peut les aider à créer des objets ou des concepts. C’est le fameux « biomimétisme » : un exemple connu est le TGV, dont la forme s’inspire de la tête du martin pêcheur pour aller très vite sans consommer trop d’énergie. C’est un domaine de recherche gigantesque, dans toutes sortes de domaines, médical, mobilité… L’intelligence émotionnelle des animaux peut aussi aider les hommes : on sait depuis peu, par exemple, que le chien peut percevoir les cancers et les crises d’épilepsie…

Et il faut voir le beau film Névada, de Laure de Clermont-Tonnerre, sur la gestion de la violence en prison grâce à des mustangs sauvages ! Enfin, l’intelligence animale nous donne une magnifique leçon de tolérance : chacun a sa place et son rôle à jouer sur cette planète, du ver qui connaît parfaitement la terre au chat, champion de l’adaptabilité, capable de modifier ses miaulements et son attitude pour nous plaire.

ConsoGlobe – Reste-t-il encore beaucoup à découvrir ?

Bien sûr, nous n’en sommes qu’au début ! Selon une étude de 2011, nous ne connaissons qu’ 1, 23 million d’espèces, sur les 8,7 millions de celles qui vivent sur la planète (dont 6,5 millions sur la terre et 2,2 millions en milieu aquatique) Donc, seulement 14,1 % des espèces ont été décrites et cataloguées, à ce jour. Le monde des océans par exemple, est une grande inconnue, peuplée d’animaux à la communication complexe comme les cachalots, les baleines ou les dauphins. Malgré notre prétention, nous ignorons encore beaucoup de ceux qui partagent cette planète avec nous, et le problème est qu’il y a urgence : ces génies de la nature sont en train de disparaître !

Pour en savoir plus :

Le contenu des conférences des Journées de l’Intelligence animale est repris chaque année dans des livres qui donnent un aperçu des progrès de la connaissance en la matière, dont le prochain, Les intelligences animales, sortira prochainement.

Yolaine de La Bigne a également signé récemment un livre, « Les 12 sagesses des animaux », qui se base sur des études de spécialistes pour identifier en quoi l’intelligence animale peut nous aider dans nos vies quotidiennes.

Elle organise chaque année l’Université d’été de l’animal, fin août en Bretagne, réunissant tous ceux qui travaillent sur ces sujets – scientifiques, éthologues, historiens… Toutes les infos : https://lanimaletlhomme.com/

coup de coeur

Les 12 sagesses des animaux – Inspirons-nous des animaux pour mieux vivre

De Yolaine de La Bigne
Les animaux ont tant à nous apprendre ! Profiter de la vie, cultiver sa chance, coopérer avec les autres, s’adapter aux circonstances, renoncer à l’ego… 12 sagesses inspirantes à laisser infuser dans votre quotidien.

À découvrir sur Cultura.com

 

Illustration bannière : Yolaine de la Bigne – © Maëlle Guignard de la Bigne

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste free-lance, Brigitte Valotto est notamment une collaboratrice régulière des pages enfants, société, pratique, tourisme et actu de...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis