Une insémination ratée compromet gravement la survie de la tortue du Yangzi Jiang

La tortue Yangzi Jiang, la plus grande tortue d’eau douce au monde, est proche de l’extinction : la dernière femelle en captivité est morte. Au cours des dernières années, cette espèce a été victime de la pollution, de la chasse et surtout, de la généralisation des barrages fluviaux.

Rédigé par MEWJ79, le 16 Apr 2019, à 9 h 50 min

La femelle tortue à carapace molle du Yangzi Jiang est morte dans un zoo de Suzhou, en Chine. Or, il s’agissait de la dernière femelle connue en captivité. Il reste deux autres tortues en liberté, outre le mâle du zoo. Mais s’il s’agit de deux autres mâles.

La mort d’une tortue du Yangzi Jiang pourrait signifier l’extinction de son espèce

Les médias chinois ont annoncé une bien triste nouvelle, le lundi 15 avril 2019 : une femelle tortue à carapace molle du Yangzi Jiang est morte dans un zoo de Suzhou (1).

La femelle était détenue en captivité avec un autre mâle au zoo de Suzhou – PBS/Capture d’écran Youtube

Cette femelle de près de 90 ans a succombé alors que l’équipe du parc avait de nouveau tenté, la veille, de l’inséminer à l’aide de la semence d’une tortue mâle pensionnaire du même zoo. Sa disparition pourrait bien signifier l’extinction de son espèce.

Il s’agit de la plus grande tortue d’eau douce au monde. Et si les spécialistes affirment que l’espèce s’éteint, c’est parce que cette femelle était la dernière connue en captivité. Son habitat était pourtant immense s’étendant du Yangzi Jiang, le plus long fleuve d’Asie, jusqu’à d’autres cours d’eau chinois. Mais cette tortue qui pouvait atteindre un mètre de long et peser jusqu’à 100 kilos, a été victime de la pollution, de la chasse et surtout, de la généralisation des barrages et du trafic fluvial.

Les tortues vertes elles aussi menacées… par le réchauffement climatique

Pourtant depuis plusieurs années, les membres du zoo tentaient de faire en sorte que les deux survivants s’accouplent naturellement. Mais chaque tentative a été un échec cuisant.

Les deux derniers spécimens connus sur la surface de la Terre vivent en liberté au Vietnam, mais les sexes de ces reptiles sauvages sont inconnus. S’il s’agit de deux autres mâles, l’espèce est  définitivement condamnée.

Lire aussi : Plan de sauvegarde de la Tortue d’Hermann dans le Var : les nouvelles sont bonnes

L’habitat de la tortue s’étendait le long du fleuve Yangzi Jiang jusqu’à d’autres cours d’eau chinois © Stephen Rudolph

Pour rappel, selon une étude scientifique menée en Australie, les tortues vertes sont, pour leur part, menacées par le réchauffement climatique. En effet, elles se féminisent et leurs populations pourraient comporter jusqu’à 93 % de femelles d’ici à 2100. La raison est simple : chez les tortues marines, la température d’incubation des oeufs détermine le sexe du futur bébé. Or, la chaleur entraîne la naissance de femelles. Les chercheurs estiment que d’ici à la fin du siècle, il pourrait n’y avoir que de 7 à 24 % de mâles du fait du changement climatique. Quid de la survie de cette espèce ?

Illustration bannière : Un des rares spécimens de tortue du Yangzi Jiang –  PBS/Caputre d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis