Pourquoi les femmes vont arrêter de travailler demain à 15h35

À partir du 6 novembre, 15h35, les femmes travaillent gratuitement. Ce constat très concret met en lumière les inégalités salariales qui subsistent entre les hommes et les femmes au sein même de l’Union européenne.

Rédigé par Maylis Choné, le 5 Nov 2018, à 10 h 58 min

Pour marquer concrètement l’inégalité salariale qui les touche, les femmes sont invitées à stopper le travail le 6 novembre à 15h35.

Les inégalités salariales entre hommes et femmes subsistent dans l’Union européenne

En moyenne, dans toute l’Union européenne, à compétences égales, les femmes gagnent 16 % de moins que les hommes sur leur salaire brut. En France, les chiffres ne sont guère plus satisfaisants puisqu’ils atteignent 15 %. Les choses évoluent dans les entreprises mais très lentement et cela provoque la colère de certaines associations féministes comme les Glorieuses.

inegalites salariales

A 15h35, on arrête de travailler ! ©Jacob Lund

Cette dernière a calculé précisément, avec toutes les données reflétant les inégalités salariales qu’elle possédait, le jour et l’heure à partir de laquelle les femmes en UE travaillent pour rien. Ainsi, cette année, à partir du 6 novembre à 15H35 et jusqu’à la fin de l’année 2018, les femmes travaillent gratuitement !

Trois propositions pour faire évoluer les choses

Pour supprimer concrètement ces inégalités salariales, il faudrait sans doute modifier durablement les mentalités qui règnent encore dans de nombreuses entreprises. Concrètement, les différences de salaires s’observent à partir du premier congé maternité de la femme. La différence de carrière et de rémunération entre une femme et entre un homme basculerait à ce moment-là.

Les Glorieuses proposent alors trois mesures : l’allongement du congé paternité – à égalité avec le congé maternité – pour rééquilibrer l’écart qui se creuse à cet instant. Elles plaident également pour plus de transparence entre les salaires dans les entreprises, ce qui permettrait aux salariés de faire pression sur l’entreprise en cas d’inégalité. À l’image de l’Islande, les Glorieuses veulent imposer un certificat d’égalité obligatoire aux entreprises pour contrôler et de sanctionner celles qui ne respecteraient pas l’égalité salariale.

Illustration bannière : Inégalités salariales © Hyejin Kang
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. « À partir du 6 novembre à 15H35 et jusqu’à la fin de l’année 2018, les femmes travaillent gratuitement ! »

    Merci de nous prévenir, chère Maylis, car je devais voir la belle Josette, une de mes vieilles maîtresses, pour un déjeuner plutôt coquin ce jeudi en fin de matinée.
    Donc au lieu du petit billet habituel, le vert si symbolique, je lui ferai lire votre très bon article pour lui rappeler mon bon droit.
    Mais, ne criez pas au Porc, dames et demoiselles au bord du hashtag, je ne suis pas qu’un nain gras : je lui apporterai une double part de tarte Tatin goulûment caramélisée, en lui rappelant que la maladresse ouvre parfois les portes de la génialité.
    Et que la violence des hommes mérite bien mieux qu’une tarte délicieusement renversée… même en pleine poire…

    With Luv,
    Bob le goujat

  2. « À partir du 6 novembre à 15H35 et jusqu’à la fin de l’année 2018, les femmes travaillent gratuitement ! »

    Merci de nous prévenir, chère Maylis, car je devais voir la belle Josette, une de mes vieilles maîtresses, pour un déjeuner plutôt coquin ce jeudi en fin de matinée.
    Donc au lieu du petit billet habituel, le vert si symbolique, je lui ferai lire votre très bon article pour lui rappeler mon bon droit.
    Mais, ne criez pas au Porc, dames et demoiselles au bord du hashtag, je ne suis pas qu’un nain gras : je lui apporterai une double part de tarte Tatin goulûment caramélisé, en lui rappelant que la maladresse ouvre parfois les portes de la génialité.
    Et que la violence des hommes mérite bien mieux qu’une tarte délicieusement renversée… même en pleine poire…

    With Luv,
    Bob le goujat

Moi aussi je donne mon avis