Comment les grandes banques continuent à financer les énergies fossiles

En dépit de l’accord de Paris, les grandes banques financent tant l’exploitation que l’expansion des énergies fossiles.

Rédigé par Paul Malo, le 26 Mar 2019, à 11 h 40 min

Depuis 2015, les grands établissements bancaires ont financé les énergies fossiles à hauteur de 1.900 milliards de dollars (1.680 milliards d’euros), dévoile un rapport.

33 grandes banques en ligne de mire

Comment accélérer la transition énergétique pour protéger le climat quand certains versent des fonds pour que ce ne soit justement pas le cas ? Depuis l’adoption de l’Accord de Paris sur le climat, fin 2015, 33 grandes banques ont financé des entreprises extractives pour un montant total de 1.900 milliards de dollars (1.680 milliards d’euros).

Les sables bitumineux de l’Alberta © Andrekart Photography

Le montant de ces financements a même augmenté, au cours des deux dernières années. C’est ce que révèle un rapport publié le 20 mars 2019 par Rainforest Action Network, BankTrack, Indigenous Environmental Network, Oil Change International, Sierra Club et Honor the Earth(1).

Le nouveau rapport, approuvé par plus de 160 organisations internationales à travers le monde, explique qu’aux quatre coins du globe, ces financements servent au développement et à la promotion des énergies fossiles et de leur extraction. Parmi les cas détaillés dans ce rapport, on trouve aussi bien l’opposition aux oléoducs et aux sables bitumineux en Amérique du Nord, que la mine de charbon à base de lignite qui détruit la forêt de Hambach, en Allemagne, vieille de 12.000 ans.

Lire page suivante : La carte du monde dessinée par la combustion de carburants fossiles

Contraire à la COP 21

Sur ces 1.900 milliards de dollars de financement, pas moins de 600 milliards de dollars (530 milliards d’euros) ont été versés à une centaine d’entreprises développant les combustibles fossiles, en totale contradiction tant avec les engagement de la COP21, qu’avec le rapport spécial du GIEC sur le réchauffement de la planète. En effet, ce rapport soulignait à quel point il fallait travailler à éliminer rapidement les combustibles fossiles, estimant les besoins en investissements en la matière à 2,4 milliards de dollars par an jusqu’en 2035.

BNP Paribas a versé plus de 50 milliards de dollars aux énergies fossiles. © pcruciatti Shutterstock

« Banking on Climate Change 2019 » est le dixième rapport annuel sur les énergies fossiles à être publié. Il a étudié 1.800 sociétés dans le secteur du charbon, du pétrole et du gaz, ces trois dernières années.  Ce nouveau rapport vient encore une fois souligner l’absence de politiques efficaces de ces établissements bancaires en matière d’énergie et de droits humains.

Ainsi, depuis l’Accord de Paris, JPMorgan Chase a fourni 196 milliards pour financer les énergies fossiles. En Europe, Barclays a versé 85 milliards pour les énergies fossiles et 24 milliards pour leur expansion. Quant à BNP Paribas, sa contribution dépasse les 50 milliards. Parmi les 33 établissements épinglés par le rapport figurent également la Société Générale, le Crédit Agricole ou encore Natixis.

Illustration bannière : Pompe à pétrole – © Nataliya Hora
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis