Glyphosate : l’Allemagne dit stop

Quelle que soit la décision de la Commission européenne sur la réautorisation du glyphosate, le gouvernement allemand est bien déterminé à l’interdire dans son pays d’ici fin 2023.

Rédigé par Anton Kunin, le 5 Sep 2019, à 11 h 12 min

Le ministère allemand de l’Environnement a aussi annoncé que le pays voterait « non » lorsqu’il s’agira de se prononcer sur la réautorisation ou non du glyphosate à l’échelle de l’Union européenne.

Au niveau national, l’Allemagne légifère contre le glyphosate

Malgré sa déclaration en tant que « cancérogène probable » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une institution dépendant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’interdiction du glyphosate à l’échelle de l’Union européenne est tout sauf acquise. Lors du vote en octobre 2017 censé décider du sort de la molécule controversée, neuf pays (la France, la Belgique, l’Italie, l’Autriche, la Grèce, le Luxembourg, la Croatie, Chypre et Malte) avaient voté contre sa réautorisation pour cinq années supplémentaires. Dans un bloc comprenant 28 pays, 9 opposants ne suffisent clairement pas à inverser le rapport de forces.

Lire aussi : Comment éviter les produits Monsanto ?

L’Allemagne a donc décidé de prendre son destin en main et interdire les herbicides à base de glyphosate sur son territoire, quelle que soit l’issue du prochain vote sur sa réautorisation. D’ici 2023, le pays ambitionne donc de réduire l’utilisation du glyphosate d’au moins 75 %, avant de l’éliminer complètement.

interdiction glyphosate

Le glyphosate est soupçonné d’être un perturbateur endocrinien – © Photoagriculture / Shutterstock.com

Le glyphosate de moins en moins en odeur de sainteté en Europe

Cette démarche de l’exécutif allemand fait suite à d’autres prises de position « individuelles », ailleurs en Europe, visant à bannir le glyphosate. En juillet 2019, le parlement autrichien avait ainsi voté une loi interdisant toute utilisation du glyphosate. En France, une vingtaine de maires ont également pris des arrêtés l’interdisant sur le territoire de leurs communes. La prise de conscience s’accélère également en Allemagne. En août 2019, le transporteur ferroviaire Deutsche Bahn a annoncé son intention de réduire de 50 % son utilisation du glyphosate pour désherber les voies ferrées.

Rappelons que 18.000 personnes poursuivent actuellement en justice Bayer, dont la filiale Monsanto avait développé le premier herbicide à base de glyphosate. Elles affirment que leur cancer est dû à cette molécule.

Illustration bannière : L’interdiction de cet herbicide produit par Monsanto entrera en vigueur le 31 décembre 2023 en Allemagne © defotobergShutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Monsanto-Bayer a déjà des produits de substitution encore plus toxiques. Il faudra être très vigilant au moment de l’entrée en vigueur de l’interdiction.

  2. Ce que je ne comprends pas c’est le POURQUOI on laisse encore en vente ces POISONS pour les hommes et les animaux……. tout le monde SAIT que ces articles sont nuisibles à la santé de l’homme, des oiseaux et des insectes, mais on les laisse encore et encore nous empoisonner jusque dans nos assiettes !!!! Mais dans quel monde vivons nous ?????

Moi aussi je donne mon avis