Economie du partage : il a vécu une année sans argent

Rédigé par Jean-Marie, le 12 Jul 2013, à 15 h 37 min

Sans argent – Une philosophie du partage en mode local

sans argent mark-boyle-freeconomyLes freeconomistes sont aujourd’hui nombreux, plus de 45 000 dans 171 pays. Tous ne se sont bien sûr pas astreints à un style de vie aussi radicalement détaché de l’argent que Boyle.

Mais tous partagent la philosophie générale qui est le fondement de la nouvelle économie que promeut consoGlobe depuis 2005 : celle d’un style de vie où l’avoir est moins important que l’être et le savoir, où le partage, le troc et le don se substituent souvent à l’achat et à la vente, où la générosité et la solidarité compte plus que l’accumulation des biens, où les respect de la nature et des autres fait office de passeport universel.

Pour accéder à un style de vie radicalement différent et sans argent Boyle propose des étapes : six étapes qui vont du niveau 6 (avec une économie 100 mondialisée) au niveau 1 (économie 100 % locale).

Les 6 paliers pour marcher vers la freeconomy

sans argent manifesteNiveau 6 : conduire une voiture hybride (économie globalisée moderne fortement monétisée)

Niveau 5 : rouler à vélo (application de normes environnementales et technologies vertes)
Niveau 4 : marcher avec des chaussures importées d’Asie (monnaies locales, banques de temps, cohabitat)
 Niveau 3 : marcher avec des chaussures fabriquées localement (économie du don et de la gratuité pour diminuer le plus possible la dépendance à l’économie mondialisée)
Niveau 2 : fabriquer ses chaussures soi-même (économie de l’autosuffisance via la production et les échanges locaux par le troc)
Niveau 1 : pas de chaussures, marcher pieds nus en connexion à la terre (économie exclusive du don)

Circuits courts et économie locale

Autre enseignement d’une année passée sans argent : l’économie démonétisée est locale. Ce qui confirme une tendance que constatent des universitaires avec le regain des territoires et des échanges locaux comme socle de l’échange économique. Une année sans argent c’est donc un passage obligé par … les autres et près de chez soi.

Serait une manière de dire que l’obsession pour l’argent étouffe la sociabilité, coupe le lien social ? Mark Boyle ne le dit pas ainsi mais décrit comment, par étapes, on peut regagner en dimension humaine ce qu’on perd en compte en banque.

*

sans argent Je réagis

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

31 commentaires Donnez votre avis
  1. Un veritable travail d orfevre, merci pour ce bon plaisir.

  2. Un grand « BRAVO ! » félicitations d’avoir quitté pendant un an « ce système capitaliste »
    beaucoup de personnes « troc » « échange » sans argent depuis longtemps, mais vivre sans argent ? en ville
    c’est dur dur (le logement, les factures d’électricité de gaz).

  3. l’argent c’est l’art d’Etre à donner au gens ! Il ne peut pas s’associer au travaille ni à être un outil de possession divers. Tout appartient à l’humanité. Plus de propriétaire, le droit d’avoir fait place au droit d’être !

  4. Ne pas oublier que l’argent est initialement un souci d’émancipation permettant de faciliter les échanges. Il peut devenir un enjeu de pouvoir et d’asservissement, mais il ne l’est pas nécessairement. Tout dépend de l’usage et de l’obsession qu’on en a.
    Contre cet asservissement et ce pouvoir, nul doute que la sobriété est la meilleure des sagesses, comme le rappelle Michel Serres : youtube.com/watch?v=8qK2pYDTWkU
    Cependant, vivre sans argent est non seulement utopique, mais cynique au regard de ceux qui, dans des pays à la nature ingrate ne permet pas de cultiver la terre: celà reste une expérience de riche dans un pays riche.
    Il ne faut pas supprimer l’argent, il faut lui redonner son sens initial.

    • Je voulais dire un « outil d’émancipation » et non un « souci d’émancipation » erratum 🙂

    • Désolé mais je ne comprend pas cet argument-ci :
      « Cependant, vivre sans argent est non seulement utopique, mais cynique au regard de ceux qui, dans des pays à la nature ingrate ne permet pas de cultiver la terre: celà reste une expérience de riche dans un pays riche. »

      Il me semble que la nature a encore la réponse : lorsque celle-ci est défavorable à une espèce vivante (quelle qu’elle soit), soit cette dernière disparaît, soit elle s’adapte, soit elle migre vers une région plus favorable. Et c’est tout. Dire que c’est « une expérience de riche dans un pays riche » n’est donc pas recevable.

  5. moi aussi je veux tiré tous les bienfaits de la nature

  6. Complètement d’accord avec la façon de vivre, mais encore faut-il accepter le fait d’avoir une espérance de vie réduite et de soigner nos proches que de manière précaire. Il serait impossible de faire fonctionner une salle d’opération uniquement via du troc produit/service – produit/produit – service/service (ou alors il faudrait une plate-forme logistique gigantesque pour arriver à l’équivalent de telles sommes)

  7. il ne vit pas sans argent, il vit avec l’argnet des autres, nuance.
    même sans parler des infrastructure collective. le bois pour se chauffer apartient a quelqu’un.
    la cendre de bois dans la riviere est un poluant et est cancérigene.
    l’argent n’est pas un probleme en soi, et l’échanger contre un travail ou un produit est une forme de troc, ce qu’il était au départ, et un moyen d’echanger des biens de meme valeur contre une meme valeur.Ca permet l’équité.
    ce qui pose probleme c’est de gagner/produire de l’argent sur du vent ou du reve.

  8. Le livre, il le troque ou il est gratuit ?

    • Il est en ligne voir plus haut ou en vente 17,41€ sur Amazon

    • Hahahaha, remarque bien pertinente !

  9. Bonjour à toutes et à tous, C bien d’une expérience dont il s’agit notons qu’il a programmé sa situation; il n’a pas été soumis au stress de tout perdre et de se retrouver à la rue et avec la perspective qu’au bout d’un an il retrouverait la vie d’avant ? que fait-il maintenant ? continue t’il au maxi ce qu’il en a retiré ? le TROC OK mais tout le monde n’en a pas envie et contre quoi ? puisqu’il doit partir de ZERO non ? si c’est de la main-d’oeuvre ok mais tout à une limite moi je suis aussi partisante d’acheter le moins possible et de recycler un maximum pour ne pas acheter aux LOBBYS (par exemple je fais ma lessive avec le vrai savon de Marseille et non pas des copies qui viennent dont on ne sait où !, je fais du compost depuis 8 ans environ, je n’achète plus de confiture non plus, je la fais avec mes fruits du jardin, ou si j’achète un fruit que je n’ai pas à des producteurs ou voisins qui en font) j’ai éduqué mes enfants dans ce sens mais pas facile la tentation est forte d’acheter on nous pousse à consommer et on nous culpabilise si on est pas dernier cri pour les technologies et pour quel intérêt ? j’ai toujours cuisiné un maxi sans acheter du tout fait mais quelquefois cela fait aussi du bien de ne rien faire !! ne soyons pas hypocrite il y a des limites. j’achète aussi beaucoup en brocante il faut voir tout ce que les gens vendent et jettent aussi après les brocs finies; je récupère ce qui peut me servir je fais des cactées dont il me faut des pots donc broc et dons je donne en échange des cactées ou des fruits voilà mon troc ! je donne aussi ce qui ne me sert plus (soit au relais soit au secours catholique) on ne doit pas jeter C ma formule; Si tout le monde voulait se donner la peine j’ai réussi à convaincre du monde mais C un travail quasi-quotidien il faut répéter, répéter de ne pas jeter, de donner, recycler même ses poubelles parce que bien qu’il y ait du tri sélectif certaines ne veulent pas s’embêter non plus ; combien sont en maison et ne font pas de compost; j’avais convaincu une famille de faire du compost ce qu’ils ont fait et après incroyable ils ne savaient pas comment l’utiliser !! je leur ai donc fait une démo; Evidemment tout cela prend du temps mais au lieu de regarder la TV on va dehors (quand on est en maison bien sûr) et C tellement agréable de faire des choses soi-même
    CORDIALEMENT Isaka60

    • Bien d’accord avec Isakak 60. On peut tous essayer de faire soi même bcp de choses avec la matière première ou le recyclage.Maman de famille nombreuse ai toujours fait le pain les gâteaux, les yaourts, le fromage blanc( lait à la ferme, plus rare maintenant) les pâtes ,les pizzas, les confitures, cuisiné avec les produits du jardin, pas mal de vêtements avec ce qu’on me donnait, récupère tout. S’il y a des brocantes( bcp trop maintenant, des bourses etc. ) C’est par ce que de nombreuses personnes sont avant tout consommatrices et ne gardent pas longtemps ce qu’elles ont. En recyclant on devient créateurs, on apprend à nos enfants à ne pas gaspiller, à réfléchir avant de désirer, à ne pas vouloir absolument des marques … Le livre est qd mêùme vendu sur plusieurs notamment sur Amazon à 17,41€ même s’il est gratuit en ligne et seulement en anglais.

  10. bonjour,
    voilà beh ce livre n est pas écrit en français on as pas pensée a nous merci de pensée a ça…

  11. Un grand merci pour cet article. Je commence a lire le livres des aujourd’hui!

  12. Merci pour cet article qui invite à la réflexion et au débat… Oui bien entendu c’est une bonne expérience de vie, et on le remercie pour le livre mis gratuitement en ligne. Mais comme il le dit, il a fallu s’y reprendre à deux fois pour réussir l’expérience, et à mon avis la caravane, les panneaux solaires….il n’a pas pu les obtenir par le troc mais bien par l’argent. Je cite un passage de l’article : (il s’équipe (caravane, panneaux solaires, semences, toilettes sèches…). Il n’achète rien : il troque, il cultive, il répare un vieux vélo, ). L’argent en lui même n’est pas nocif c’est notre façon de l’utiliser moderne qui l’est. On s’est trop éloigné de la nature, des relations vrais, et nous sommes manipulés par la société de consommation, la publicité….à l’échelle mondiale !

  13. L’argent n ‘est pas « sale », c’est juste un moyen d’échange comme un autre.
    Par contre ce qui est « sale » et détestable c’est la manière dont les humains se servent de l’argent, c’est ce qu’ils en font, ce à quoi il sert, c’est à dire à l’avillissement et l’esclavage d’une grande majorité par une petite minorité.

    Certains humains (ceux qui ont des interêts financiers en jeu) se servent d’une composante humaine qu’on appelle l’impatience, ils l’on exacerbé au point où aujourd’hui la majorité des humains adultes ressemblent à des nourrissons qui veulent tout, tout de suite sans concession. Ils ne font pas appel à leur intelligence rationnelle mais à leurs pulsions.

    On peut se sortir de l’argent, mais pas en revenant en arrière, mais justement en se servant du passé, du progrès technologique et de l’évolution de la conscience humaine pour créer une autre société, pas une copie de la société de nos ancêtres car ça voudrait dire que les efforts de l’humanité pour évoluer n’auraient servis à rien.
    Le progrès et l’évolution sont inévitables, l’argent n’est qu’un outil du progrès.
    La richesse est une notion subjective, tout comme Dieu.
    On croit en Dieu ou on y croit pas, on croit dans l’argent ou on y croit pas.
    On vit très bien sans Dieu, et on peut très bien vivre sans argent. Mais pas comme l’homme des cavernes.
    Ceux qui croient et qui revendiquent un revenu minimum sans travailler ce foutent le doigt dans l’oeil jusqu’au genou !
    Et d’où il viendrait cet argent, croyez vous que si on laisse le choix à l’humain de ne pas travailler tout en bénéficiant d’un minimum d’argent il se lèverai le matin pour aller trimer toute la journée ?
    Croyez vous que des humains seraient assez bêtes pour aller bosser pour nourrir d’autres humains qui se prélasseraient toute la journée en attendant que ca leur tombe tout cuit dans le bec ?
    Ce serait une horrible injustice pour ceux qui travailleraient et produiraient, non ?

    Lisez le livre de Thomas Moore (1478-1535) : Utopia.
    Vous y trouverez un parallèle surprenant (et très avant-gardiste) avec notre société moderne et le souhait de l’auteur de supprimer l’argent, mais pas le travail !
    Très instructif, mais comme l’indique le titre du livre…utopique, en tous cas pour l’instant.

    • future.arte.tv/fr/sujet/le-revenu-de-base-promesse-dun-avenir-meilleur

      m.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm-Z0&desktop_uri=%2Fwatch%3Fv%3D-cwdVDcm-Z0

      Peut-être que ces liens vous permettront d’y voir plus clair… Le deuxième étant un long métrage, je vous conseille de prendre le temps de le regarder.

      N’avez-vous jamais eu le rêve de créer, de réaliser quelque chose? N’avez-vous jamais laissé tomber vos rêves à cause de l’argent? Ne pensez-vous pas qu’un revenu de base vous permettrait d’oser réaliser ces rêves sans avoir la peur de tout perdre?

      À vous entendre on penserait que pour vous, le travail est la meilleure chose qu’ait créée l’homme… On a tous une très mauvaise image de son prochain, on le croit mauvais et donc on s’imagine qu’il profiterait du système avec le revenu inconditionnel. Vous en avez pour preuve le deuxième lien. Vous parlez comme beaucoup de gens parlent des chômeurs actuellement, « ils vivent sur le dos des autres. » Nos sociétés stigmatisent les gens qui ne travaillent pas ou qui ne veulent pas travailler en les considérant comme des feignants. Voilà comment nous avons été éduqués. Mais qu’est-ce que le travail? Gagner de l’argent pour pouvoir manger? Donc au final les gens qui ne travaillent pas n’auraient pas le droit de manger?
      Nous évoluons de plus en plus vite, l’emploi est de plus en plus réduit grâce (ou à cause) à cette évolution. Nous sommes donc dans l’impasse: que faire de tous ces gens condamnés à vivre « grâce » à Pôle Emploi?
      Si chaque être humain avait assez d’argent pour vivre (manger et se loger), pensez-vous qu’il resterait cloîtrer à la maison à ne rien faire? Ça se voit qu’il ne vous ait jamais arrivé d’être au chômage… Je peux vous garantir que ne rien faire ça ne dure que quelques jours. Beaucoup de personnes auraient la volonté de s’engager dans une association ou tout autre chose s’ils avaient le minimum pour vivre.

      Je pense qu’il est important de débattre sur ce sujet et avant tout de se débarrasser de toutes les stigmatisations qui nous envahissent tant. Il y a tant à dire sur ce sujet…

  14. Bonjour,

    Un GRAND merci pour cet article très inspirant.

  15. très bon article,je ne connaissais pas ce monsieur,je vais m’y intéresser plus

  16. Gratuit , le livre ok!mais a moins d être rentier , vas bien falloir vivre avec l argent , d une maniére ou d une autre , alors là çe serais ça a demontrer : comment vivre dans l abondance sans demander a a personne et sans utiliser les banques assurances ect…bouffeurs d argents qui, devient souvent sale et a des fins louches !et faire que tous, puissent avoir un revenu descent , les politiques n ont de cesse de monter les catégories de gens les uns contres les autres !et , nous notre argent , sert a rémunerer ces agissements contre productifs !!on l a voulu on l a eu ! maintenant s agirais le moyens de donner aux régions villes ect…plus de pouvoir pour gerer les vrais problémes locaux dans la transparence! et non le petit cercle d initiés parisien qui n y connaissent que couic!!et ne parlons pas de l europe , alors là c est encore plus flou vague ect…sans tenir compte des particularitées de régions!!que d argent a économiser si c était bien compris !!!et mieux utiliser

  17. Si tout le monde lave son linge dans la rivière…. Pas terrible pour les cours d’eau .

    • La cendre de bon bois est une excellente lessive

  18. Consoglobe c’est bien gentil mais … Bref !

  19. J’ajouterais que l’économie libre, c’est un peu le vol de la collectivité, …, une forme de travail au noir.

  20. L’économie de troc bénéficie des infrastructures partagées (routes, éducation,…), qui nécessitent un travail collectif. Son expérience a été solitaire et pour se préparer il a eu besoin de cette contribution collective, rendue possible par l’argent qui n’est que la mesure (imparfaite) de la contribution de l’individu à la collectivité.
    Il n’y a donc rien de démontré, sinon la capacité à vivre en autarcie, quand on est en bonne santé et en utilisant le bénéfice de l’éducation que la communauté lui a préalablement dispensée.

  21. bonjour,
    Déja vu que son livre ne fait pas partie d’un troc….ensuite faire une communauté sans argent on se retrouve HYPI 2013 et non 1968 (au fait ils sont ou ?)
    Cela fait du bien de rever mais la société nous coince avec l’avoir qui génère de l’argent avoir un logement (loyer) avoir confort (argent) etc.. sortie d’être hermite et encore (les flics viennent voir si …)allez voir les veilleurs a Paris qui sont juste debout 5H leurs empreinte digitales sont relevé pour les ficher pourtant …

  22. C’est une expérience intéressante : elle n’est toutefois pas significative en elle-même car rien ne prouve qu’une autre personne puisse le faire (plus âgée, moins forte, moins résistante). Mais cela reste une belle expérience car la vie « sans argent » serait plus facile si le reste du monde agissait ainsi – le partage serait plus important, la propriété du sol n’interdirait pas l’accès à la moindre parcelle, etc. Pouvoir le faire sans mendier dans le monde actuel est donc un défi.
    Cependant, je pense que nos ancêtres (au nom de toute l’humanité) ont créé des richesses et qu’elle devraient être partagées équitablement entre tous les hommes. Ainsi, on pourrait vivre sans argent, mais sans être non plus un « va nu pied ». Aujourd’hui, on produit beaucoup plus avec beaucoup moins de travail. Il faut que cela rapporte à tous. Je pense donc qu’il ne faut pas forcément prendre la voie de « la fuite » et réclamer ce qui nous revient de droit. Si on reste dans une économie basée sur l’argent, alors un revenu minimal inconditionnel devrait être versé à chaque être humain de cette planète afin qu’il puisse avoir accès à sa part de richesse gagnée par ses ancetres. Et libre à lui de travailler (participer à la production) ou non selon ses envies et ses besoins d’un revenu plus important.

  23. bien! l expérience !!juste que maintenant le tiroir caisse est ouvert avec son livre !!!j ai une autre opinion sur l argent , nul besoin de s en défaire , c est une de nos merveilleuse créations!il faut pas en être esclave!!et surtout arreter de le donner aux banques assurances ect …ils s en servent pour des objectifs moins noble !!

    • Relisez bien l’article: son livre n’est pas à vendre mais en accès gratuit avec l’adresse internet donnée ci-dessus.

Moi aussi je donne mon avis