Vers la fin du plastique ?

Rédigé par Elwina, le 20 Aug 2009, à 19 h 42 min

Le plastique, une plaie mortelle pour l’environnement

Le plastique dans les océans est une catastrophe sanitaire pour la faune marine. 80 % des déchets océaniques sont des plastiques (bouteilles, filtres, granulés industriels, stylos, emballages, capsules de bouteilles, etc)

Cité par le magazine Sciences et vie de juillet 09, un chercheur spécialiste des oiseaux explique :

L'oiseau et le plastique, de Chris Jordan

« Je coordonne une étude internationale qui consiste à ramasser sur les plages de la mer du Nord les cadavres des fulmars, des oiseaux relativement communs que l’on retrouve souvent morts sur le littoral.

Nous constatons désormais que ces oiseaux ont en moyenne, sur les côtes françaises, de l’ordre de 0,6 gr de plastique dans leur estomac. Ce qui pour un homme adulte, représente l’équivalent de 600g !

Et quelque 80 autres espèces sont touchées, depuis les albatros jusqu’aux pétrels. »

Le pire danger provient des plastiques invisibles

Sous l’effet de la houle et surtout du rayonnement ultra violet, les bouts de plastiques se morcellent en petits morceaux de plus en plus petit et finissent en débris de moins de 5 mm et jusqu’à 20 micromètres (un cinquantième de millimètre)
Developpement durable articleCes fragments de plastique, invisibles, représentent des milliards de tonnes et finissent dans les sédiments marins, dans l’eau et dans les organismes des animaux marins.

 

 

 

Plastique – quelques faits

Recycler une tonne de bouteilles en plastique permet d’économiser : 830 litres de pétrole (soit plus de 3 barils), 430 m3 de gaz naturel, la consommation en énergie d’un habitant durant 14 mois, la consommation domestique en eau d’un habitant durant 2 mois.

*

Sur le plastique et l’environnement

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Elle est une des rédactrices historiques de consoGlobe et en connait un vaste rayon sur le développement durable

9 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour
    s’il vous plait je veut connaitre le numero de votre commerciale a sfax pour communiquez avec eux
    notre contact 98744714

  2. Selon cet article, il y aurait 0,6 g de plastique dans l’estomac d’un fulmar. Pour un homme adulte, ce serait l’équivalent de 600 g.

    Le rapport entre le poids d’un homme et le poids d’un fulmar serait donc de 1000.

    Or, un fulmar boréal pèse jusqu’à 1 kg selon Wikipédia. Multiplié par 1000, on obtient 1000 kg pour un homme, ce qui est insensé.

    Donc, je crois que la moyenne indiquée de 0,6 g est inexacte. Une mesure de 6 g serait quant à elle réaliste. Cela équivaut à 600 g de plastique dans un homme de 100 kg.

    D’ailleurs, à en juger par les objets visibles sur la photo (flacon de pilules, bouchons), il y a vraisemblablement au moins plusieurs grammes de matière plastique dans l’oiseau.

    • mais tg impeut non ?

    • vous remettez en cause tout l article avec un argument provenant de wikipedia. pas de quoi faire le malin il me semble

  3. Je m’excuse de passer pour anonyme…je poussais trop vite sur le bouton

  4. Je m’excuse de passer pour anonyme…j’ai poussé le bouton trop vite.

  5. Le verre ce recycle à l’infini, pourquoi les bouteilles en verre disparaissent elles ?

    C’est aux consommateurs de refuser d’acheter du plastique. Si plus personne n’achetait de produits dérivés du plastique, les fabricant n’auraient d’autres choix que de changer leur packaging s’ils souhaitent écouler leur marchandise.

    • Éliminer le PETE ou le PEHD au profit du verre ne fait pas de sens. La fabrication du verre demande une quantité considérable d’énergie. Aucune bouteille est utilisée plus que 8 fois avant de casser. Recyclage du verre cassé est généralement rare, et quand c’est fait le besoin énergétique est presque le même que pour du verre neuf. Il y a d’énormes gains énergétiques dans la légèreté des bouteilles en plastique PETE ou PEHD versus le verre dans le transport…ces deux matériaux se recyclent d’ailleurs facilement. Le plus grand problème est la consommation inutile d’eau potable en bouteille et les emballages individuels de produits alimentaires. Personnellement, et j’ai 69 ans, j’en ai jamais acheté et je le ferais jamais.

  6. article pertinent

Moi aussi je donne mon avis