Fermeture de la dernière centrale au fioul française

Ces dernières années, EDF a accéléré la fermeture de ses centrales au fioul, vieillissantes, qui n’étaient utilisées que pour faire face à d’éventuels pics de consommation et coûtaient cher. Ainsi, comme annoncé en 2016, la centrale de production d’électricité au fioul de Cordemais a été arrêtée le 31 mars.

Rédigé par MEWJ79, le 4 Apr 2018, à 9 h 50 min

EDF a arrêté définitivement ce week-end sa dernière grande centrale de production d’électricité au fioul, celle de Cordemais (Loire-Atlantique), selon des données publiées sur le site du gestionnaire du réseau de transport d’électricité RTE.

La dernière centrale de production d’électricité au fioul à l’arrêt

C’est fait. La tranche numéro 3 de la centrale de production d’électricité au fioul de Cordemais a été arrêtée le 31 mars dernier, selon les données publiées par l’électricien sur le site de RTE, après quarante-deux ans de bons et loyaux services. Pour rappel, elle avait été mise en service en 1976, et disposait d’une capacité de production de 700 MW. C’était la dernière grande unité de production d’électricité au fioul dans le pays. En effet, EDF en a déjà fermé cinq de ce type au cours de l’année 2017.

centrale fioul Cordemais

La centrale thermique de Cordemais – Capture d’écran Youtube

L’annonce avait été faite en 2016. Ces dernières années, EDF avait accéléré la fermeture de ses centrales au fioul, vieillissantes, qui n’étaient utilisées que pour faire face à d’éventuels pics de consommation et coûtaient cher.

Lire aussi : Facture de chauffage : le prix du fioul s’envole, le bois plus attractif

La centrale de Cordemais comptait une autre tranche au fioul, qui a déjà été arrêtée en 2017. En outre, EDF exploite toujours deux centrales à charbon, dont l’une également située à Cordemais (avec deux unités de 600 MW chacune) et l’autre au Havre (Seine-Maritime). Mais ces sites sont menacés car le gouvernement veut fermer ces centrales, très polluantes.

L’arrêt de toute production d’électricité issue du charbon prévue d’ici 2022

La France entend donner l’exemple au reste de la planète, en cohérence avec l’Accord de Paris de 2015. Ainsi, pour lutter contre le réchauffement climatique, le président de la République a annoncé fin décembre 2017 la fermeture de toutes les centrales thermiques et à charbon d’ici 2022. Au final, Emmanuel Macron a juste réaffirmé ce que, dans le cadre de son Plan Climat, son ministre de l’Écologie Nicolas Hulot avait déjà annoncé en juillet dernier : l’arrêt de toute production d’électricité issue du charbon d’ici 2022. 

Vidéo de la destruction d’une centrale thermique

Entre 2013 et 2015, EDF a déjà fermé dix unités de production au charbon, à La Maxe en Moselle, à Bouchain dans le Nord ou encore à Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne. Après chaque arrêt officiel, les opérations de déconstruction et sécurisation sont très surveillées. Elles peuvent durer une dizaine d’années. Quant aux salariés, il s’agit à chaque fois de leur trouver de nouveaux postes dans le groupe ou anticiper leur départ à la retraite.

Illustration bannière : La centrale au fioul de Cordemais – Capture d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Ce n’est malheureusement pas la situation dans les départements d’outre-mer où les conditions climatiques (soleil, pluies et vent) pourraient pourtant permettre une grande part d’énergie renouvelable… Ce n’est donc pas la dernière centrale à fioul française. Cordialement,

    Agnès

Moi aussi je donne mon avis