Vous êtes fatigué ? N’écoutez pas ce que l’on vous dit !

Une récente étude publiée par la revue Nature a prouvé que, lorsque l’on manque de sommeil, on est plus enclin à écouter les conseils des autres… même s’ils sont mauvais !

Rédigé par Paul Malo, le 16 Aug 2018, à 11 h 40 min

Une étude sur le sommeil met en lumière que nous sommes plus enclins à suivre l’avis, bon ou mauvais, des autres quand on n’a pas assez dormi…

Le manque de sommeil fait douter de soi-même

Quand vous manquez de sommeil, vous auriez plus tendance à tenir compte des avis que l’on vous donne… Même s’ils sont mauvais ! C’est l’un des constats d’une récente étude menée par un groupe de psychologues européens en privant des « cobayes » de sommeil. Un danger, estime les auteurs de cette étude publiée par la revue Nature, si un dirigeant manquant de sommeil écoute le dernier avis reçu même si celui qui le lui donne n’est pas des plus experts(1).

© tommaso79

Des études du même type avaient déjà souligné à quel point le manque de sommeil peut faire douter de soi, réduire la confiance en soi. Mieux vaut donc dormir quelques heures de plus et ne pas écouter les avis, avant de prendre une décision importante. Même si cela peut sembler une évidence, c’est au moins, désormais, scientifiquement prouvé !

Petit bémol : l’expérience a été réalisée sur un petit échantillon d’étudiants est nécessite davantage de recherches pour confirmer ces résultats.

Enclins à écouter les avis, bons ou mauvais

Comment l’étude est-elle parvenue à tirer une telle conclusion ? Les participants à cette étude ont été répartis en deux groupes, l’un bénéficiant d’une bonne nuit de sommeil, l’autre restant éveillé 24 heures d’affilée. Une fois interrogés sur leur niveau de fatigue ressenti, ils devaient estimer les distances séparant des villes européennes. Après avoir tenté de les deviner, il leur était proposé d’écouter l’avis de tierces personnes, l’une étant jugée comme « très compétente », l’autre « relativement compétente », et de modifier leur réponse en fonction.

L’extrême fatigue rend influençable © fizkes

Au final, si les plus fatigués avaient bien évidemment plus de mal à estimer les distances entre les villes, ils se sont également révélés plus enclins à tenir compte des avis qui leur étaient donnés. Et, ce, quelles que soient les compétences, connues d’eux, mais aussi de celui qui les avaient conseillés. Moralité : ne pas dormir assez rend influençable.

Illustration bannière : Femme très fatiguée – © DimaBerlin
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis