Explosion du nombre de méduses en Méditerranée

Rédigé par Jean-Marie, le 5 Jun 2013, à 14 h 37 min

On constate actuellement un net accroissement du nombre de méduses d’espèces toxiques comme la méduse piquante mauve, la Pelagia noctiluca. Pas une bonne nouvelle pour la Méditerranée, déjà en difficulté, car ces méduses menacent la biodiversité de l’une des mers les plus surexploitées du monde … ainsi que des centaines de milliers de baigneurs. Quelles sont les causes de ce phénomène et comment y faire face ?

Des millions de méduses !

stefano-piriano médusesLe professeur italien de l’université de Salento dans le sud de l’Italie, Stefanao Piraino, est un spécialiste de la Méditerranée. Il est responsable d’un projet pan-méditerranéen qui vise à recenser les méduses et à mesurer leur prolifération dans le contexte du réchauffement climatique. Il témoigne : “j’ai survolé 300 kilomètres de cotes le 21 avril et j’ai vu des millions de méduses“. Clairement, la surpêche qui les débarrasse de leurs prédateurs naturels, comme le thon ou la bonite, laisse aux méduses “un boulevard” pour se reproduire en masse.

meduse mediterranéeL’inventaire est épaulé par des “citoyens-scientifiques” qui, armés de leurs smartphones et d’une application spéciale, aident à identifier tous les endroits où on peut voir des méduses tout le long des milliers de km de cotes de Mare Nostrum.  Il en ressort que la population de méduses n’a cessé de grandir depuis 4 ans que le projet existe et que cela fait partie d’un phénomène plus large sur le plan mondial : d’autres cotes sous surveillance ailleurs dans le monde comptent également une prolifération inhabituelle de méduses.

Stefano Piraino explique que sur l’île de Lampedusa, qui accueille chaque année 300 000 touristes, il y a maintenant des plages où on ne peut plus nager qu’une semaine de tout l’été !

meduses-meduseJosep María Gili, un chercheur très expérimenté spécialiste des méduses à l’Institut des sciences de la mer de Barcelone, pense que “c’est un problème de plus en plus grave pour la Méditerranée, comme pour les océans du reste du monde, et le problème est particulièrement épineux au large”.

Des bancs de méduses toxiques

L’espèce qui se multiplie est – dommage ! – une des plus vénéneuses : il s’agit de la Pelagia noctiluca, qui a été observée à de fortes densités près de la cote de Catalogne et de Valence. Des bancs de plusieurs kilomètres de long avec une densité de 30 à 40 méduses par m2 ont été observés. Ce qui a le plus surpris est que ces méduses s’approchent si près du rivage, alors que d’habitude elles restent à l’écart de ces eaux moins profondes et plus chaudes.

Selon l’observatoire, parmi les zones les plus touchées, il y a la Sicile, la Sardaigne, Malte, le Liban et Israël. A tel point que chaque été ce sont au moins 150.000 personnes qui se font traiter pour des piqûres de méduses de Méditerranée.

Les causes de la prolifération de méduses :

1 – le réchauffement climatique
2 – la surpêche qui élimine les prédateurs de méduses
3 – les barrières artificielles qui protègent les plages mais sont des havres pour les larves de méduses.

meduse-medusesConséquence, le tourisme est directement affecté et les professionnels prennent des mesures plus ou moins fortes : dans certaines zones, on déploie des filets protecteurs jusqu’à deux mètres de profondeur pour garder les méduses loin des plages et des baigneurs.

  • Pour suivre le phénomène des méduses, il y a une une “météo des méduses” sur jellywatch.fr

Suite > – A quoi s’attendre cet été ? Que faire face aux méduses ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

11 commentaires Donnez votre avis
  1. Pour éviter des cicatrices à vie parfois, il suffit de chauffer à 45°C environ avec un sèche cheveu, ou tout autre moyen, papier chaud, sable très chaud au soleil, etc.. (autre que de l’eau chaude de mer qui elle si trop chaude brule trop facilement ce qui impose d’avoir un thermomètre précis pour mesurer T avant ), juste en dessous de 50°C, un peu en dessous de la température qui brulerait sans méduse (moins de 50°C ).

    Avant d’apprendre que le venin se détruit à la chaleur douce ( thermolabile scientifiquement ), j’ai été piqué autrefois et je garde 20 ans après une cicatrice ( tâche sombre pour toujours ) alors qu’il est très simple de chauffer et de supprimer toute douleur et cicatrices, même en chauffant une heure après.
    Depuis piqué à répétitions en chauffant à 45°C, plus rien, ni douleurs, ni cicatrices après.

  2. Le venin des méduses est désactivé par la chaleur entre 40°C et 45°C, très efficacement ( thermolabile ) !
    Etant dans cette région du Var, à Bormes, la semaine dernière, j’ai été piqué par une méduse chaque jour et en chauffant, il ne me reste aucune marque, alors que des cloques avaient bien commencé à se former, le temps de sortir de l’eau !!!
    Vous chauffez un petit paquet de papier essuie tout, sur une plaque chauffante de cuisson réglée sur son minimum (1) et vous appuyez doucement ce papier sur les cloques de méduses, en sentant une chaleur douce (sans vous bruler, mais proche de la limite de brulure, en retirant le papier s’il est trop chaud et en le reappuyant ), qui fait disparaitre les cloques avec un peu de patience !!
    Avec cette méthode de chauffer, je peux être piqué chaque jour en me baignant, comme la semaine dernière !!
    Depuis des années je l’utilise.

    C’est vraiment miraculeux et c’est la seule méthode efficace !!

    Sans chaleur pour le détruire, le venin brule les cellules sous la peau pendant plusieurs jours et laisse de belles cicatrices !!
    Les produits usuels sont inefficaces alors que la chaleur est miraculeuse, au point que je me baigne avec ce risque de méduses ( une méduse par centaines de m2, mais pas avec une densité de 30 à 40 méduses par m2 et pas les rochers bleus de méduses !!! )

    Les sauveteurs ignorent que la chaleur détruit leur venin efficacement, pourtant bien connu par les scientifiques.

    Cette semaine à Bormes elles ont disparus !!

  3. Pour commencer laissons les bondieuseries sans intérêt de côté. Rassurez vous tout de suite aucun dieu ni aucun saint ne viendra sauver qui que ce soit.
    La vraie question est plutôt: que pouvons nous faire à notre niveau pour essayer de préserver un tant soit peu notre environnement. Analysons les causes et trouvons les solutions.
    Quant aux diverses religions, qu’elles restent à leur place, c’est à dire dans les bibliothèques ou dans la vie privée de chacun.

  4. Extrait de la Bible :
    Luc 21:25 Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots,les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre; car le ciel (le climat) sera ébranlé.
    Alors on verra Jésus venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire.

    Vous ne trouvez pas qu’on arrive dans ces temps là?

    • Extrait d’un parole de Mahomet (sws) : “(L’Heure surviendra lorsque) la servante engendrera sa maîtresse, que tu verras les va-nu-pieds, dénudés, miséreux, gardiens de troupeaux rivaliser (en hauteur) dans les constructions.”

      On y est

  5. Et c’est la quantième plaie, s’il vous plaît ? On croyait que cela n’était réservé qu’à l’Egypte ancienne !!! Continuons à nous moquer du Créateur en n’en faisant qu’à notre tête. Et cela n’est qu’un début, une douceur, comme le Nil plein de sang ou d’une algue nocive. Le plus dur reste à venir, ne vous en faites pas, n’en déplaise aux moqueurs.

    • Oui pour ceux qui dèjá auraient vu la vierge a Lourdes!!

    • y a t il des meduses a malte semence si vous ne saver pas c est pas grave merci d avances cordialement Enzo

  6. Je suis également indignée par l’inconsidération planétaire manifestée par l’homme sur la matrice. J’ai peine à consentir le sort réservé à notre jeunesse, payer et avoir le droit de regarder celle-ci se démanteler sans pouvoir rien dire avant sa détérioration quasi totale, ceci peut arriver à tout moment. Mais rassurez-vous les viviers et les graines nourricières existent nous dira-t-on, les abattoirs, les batteries, les corridas etc. vous ne mourrez jamais de faim ! Toujours plus mal en point, les médicaments supplanteront définitivement les revenus de la mer avec la nature pour cobaye. Cela est nettement visible dans nos campagnes qui font triste mine ou même les petits oiseaux ne nichent plus et où les conséquences sont désastreuses. Mais qui va encore se promener et vivre dans les campagnes avec tout ce qui s’y passe nous dira-t-on ? Des milliers d’être différents de nous, je leur répondrais qui ne sont pas là par hasard ! Les gens de ce pays ont tous les droits de s’offusquer en constatant que nos revenus si faibles soient-ils sont destinés pour assurer une pâle plagia de la nature et aussi d’alimenter des profits que nous ne demandons pas à travers toutes sort de pétitions qui circulent sur le net. Quand viendras le jour où toutes ces plaintes seront prise en considération ?

  7. Bien joli tout cela ,créme etc,bien pratique,je le reconnait, mais quelle misere de devoir en arriver la !!
    Traiter les conséquences et pas les causes !! comme pour tout le reste !!!
    Et quand tout va partir en sucette ,nos enfants iront ou ???
    Quel égoisme de ne laisser plus qu’une poubelle globale a nos enfants !!
    j’ai honte,chaque matin en lisant les infos !!
    En attendant protegez vos famille,malheureusement les catastrophes naturelles ou écologiques sont parfaitement démocratiques et égalitaires !! Et tout le monde s’en prendra plein la tronche,riches ou pauvres ,quand tout les gros problemes vont se multiplier,ceci de maniere exponientielle et par notre faute a tous !!
    Nos enfants ne nous diront pas merci !! je le crains meme si je souhaites me tromper !!

Moi aussi je donne mon avis