Environnement : le mérou revient en Méditerranée après 30 ans

L’un des effets du réchauffement climatique est la disparition de certaines espèces de leur habitat naturel. Ce phénomène provoque des réactions en chaîne et déséquilibre la biosphère à petite ou grande échelle. Mais le mérou, poisson disparu de la mer Méditerranée depuis 30 ans, semble avoir repris ses petites habitudes au large de Marseille.

Rédigé par Valérie Dewerte - De Bisschop, le 28 Sep 2016, à 10 h 30 min

Le capitaine Cousteau l’avait surnommé « Jojo le Mérou » en 1955 : le mérou, espèce emblématique de la mer Méditerranée avait déserté les côtes Marseillaises depuis lors. Au début des années 2000, seulement 66 exemplaires avaient été recensés par les plongeurs en charge de surveiller l’évolution de cette espèce de poisson. Avec lui, l’inquiétude planait aussi sur le corb, un poisson nocturne, et sur la grande nacre, un coquillage.

Les plongeurs ont compté les mérous : Jojo est de retour

Depuis, les choses ont changé : les politiques publiques de préservation des espèces et la prise de conscience du réchauffement climatique ont conduit à la création de zones de repeuplement et de protection de cette espèce en danger. Les résultats sont édifiants : le nombre de poissons a plus que doublé. L’espèce n’est pas sauvée pour autant, mais c’est un bon début.

200 mérous comptés au large de Marseille

Les plongeurs se sont donné rendez-vous le week-end des 24 et 25 septembre 2016, pour partir à la recherche de ces trois espèces très surveillées. Pour le mérou, ce ne sont pas moins de 200 poissons qui ont été observés, soit plus de deux fois le nombre compté en 2003. Une bonne nouvelle pour la planète et pour les organismes en charge des réserves naturelles.

Le Parc régional des Calanques, à Marseille, où le comptage a été effectué par les passionnés de 14 clubs de plongée, se félicite de la réussite. Ses actions ont été prolongées en 2013 pour dix ans encore, après le succès des dix premières années du dispositif de protection mis en place en 1993.

Le mérou, le corb et la grande nacre sont de retour… Mais le réchauffement climatique continue de faire peser son épée de Damoclès sur nos têtes.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis